Tapis de verre

Je suis toujours fasciné de voir à quel point l'intelligence humaine a besoin d'être stimulée !
« Attention, ne faites pas ceci. Plutôt cela », répètent de manière préventive les autorités publiques lorsque nos habitudes quotidiennes sont bousculées.
Si t'entends du bruit au-dessus de nous, ne lève surtout pas la tête. Fais-toi un casque avec tes mains pour te protéger contre de possibles chutes de glace, ai-je conseillé à ma blonde alors que nous marchions dans le bois Beckett par une journée de redoux.
« Les chevreuils font quoi quand les arbres se vident », m'a-t-elle demandé.
Les chevreuils ne prennent pas de risques lorsqu'il y a menace que le ciel leur tombe sur la tête. Comme lors des tempêtes de vent, ils se poussent vers le couvert végétal plus jeune, moins haut, plus aéré. Là où nous en avons croisé plus tard durant notre promenade.
Soyez sans gêne, dites-le: si tu savais, que faisais-tu au milieu d'une forêt habitée par des fantômes de glace ? Bang, l'insouciant est touché !
Les chevreuils que nous avons vus portaient sur la croûte. Ils suivaient les corridors où les bourrasques poussaient de la neige, à la recherche d'un peu d'adhérence et évitant les miroirs sur lesquelles leurs talons aiguilles sont casse-gueule.
Mais le tapis de verre était perforé à certains endroits, révélant des déplacements saccadés, épuisants et risqués. Quand l'élan d'un cerf pousse son poids vers l'avant et qu'il n'a que ses pattes fines comme contrepoids pour se protéger du tranchant de la glace, ça provoque « des blessures au bas du corps ».
« Les conditions sont variables d'un secteur à l'autre. Les déplacements des chevreuils sont modulés selon la situation locale. Les branches cassées ont rendu disponible une quantité de nourriture appréciable. Nous n'avons pas de signalements spécifiques de cerfs blessés ou en difficulté », commente le biologiste Éric Jaccard, responsable de la grande faune pour l'Estrie et la Montérégie.
Même son de cloche à la division de la protection de la faune, le point de chute des appels lorsque les découvertes de carcasses se multiplient.
« Ce ne sont évidemment pas des conditions idéales pour les cerfs, mais à part quelques constatations de sang dans les traces, rien de particulier sur le terrain », rapporte également le sergent Gilles Chiasson.
Y'a sûrement de la mortalité, mais pas de signes d'hécatombe.Les défricheursJ'ajoute ma voix à tous ceux qui reconnaissent à l'animateur Jean Pagé une contribution remarquable. Il a été à la vitrine médiatique de la chasse et de la pêche au Québec ce que l'adulé René Lecavalier a été à la diffusion des matchs de hockey.
Si les J.B.S. Huard et Réal Hébert ont été des défricheurs en région, M. Pagé, qui est décédé à l'âge de 85 ans et dont les funérailles auront lieu demain à Laval, en a ouvert des sentiers et des télés partout au Québec !
Ce sont des communicateurs comme lui qui ont su au fil des ans alimenter les passions pour développer un bassin de clientèle faisant en sorte qu'un commerçant local, Lachance Chasse et Pêche, peut organiser à lui seul un salon consacré à ces activités de plein air.
« L'horaire de la journée du 18 janvier est bien rempli et ceux qui y seront du début à la fin ne seront pas déçus », promet Jean-Guy Lachance à propos du grand rendez-vous.
Soulignons que le prix d'entrée (30 $ en prévente, 40$ à la porte) donnera accès au salon se tenant au Centre de foires de Sherbrooke ainsi qu'à toute la galerie de cadeaux qui seront offerts en soirée.