L'Anglais Chris Stirling, dossard 122, s'apprête à franchir le fil d'arrivée le premier, chez les hommes, avec un chrono de 11 h 8 min 24 s. Le tout se terminait au sommet du mont Mégantic, dans le cadre du Triathlon Extrême Canadaman/Canadawoman, dimanche après-midi.

Triathlon de Lac-Mégantic : le début d'une belle aventure

Le premier Triathlon Extrême Canada man/woman en Amérique du Nord, a connu un énorme succès, cette fin de semaine à Lac-Mégantic. Il est pratiquement d'ores et déjà acquis que l'événement sera repris l'an prochain.
L'ancienne cyclliste Lyne Bessette  est arrivée première dans la catégorie féminine. Elle a négocié l'épreuve en 12 h 37 min 43,1 s.
C'est l'Anglais Chris Stirling qui a dominé l'épreuve d'élite chez les hommes, avec un temps cumulatif de 11 h 8 min 24 s, après 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied. Il a devancé le Québécois Jérôme Bresson, de Saint-Théodore-d'Acton par plus de 15 minutes.
Il faut signaler la performance du Méganticois Vincent Blais, dont la spécialité du biathlon ne le favorisait pas nécessairement. Blais a terminé septième avec un temps de 12 h 5 min 42,9 s. Le favori, l'Estonien Heiko Sepp, a terminé quatrième avec un temps de 11 h 49 min 35,2 s.
Chez les dames, la Québécoise Lyne Bessette, qui a connu une grande carrière cycliste, a terminé première, en 12 h 37 min 43,1 s, devançant la deuxième par plus de 2 h, Joannie Desroches, avec un temps de 14 h 44 min 25,1 s.
Parmi les participants en équipes, notons la performance exceptionnelle, chez les femmes, des Inépuisables, dossard 322, avec un temps de 12 h 10 min 22,9 s, équipe composée d'Élisabeth Pèlerin, de Drummondville, Annie Jean, de Chelsea, et Jessica Bélisle, de Trois-Rivières.
Le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, ne tarissait pas d'éloges pour la firme Endurance Aventure, de Magog, qui organisait l'activité. « C'est merveilleux! C'est une grosse organisation. Nous nous sommes impliqués avec eux, on a travaillé beaucoup depuis une année, avec des bénévoles de toutes les municipalités, c'est extraordinaire! Et cela va être encore meilleur l'an prochain. Il y a beaucoup d'enthousiasme à tous les niveaux, et cela met en évidence notre extraordinairement belle région, nos montagnes, le relief, les cours d'eau. L'accueil dans toutes les municipalités est formidable! »
Jean-Thomas Boily, le président de la firme magogoise Endurance Aventure, maître d'oeuvre du Triathlon Extrême, le premier en Amérique du Nord, a parlé d'une « très belle journée! Ça a commencé ce matin, au départ à 4 h, avec un accueil triomphal des gens qui ont grandement encouragé les athlètes. Il n'y a eu qu'un seul petit orage durant cette journée, nous avons été chanceux avec la température! Ça fait partie de l'aventure! Les athlètes sont habitués », a-t-il assuré.
« C'était un brouillon, cette année, un projet-pilote. Mais il y a beaucoup de monde partout, les athlètes, de 30 à 76 ans, sont contents, ils affichent beaucoup de sourires et de la fierté. C'est un succès sportif. Nous nous sommes engagés pour les deux prochaines années, l'événement a un bel avenir! »
Samedi, pour le Triathlon sprint extrême, les intempéries n'ont pas empêché le Magogois Matthew Le Bolloch de mener de bout en bout. Le Bolloch l'a emporté en 1 h 18 min 11 s, plus de 50 minutes plus rapide que le Longueuillois Éric Lachance-Tremblay. Ils avaient 750 m à parcourir à la nage, à Baie-des-Sables, 20 km de vélo vers Piopolis, et un 5 km de course à pied, sous une pluie abondante. Chez les dames, Maïté Galipeau-Théberge, de Frontenac, a devancé toutes les autres concurrentes avec un temps de 1 h 30 min 9 s.