Le joueur de ligne offensive des Filons de Thetford Mines Matthew K. Bergeron a choisi les Orangemen de Syracuse.

Un Filon chez les Orangemen de Syracuse

« Si tu m’avais dit que, à la fin de mon secondaire, j’obtiendrais une bourse d’études complète dans une université aussi prestigieuse que Syracuse, je ne t’aurais pas cru. »

C’était journée nationale d’annonce des engagements, mercredi dernier, aux États-Unis, et le joueur de ligne offensive des Filons de Thetford Mines Matthew Kabolambi Bergeron a officialisé son engagement envers l’Université Syracuse, dans l’État de New York.

Un engagement qu’il avait annoncé à la fin de l’été dernier, afin de pouvoir se concentrer entièrement sur sa dernière saison avec les Filons

Le jeune homme qui fait 6’5’’ pour 290 livres devient ainsi le premier joueur issu du programme collégial de Thetford Mines, qui évolue en division 2 du football collégial RSEQ, à décrocher une bourse complète au sein d’un programme universitaire de division 1 FBS.

Il était classé deuxième meilleur espoir au Canada par ESPN.

Cette annonce fait suite à celle faite par le quart-arrière des Islanders de John-Abbott, Jack Zergiotis, qui a obtenu une bourse complète avec les Huskies de l’Université du Connecticut, un autre programme de division 1.

Bergeron sera accompagné à Syracuse par le secondeur Geoff Cantin, des Élans de Garneau (il était classé 3e meilleur espoir au Canada selon ESPN).

De Victo à Thetford

Originaire de Montréal, c’est à Victoriaville que Bergeron a commencé à pratiquer le football; d’abord en sixième année, avec Football Jeunesse, et ensuite au secondaire en catégorie benjamin et cadet, avant de jouer midget AAA.

Plusieurs programmes collégiaux se sont montrés intéressés au jeune homme, après son passage au secondaire. C’est pourtant à Thetford Mines qu’il a décidé de poursuivre son parcours.

« J’ai fait beaucoup de visites, mais à Thetford, j’ai tout de suite aimé leur vision, la qualité de l’encadrement scolaire et dans le gymnase. Là-bas, Diego Ratelle (l’ancien entraîneur-chef des Filons, NDLR) fut quelqu’un de référence pour moi, tant sur le terrain qu’à l’extérieur. »

L’intérêt à son endroit est passé à un autre niveau, à la suite de sa première saison au football collégial; plusieurs programmes universitaires ont commencé à s’intéresser à lui.

« Pour moi, je voyais l’avenir soit à Montréal (Carabins) ou à Québec (Rouge et Or) pour la suite des choses. Au Cégep, on nous a donné de l’info quant à la possibilité de participer à des camps de recrutement aux États-Unis, et c’est ce que j’ai fait l’été passé. J’ai aussi participé au camp de l’Université de Buffalo, et de Syracuse. À partir de là, ça a déboulé. Syracuse était présent lors de mon camp à Buffalo. J’ai donc eu des offres de ces deux universités, et de Rutgers (NCAA division 1 FBS) », a dit le jeune homme.

« Syracuse est le meilleur choix pour moi. L’équipe évolue dans la meilleure division et j’ai déjà bâti de bons liens avec mon entraîneur de position. Syracuse a déjà placé 30 joueurs dans la NFL. J’ai aussi été attiré par l’histoire de l’équipe. C’est à Syracuse qu’à joué le premier récipiendaire afro-américain du trophée Heisman (Ernie Davis en 1961, NDLR) », précise celui dont la mère est québécoise et le père congolais.

« J’ai assisté aux entraînements et je devrai m’ajuster à certains détails, mais j’aime leur style d’attaque, qui mise beaucoup sur le hurry up. L’équipe est présentement septième au niveau national et jouera son match de Bowl le 28 décembre. J’ai hâte de regarder ça! »

Syracuse (classé 17e avec une fiche de 9-3) quittera ses installations lundi à destination d’Orlando, en Floride, en préparation pour le 2018 Camping World Bowl où l’équipe affrontera West Virginia (8-3, classé 15e).

Une décision prise en famille

Fils aîné d’une famille de quatre enfants, Matthew K. Bergeron souligne l’importance de la présence de sa mère durant tout le processus.

« Tout le monde était bien excité quand les offres NCAA ont commencé à entrer. En même temps, on a tous gardé les pieds sur terre. Je crois avoir montré ma maturité et j’ai suivi le processus à la lettre. C’était important de bien m’informer avant de prendre une décision. »

« J’ai terminé mes visites le 22 juin et j’ai officialisé mon choix le 30 juillet. Je suis allé à Syracuse par moi-même, je ne voulais pas attendre les visites officielles. J’ai pu discuter avec les entraîneurs et me faire une meilleure idée. Ça a vraiment confirmé mon choix. »

S’il est très enthousiaste pour son avenir sur le terrain, Bergeron l’est tout autant pour son avenir académique. Il étudiera en psychologie, lui qui a obtenu une bourse complète d’une durée de quatre ou cinq ans.

« C’est un domaine d’études qui m’intéresse vraiment. Voilà pourquoi j’ai fait connaître ma décision avant la saison 2018. Je voulais me concentrer sur ma session à l’école, et sur les tests SAT que l’on doit passer pour être admis dans les universités aux États-Unis ».

« Même si on jouait en division 2, c’est la preuve que peu importe où tu joues, tant que tu crois en tes rêves et que tu travailles en conséquence, et que tu es sharp à l’école, tout est possible. »

À Syracuse, Matthew K. Bergeron rejoindra l’ancien des Cougars du Collège Champlain Patrick Davis, qui a complété sa deuxième saison là-bas.

Pour vous dire, selon le site scholarshipstats.com, il y a 130 équipes en division FBS aux États-Unis; chaque équipe peut accorder 85 bourses complètes et chaque équipe a entre 20 et 25 ouvertures chaque année. Entre 2600 et 3250 bourses FBS sont offertes, chaque année. Et aux États-Unis seulement, un peu plus d’un million de jeunes hommes pratiquent le football au secondaire.

Imaginez l’exploit pour un joueur provenant du Québec.