Vincent Roy participera aux essais nationaux de la LCF cette fin de semaine à Toronto.

Un changement de position bénéfique

Vincent Roy est un homme qui adore les défis. C’est donc avec le sourire qu’il a accepté de changer de position, à l’aube de sa quatrième saison avec le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, passant du front défensif au front offensif. Un changement de position qui pourrait bien lui ouvrir une porte chez les professionnels.

Il y a un peu plus d’un an, Vincent Roy disputait un premier match au niveau universitaire comme joueur de ligne offensive. Et ce premier match, c’était le Défi Est-Ouest, disputé à Québec en mai 2018, réservé aux meilleurs espoirs universitaires en vue du repêchage de la LCF (Ligue canadienne de football). Pas mal pour un premier match à une nouvelle position!

À compter de vendredi, à Toronto, Vincent Roy, et son coéquipier Gabriel Polan du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke tenteront d’impressionner les neuf clubs de la LCF dans le cadre des essais nationaux, en vue du repêchage du circuit professionnel

« Je commence à être un peu nerveux, mais c’est du bon stress! J’ai hâte d’être dans le train à direction de Toronto », a dit le colosse de 6’5’’ et de 310 livres.

« Au cégep (avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke), j’ai joué sur la ligne offensive, et même comme ailier rapproché. À mon arrivée à Sherbrooke, on m’a dit que si je voulais jouer le plus possible, c’était sur le front défensif que j’avais de meilleures chances. C’est donc ce que j’ai fait, et j’ai vu du terrain immédiatement. C’est à cette position (plaqueur défensif) que j’ai joué pendant deux ans », a précisé celui qui a commencé le football à Granby, en secondaire IV.

« À la fin de 2017, coach Boucher (Guillaume, responsable de l’unité défensive du Vert & Or) m’a demandé si j’acceptais de jouer sur le front offensif, car il y avait des besoins. Je suis un gars d’équipe, un gars de défis, et j’ai accepté avec le sourire. J’ai par la suite passé beaucoup de temps avec Rémi Giguère (entraîneur de la ligne offensive) afin de faire la transition. C’est beaucoup grâce à lui que je m’en vais à Toronto ».

Vincent Roy l’avoue, son tempérament se prête davantage au jeu sur la ligne offensive.

« C’est plus naturel pour moi de bloquer, plutôt que d’être un agresseur. Par contre, avoir évolué en défensive m’a apporté cette petite dose d’agressivité dont j’ai besoin. Aussi, ça me donne une vision différente du jeu, ça me permet des ajustements beaucoup plus rapides, je décèle mieux ce que les unités défensives tentent de faire. »

Vincent Roy a donc disputé les huit matchs du Vert & Or à titre de bloqueur à droite.

Si la formation sherbrookoise a connu des difficultés avec son jeu aérien, son jeu au sol s’est illustré.

Profitant d’un jeu efficace de sa ligne offensive, le porteur de ballon Gabriel Polan a mené le Québec avec 666 verges au total.

Roy et Polan ont été invités directement aux essais de Toronto, sans passer par les essais régionaux, signe qu’il y avait consensus sur le potentiel. Un potentiel qu’ils ont d’ailleurs démontré lors du Défi Est-Ouest.

« J’ai su un peu avant les Fêtes que j’étais invité directement à Toronto, j’étais tellement content! Je m’attendais à une invitation aux régionaux, cette invitation directe à Toronto, c’était incroyable! »

Bien campé dans sa nouvelle position, Roy espère montrer aux équipes de la LCF le joueur de ligne offensive qu’il peut devenir.

« Je n’ai pas beaucoup d’expérience à cette position, je suis un peu un underdog. Ce que je veux mettre de l’avant, c’est le joueur que je peux devenir. Il y aura beaucoup de tests, à Toronto, mais je crois que les tests à un contre un seront déterminants pour moi. »

« Jouer chez les pros, c’est un rêve pour moi. En même temps, je tente de me concentrer sur la tâche à effectuer, chaque jour. J’ai un agent (Fred Weinrauch) qui s’occupe des détails. Je lui fais confiance. »