L’organisateur du Tournoi Acide Lactique a annulé sa 10e édition par précaution. Pas moins de 175 équipes de cinq joueurs devaient prendre part à l’événement extérieur à Sherbrooke au milieu du mois d’août.
L’organisateur du Tournoi Acide Lactique a annulé sa 10e édition par précaution. Pas moins de 175 équipes de cinq joueurs devaient prendre part à l’événement extérieur à Sherbrooke au milieu du mois d’août.

Tournoi Acide Lactique annulé : « Je ne voulais pas être responsable d’une éclosion »

SHERBROOKE — Tout avait été pensé. Pas une seule mesure sanitaire n’avait été oubliée. Le mot d’ordre : la sécurité des joueurs de hockey balle. Et malgré tout, l’organisateur a préféré annuler l’événement Acide Lactique, le plus gros tournoi de hockey balle au Québec de style à bout de souffle. 

« Je ne voulais pas être responsable d’une éclosion », admet l’organisateur Nolan Poulin.

Les 175 équipes de cinq joueurs espéraient prendre part à la 10e édition de ce tournoi extérieur présenté au Complexe Hockey Balle de Sherbrooke, prévu les 15 et 16 août. Chacune d’entre elles devait passer par le même processus.

Pour conserver une distanciation entre chaque équipe, un chapiteau personnel était mis à leur disposition. Chaque joueur recevait un masque aux couleurs de l’événement pour respecter le port obligatoire lors des déplacements. Les personnes voulant avoir accès au site devaient prendre leur température à l’aide d’un thermomètre frontal. Un registre des heures d’arrivée et de départ était gardé. Des postes de désinfection étaient installés partout sur le site et des produits étaient aussi offerts aux joueurs pour qu’ils désinfectent leur équipement. Même la possibilité d’un deuxième ou troisième site avait été envisagée.

Malgré tout ça, Nolan Poulin refusait de prendre le risque. La décision a été prise conjointement avec les propriétaires du CHBS et les ligues partenaires de HockeyQC.

« Ma première idée était d’attendre, admet l’organisateur. Il me restait encore un mois avant la présentation du tournoi. La situation allait peut-être s’améliorer, même s’il était possible de respecter la distanciation. Mais avec ce qui venait de se passer à Mirabel, ça n’a pas aidé. J’ai pensé aux ligues de hockey balle et je me suis dit qu’après tant d’efforts et à la suite de ce long confinement, on ne pouvait pas se permettre de revenir en arrière et risquer d’être à nouveau confinés. Ce serait une catastrophe pour tout le monde, dont le milieu du hockey balle. »

De nombreux autres tournois ont par la suite été annulés partout au Québec. Rappelons que cinq cas de COVID-19 ont été déclarés il y a plusieurs jours à la suite d’un tournoi de hockey balle disputé le 11 juillet à Mirabel et deux nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés lors de la dernière fin de semaine.

« Je crois que c’était la décision la plus logique, même si j’ai investi de l’argent et beaucoup de temps dans l’organisation de la 10e édition. Mais le plus important dans tout ça, c’était la sécurité des gens », résume Nolan Poulin.