Après une brillante saison régulière, Jordan Binnington continue de rendre de gros services aux Blues de Saint-Louis.

Quatre clubs, quatre héros

CHRONIQUE - EN SÉRIES / Nous voici, déjà, au mitan. Huit équipes ont subi l’élimination en première ronde. Quatre autres ont suivi durant le second tour. Quatre formations demeurent en lice. Les Finales d’Association ont pris leur envol jeudi.

Le moment semble bien choisi pour jeter un coup d’œil sur la course au trophée Conn-Smythe.

Durant cette année magique où on va d’une surprise à l’autre, des candidats plutôt intéressants se présentent.

Bruins de Boston : Tuukka Rask

C’est généralement le premier endroit où on s’attarde. Montrez-moi une équipe de hockey qui traverse une bonne séquence, je vous présenterai un gardien de but qui domine son sport.

Tuukka Rask complète sa 12e saison dans l’organisation des Bruins.

Il était déjà là, en 2011, lorsque la coupe Stanley a défilé pour la dernière fois dans les rues de Boston.

En 2011, Rask avait seulement touché à la glace durant les périodes d’échauffement. C’est son partenaire de l’époque, Tim Thomas, qui avait mérité le titre du joueur le plus utile à son équipe.

Depuis huit ans, Rask vit un peu dans l’ombre de son prédécesseur. Il a rendu de fiers services aux Bruins. Dans une ville qui carbure aux championnats, rendre de « fiers services » n’est pas toujours suffisant.

Au cours des dernières semaines, les Blue Jackets de Columbus répétaient sans cesse que Rask était sur le point de craquer.

« Tandis que la série progressait, ils ressentaient peut-être le besoin d’entrer dans ma tête. Je trouve toujours ça drôle. Généralement, lorsque cela se produit, ça signifie qu’ils ne connaissent pas la solution », a commenté le gardien finlandais.

Canes de la Caroline : Jaccob Slavin

Peut-on gagner le Conn-Smythe sans marquer un seul but ?

La force des Hurricanes réside dans leur solide, mais souvent sous-estimée brigade défensive.

Depuis le début des séries, Jaccob Slavin agit comme un véritable général. Il se rend utile dans toutes les zones. Pour cela, il peut prétendre au titre de joueur le plus utile à son équipe.

« Les gens qui ont grandi au sein de notre organisation, avec Slavin, savent à quel point il est bon. Il est un défenseur d’élite. Il se rend utile, chaque soir, que son nom se retrouve sur la feuille de pointage ou pas », disait l’entraîneur-chef Rod Brind’Amour, plus tôt, cette semaine.

« J’ai su, dès que je l’ai vu dans le feu de l’action, qu’il deviendrait un solide joueur de hockey », affirme pour sa part le leader Jordan Staal.

Après deux rondes, Slavin était le meilleur marqueur de son équipe. Onze points – tous des mentions d’aide – en 11 parties.

Il est le joueur le plus utilisé par Brind’Amour.

Il passe plus de 26 minutes par match sur la patinoire. Il est, plus souvent qu’autrement, confronté aux meilleurs éléments adverses.

Le trio de Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak sera son plus important défi.

Blues de Saint-Louis : Jordan Binnington

On l’associe au retour en force des Blues, au beau milieu de la saison régulière. L’équipe croupissait dans les bas-fonds du classement lorsque Jordan Binnington s’est retrouvé devant le filet.

Il a réussi à se hisser parmi les principaux aspirants au titre de recrue de l’année, avec sa fiche de 24-5-1 en saison régulière.

Sa fiche n’est pas aussi impressionnante en séries. Ses performances ont quand même permis aux Blues de se placer en très bonne posture.

On a beaucoup parlé de l’incroyable performance de Ben Bishop, dans le match numéro sept de la deuxième ronde. On oublie un peu rapidement l’arrêt-clé que Binnington a réussi aux dépens d’un joueur de calibre mondial, Jamie Benn, au début de la deuxième période de prolongation.

Si la recrue n’avait pas stoppé la rondelle, à ce moment crucial, les Stars de Dallas se retrouveraient aujourd’hui en Finale de l’Ouest.

« De gros arrêts dans les moments cruciaux. C’est exactement ce que ce jeune homme nous a donné tout au long de l’année », dit l’entraîneur Craig Berube.

Sharks de San Jose: Logan Couture

Le Conn-Smythe est décerné depuis 1965. Une fois sur deux, on l’a remis à un attaquant. Après deux rondes, Couture trônait au sommet du classement des meilleurs marqueurs de la LNH. Son coéquipier Tomas Hertl a produit autant que lui.

Son tour du chapeau, dans le troisième match de la deuxième ronde, a conféré un bel avantage aux Sharks contre l’Avalanche du Colorado.

Il ne faut pas non plus oublier le courage démontré quand il a bloqué un tir de Cody Eakin, des Golden Knights de Vegas, au premier tour. « J’ai eu peur de perdre un testicule », a-t-il déclaré.