Dès juillet prochain, Tony Addona quittera le monde du «coaching» de football, qu'il fréquente depuis 1976.

Tony Addona boucle sa boucle en Italie

Pour Tony Addona, il n'y a pas de petites coïncidences.
L'ancien directeur des sports à l'Université Bishop's est présentement à Milan en Italie, où il dirige une équipe semi-professionnelle de football, les Seamen, dans ce qui sera son dernier tour de piste à titre d'entraîneur.
Dès juillet prochain, à la suite de cette aventure italienne qui a débuté en janvier dernier, Tony Addona quittera ce monde du « coaching » de football, qu'il fréquente depuis 1976.
Addona, qui a passé les dernières saisons avec les Carabins de l'Université de Montréal, s'est vu offrir cette opportunité de retourner dans ce pays d'où il est originaire par l'entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia.
« Tout a commencé avec Danny, c'est lui qui a reçu une offre de Milan. Danny a déjà dirigé là-bas, avec les Lions de Bergame avec qui il a remporté deux championnats italiens. Il m'a mis en contact avec l'équipe, avec le président Marco Mutti. C'est son frère Paolo que je remplace à la tête de l'équipe », a-t-il expliqué à La Tribune.
Tony Addona est un incontournable du petit monde du football québécois, et même canadien.
De 1984 à 2001, Addona a connu beaucoup de succès avec les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville comme entraîneur de la ligne offensive, coordonnateur offensif et entraîneur-chef.
Il a remporté le Bol d'Or à huit occasions en 11 participations. En 1989, il a coordonné l'attaque des Gaiters de l'Université Bishop's avant d'y revenir en 2002 jusqu'en 2011. Au cours de cette période, il a dirigé la ligne offensive des Gaiters pendant six saisons et coordonné l'attaque au cours de cinq saisons, tout en étant entraîneur-chef en 2004 et 2011. En 2005 et 2006, il a aussi été coordonnateur offensif de l'équipe canadienne au Championnat du monde junior où il a remporté les grands honneurs à chaque occasion aux côtés de Maciocia qui agissait comme entraîneur-chef.
Addona a également pris part à trois camps d'entraînement des Eskimos d'Edmonton de la Ligue canadienne de football (LCF) comme entraîneur invité.
« Je suis arrivé en Italie, avec ma femme, en janvier dernier. On a pris un peu de temps pour s'acclimater. C'est un peu un retour aux sources pour moi, mes parents sont originaires de Compagna. Je comprends bien la langue et je parle un peu. De toute façon ici, les Italiens comprennent très bien l'anglais. »
Les Seamen de Milan sont l'une des 11 équipes de la Ligue de football américain d'Italie (National Football League Italy). Au fil des ans, elle fut l'une des concessions les plus titrées de cette ligue, avec 12 succès. Les matchs de finale y sont aussi appelés « Super Bowl ».
L'âge des participants se situe entre 19 et 40 ans, explique Tony Addona, et la provenance des joueurs est multiple.
« On a des banquiers, des étudiants qui viennent d'un peu partout, des docteurs. Ils ont tous en commun cette passion du football américain. On vient d'emménager dans un nouveau stade, qui peut loger environ 3000 personnes, je crois. Quant à la ligue, il y a une grande disparité entre les clubs. Les premiers sont forts, et les derniers ont de la difficulté. »
« Nos meilleurs joueurs sont Américains; notre quart-arrière est Luke Zahradka, un ancien de l'Université Bentley (Divison 2); on a aussi Reese Horn, un receveur qui vient de l'Université d'Indianapolis, qui a fait le camp d'entraînement des Titans du Tennessee il y a quelques années, et Paul Morant, qui vient de l'Université Old Dominion. Les joueurs américains sont payés, un peu. Voilà pourquoi c'est une équipe semi-pro. Le niveau général de jeu s'apparente à celui des universitaires, chez nous. »
Les champions en titre, les Rhinos de Milan, sont dirigés par Chris Ault; celui-là même qui a popularisé l'attaque de type « Pistol offense », alors qu'il était entraîneur avec l'Université du Nevada.
« C'est du bon foot; il y a de bons athlètes dans chaque équipe, ça joue vite. J'apprécie vraiment cette expérience sportive et culturelle, qui me donne la chance d'explorer le pays. »
« J'ai lâché les Carabins, je voulais passer à autre chose. Ça fait 40 ans que je suis dans le coaching, c'est le temps de passer à autre chose. C'est donc l'Italie qui va boucler la boucle. J'apprécie chaque moment que je passe ici. »