Y a-t-il encore de la place à Magog pour une parade des trophées les plus convoités dans le monde du hockey?

Trois de suite, mission impossible ?

COMMENTAIRE / Y a-t-il encore de la place à Magog pour une parade des trophées les plus convoités dans le monde du hockey? Vous devinez que je parle de la Coupe Stanley pour la Ligue nationale, ainsi que la Coupe des Présidents et la Coupe Memorial pour la Ligue canadienne de hockey junior et la LHJMQ. L’amateur de hockey de Magog et partisan des Cantonniers ajoutera la Coupe Jimmy-Ferrari, emblème du championnat des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA du Québec, à cette liste.

Peut-être ne l’avez-vous pas réalisé, mais tous ces trophées ont défilé à Magog depuis le mois de mai grâce à David Perron et les Blues de St-Louis, Justin Bergeron et les Huskies de Rouyn-Noranda et bien sûr les Cantonniers avec la Coupe Jimmy-Ferrari. Les amateurs de hockey de Magog sont privilégiés, qu’on se le dise. Vous ne reverrez pas de sitôt. Les cônes oranges vont disparaître de nos autoroutes et à Montréal bien avant, ce qui n’est pas pour demain.

D’abord, dans la Ligue nationale, la même équipe ne gagne jamais deux fois de suite et dans la LHJMQ, les Huskies de Rouyn-Noranda effectuent le virage jeunesse. Reste les Cantonniers. Je ne veux pas être pisse-vinaigre, mais ça ressemble à une mission impossible. Rien à voir avec le talent de l’édition 2019-2020. Voyez-vous, la dernière fois qu’une équipe de la Ligue midget AAA du Québec a été couronnée championne trois fois d’affilée, il faut remonter aussi loin qu’en 1979, année du troisième sacre de suite des Lions du Lac St-Louis. C’était lors des trois premières années d’existence de la ligue qui opérait à l’époque avec cinq équipes (six en 78-79).

Loi de la moyenne

Gagner trois fois de suite avec 15 équipes, ça prend plus que du talent à revendre. Il faut intégrer un peu de chance à la recette. La loi de la moyenne rattrapera-t-elle la bande à Félix Potvin? On verra bien.

Répéter l’exploit des Lions des années 77-78-79 ne serait pas un exploit anodin. Mais attendez, chers amateurs, avant de mettre de la pression sur les épaules des joueurs. Le chemin sera long.

Votre humble serviteur est persuadé que les Cantonniers, grâce entre autres à cette mentalité de gagnants qui s’est installée dans le vestiaire, ont encore le droit d’aspirer aux grands honneurs, mais ils ne seront pas seuls. La prochaine campagne sera moins étincelante en termes de victoires et points au classement.

Pas certain qu’on verra une formation s’échapper comme Magog et Lévis l’an dernier. Ayez donc à l’œil Trois-Rivières, le Lac St-Louis, Jonquière, Gatineau et le séminaire St-François. La surprise pourrait venir du côté du Richelieu avec les Gaulois et les Riverains. Et il y a toujours une équipe qui sort du champ gauche.

Bonne saison à tous!