Alassane Diouf (68) est un joueur de ligne offensive pour les Harfangs du Triolet. Il est déjà convoité par plusieurs programmes universitaires.

Un avenir prometteur pour Alassane Diouf

« Je ne me rappelle pas avoir eu un si beau talent comme joueur de ligne offensive. Alassane, c’est un diamant à polir. Il a tous les atouts pour devenir excellent au prochain niveau et plus encore. »

L’entraîneur-chef des Harfangs de l’école secondaire du Triolet catégorie juvénile division 1, Mathieu Lefaivre, sait reconnaître le talent à la position qu’il occupait jadis dans les rangs universitaires, avec le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke.

Et un seul coup d’œil à l’immense bloqueur Alassane Diouf l’a convaincu qu’il avait un joueur spécial sous la main.

Diouf n’est âgé que de 16 ans et il est en secondaire V; pourtant, il affiche déjà des mensurations d’adulte, à 6’2’’ et 310 livres.

En 2017, il a été nommé recrue de l’année RSEQ en division 1, en plus de joindre les rangs d’Équipe Québec, l’été passé, en vue de la Coupe Canada.

Son père, originaire du Sénégal, s’est installé au Québec, où Alassane est né.

« J’ai toujours été plus grand et plus gros que les autres, depuis que je suis tout jeune. En troisième année au primaire, mon père m’a inscrit au programme du mini-football Vert & Or; j’ai joué en troisième et en quatrième année, avant de reprendre lorsque je suis arrivé avec les Harfangs, en secondaire 1. À la télé, je tombais souvent sur des matchs de la NFL, et je trouvais que c’était un beau sport et j’ai eu le goût d’essayer. »

Celui qui a également joué au basketball à ses premières années au secondeur a rapidement attiré l’attention de ses entraîneurs au football.

« Je m’attendais à devenir un porteur de ballon, mais mes entraîneurs m’ont dit que je serais plus utile sur la ligne à l’attaque! Encore là, j’étais plus grand et gros que tout le monde. J’apprécie vraiment, c’est une très belle position et c’est valorisant de savoir que toute l’attaque part de moi, j’aime vraiment ça », a dit le jeune homme.

La position de garde, ou encore celle de bloqueur du côté gauche de la ligne à l’attaque, est une position névralgique pour l’attaque.

Non seulement pour ouvrir des brèches pour les porteurs de ballon, mais aussi en protection de passe pour le quart-arrière droitier; ce dernier se fie au côté gauche du front pour protéger son angle mort (blind side).

Un joueur qui est gros, fort, agile, ça ne court pas les rues; et chaque programme de football universitaire, ou même professionnel, cherche d’abord à combler cette position.

Ainsi, Mathieu Lefaivre reçoit déjà des appels d’entraîneurs de programme universitaire qui s’informent du développement d’Alassane.

« J’y vais une saison à la fois, je suis présentement avec les Harfangs, je me concentre là-dessus afin d’aider l’équipe à atteindre le Bol d’Or et finir le secondaire en beauté. Je vais voir ensuite. Oui, les États-Unis pourraient être une option; mais j’aimerais faire une saison collégiale au Québec avant de voir si j’obtiens des offres d’universités américaines. On verra. »

« Quand j’ai commencé le football, c’était seulement pour le plaisir, il n’y avait aucune compétition, je n’aurais jamais deviné que je pourrais avoir autant d’options devant moi. »

Avec une fiche de 1-3, les Harfangs de l’école disputeront un match devant tous les élèves du Triolet, vendredi après-midi à 13 h, face au Collège Charles-Lemoyne.

« Notre but c’est de se rendre au Bol d’Or, mais on est 1-3 en ce moment. Tout ce qui nous reste à faire, c’est de travailler encore plus fort et de remonter la pente et de jouer comme on est capable », a dit Alassane Diouf.