Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maxime Blanchard et son frère Alexandre sont réunis au sein du Phoenix de Sherbrooke.
Maxime Blanchard et son frère Alexandre sont réunis au sein du Phoenix de Sherbrooke.

Un autre duo de frères chez le Phoenix

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le Phoenix de Sherbrooke semble avoir pris goût aux histoires de famille. Après les frères Roy, les frères Poulin et les jumeaux Anctil, voilà qu’un autre duo de frères s’ajoute à l’histoire de l’organisation sherbrookoise : les Blanchard.

Le défenseur étoile Jérémy Roy avait été le premier joueur à voir son frère, Nicolas, le rejoindre en 2016. Samuel Poulin avait ensuite retrouvé Nicolas Poulin en 2017. Julien et Vincent Anctil devenaient en 2018 le troisième duo de frères depuis les débuts du Phoenix.

Cette fois, en 2021, l’histoire est des plus improbables. 

Âgé de 19 ans, le Franco-Ontarien Maxime Blanchard avait attiré l’attention des recruteurs dans la CCHL avec les Sénateurs junior d’Ottawa. Le défenseur s’est présenté au camp d’entraînement à titre de joueur invité. 

Sélectionné au sein de l’équipe, l’aîné de la famille Blanchard a participé aux cinq rencontres du Phoenix. 

Alors que la saison était suspendue en raison de la COVID-19. la direction a procédé à quelques transactions, dont celle du défenseur Jaxon Bellamy, forçant ainsi le Phœnix à compléter son équipe en offrant des choix tardifs au repêchage ou en incluant des joueurs de soutien dans les transactions effectuées. 

Mais peu avant les Fêtes, l’entraîneur et directeur général Stéphane Julien s’est informé de la situation d’Alexandre Blanchard, le petit frère de Maxime. 

« Stéphane voulait savoir ce que souhaitait faire mon frère la saison prochaine. Je lui ai dit que son rêve, c’était de jouer dans le junior majeur et qu’il ne pensait pas prendre la direction du hockey scolaire. Je n’ai plus entendu parler de tout ça ensuite jusqu’à ce que j’apprenne que mon frère venait me rejoindre à Sherbrooke. Alexandre ne m’avait jamais dit qu’il discutait avec mon équipe! Mon père non plus d’ailleurs... » lance Maxime Blanchard, encore étonné de voir son frère à ses côtés. 

Plus jeune, Alexandre suivait de près les activités de la Ligue de hockey de l’Ontario. Il ne pensait pas atteindre son but du côté du Québec, dans la LHJMQ. 

« Je souhaitais tellement jouer moi aussi dans le junior majeur, indique le cadet, Alexandre. J’ai vu mon frère y parvenir cet automne et je voulais réussir à mon tour. Je suis excité à l’idée de vivre mon rêve, avec mon frère en plus. J’ai tout de suite sauté sur l’occasion quand on me l’a demandé. »

Toujours à 100 %

Lui aussi défenseur, Alexandre Blanchard se préparait également à faire le saut dans la CCHL à l’âge de 18 ans, avec les Nationals de Rockland dans son cas. 

« J’espère faire partie du top 6 du Phoenix, mais je vais accepter mon rôle et je ferai tout ce que les entraîneurs voudront, assure Alexandre Blanchard. Je suis un joueur capable de jouer dans les trois zones et dans les deux sens de la patinoire. Je vais toujours donner mon 100 % à chaque présence. Comme mon frère, je suis capable de bien faire circuler la rondelle et j’ai un bon coup de patin. Je suis plus petit que lui, mais j’essaie de compenser avec ma rapidité et mon lancer. »

La grande et traditionnelle question maintenant : lequel des deux est le meilleur?

« C’est mon frère, admet d’emblée le cadet Alexandre. Il a toujours été un modèle pour moi. »

« Alexandre m’a toujours poussé à être encore meilleur, explique toutefois Maxime. Il n’a qu’un an de moins que moi. On était chanceux plus jeunes de pouvoir toujours jouer ensemble au même niveau au hockey mineur ou bien simplement dans la cour. Il y a eu du jeu intense et des batailles, parce qu’on se poussait à lever le niveau de compétition d’un cran chaque fois. J’apprends aussi beaucoup de lui. Il est mon meilleur ami. Et aussi mon plus grand compétiteur! »

Chose certaine, les parents de la famille Blanchard étaient les premiers à se réjouir de la venue d’Alexandre à Sherbrooke. 

« Ils me suivaient en Ontario et suivaient Maxime à Sherbrooke au Québec. Maintenant, on se retrouve au même endroit! J’ai hâte que ça recommence. On va se souvenir de ça toute notre vie! »