À sa sortie de l'eau, Xavier Desharnais n'était nullement déçu de sa performance.

Traversée du Lac Saint-Jean : le troisième triomphe de Desharnais devra attendre

Xavier Desharnais devra patienter pour sa troisième victoire à la Traversée internationale du lac St-Jean. Samedi, le nageur sherbrookois a terminé quatrième avec un chrono de 6 h 19 m 38 s, seulement 15 secondes derrière le nouveau champion, l'Argentin Guillermo Bertola.
Desharnais ne semblait aucunement abattu par sa performance dans les eaux du lac St-Jean. « Je termine le marathon à la position la plus frustrante, la quatrième, celle de la médaille de chocolat au pied du podium. Cependant, je suis content de la course que j'ai menée », a commenté le double champion du lac St-Jean, 24 heures après être sorti de l'eau.
La FINA ayant autorisé le port de la combinaison isothermique une couple d'heures avant le départ en raison de la température de l'eau, on savait que le marathon de 32 km prendrait des allures complètement inattendues. Xavier Desharnais confirme.
« Ce fut une course folle avec un départ ultra rapide. À la sortie de la rivière, on se dirigeait vers un temps de 5 h 40 m pour les plus rapides. C'était du jamais vu. Le peloton en avant était aussi composé de beaucoup plus de nageurs qu'à l'habitude. Il en a fallu du temps avant de voir certains nageurs se détacher. C'était assez spécial ce qui se passait dans l'eau. »
500 mètres
Finalement, ce sont les 500 derniers mètres qui auront tranché le débat, du moins chez les meneurs. « Nous étions presque tous à égalité. J'ai été un peu désavantagé par ma position dans le peloton lorsque nous avons entrepris le dernier sprint. J'étais cinquième et je n'ai pas été capable de remonter plus haut que quatrième. »
De son propre aveu, Desharnais referait exactement la même chose si la compétition était à recommencer. « J'ai bien géré mon énergie, ma stratégie. Contrairement à plusieurs nageurs, c'était aussi la première fois que je nageais sur une aussi longue distance avec la combinaison isothermique. Je ne dirais pas que j'ai été désavantagé, mais il est clair pour moi que la combinaison en a aidé d'autres. Au lac St-Jean, les vagues et le froid en fin de course font en sorte que plusieurs ralentissent. Moi, au contraire, c'est ma force. Samedi, la combinaison isothermique a fait en sorte que des nageurs n'ont pas été affectés par les éléments naturels du lac. J'étais quand même à quelque centaine de mètres de la victoire. Je suis content de ma performance et je félicite les gagnants », a résumé Desharnais dont la prochaine compétition sera la Traversée du lac Mégantic.