Steve Turcotte
Carey Price a réussi son 46e blanchissage en carrière. Qu’on l’aime ou non, il est en train de s’installer solidement dans le livre des records de la franchise.
Carey Price a réussi son 46e blanchissage en carrière. Qu’on l’aime ou non, il est en train de s’installer solidement dans le livre des records de la franchise.

Une longue disette prend fin

COMMENTAIRE / Les partisans du Canadien ne sont pas les plus gâtés de la ligue. Ça faisait un mois, exactement, que leur équipe n’avait pas gagné au Centre Bell!

Les Flames représentaient la proie parfaite pour mettre fin à cette trop longue disette d’insuccès. Pourquoi? Parce qu’ils venaient tout juste, samedi soir, de livrer une guerre à leurs ennemis jurés, les Oilers d’Edmonton. C’est le genre de duel qui bouffe les émotions et qui prive une équipe de ses réflexes les plus aiguisés lors du match suivant.

C’est exactement ce qui s’est passé lundi, surtout dans la première moitié du match. Le Canadien dominait largement les échanges en première période, récompensé par le filet de Jordan Weal. Plus le match avançait, plus les Flames retrouvaient leurs repères, mais Carey Price a su bien manœuvrer pour préserver cette avance que ses coéquipiers lui ont confiée.

Alors que le débat fait rage dans la province sur la possibilité de placer l’Élu sur le marché des transactions, voilà qu’il signe une deuxième victoire de suite, avec ce blanchissage d’une trentaine d’arrêts. C’était le 46e coup de pinceau de Price, ce qui lui permet de rejoindre Ken Dryden au troisième rang de l’histoire de la concession. Qu’on aime ou non Price, force est d’admettre qu’il en train de s’installer solidement dans le livre des records de la franchise la plus auréolée du hockey.

Un mot sur Ryan Poehling, qui a dû dormir comme un bébé lundi soir. Après avoir fait sensation à son arrivée en fin de saison l’an dernier, il a bien du mal à justifier sa réputation de super espoir. Lundi, l’Américain de 20 ans a réussi son premier but de la saison. Joli en plus, lui qui s’est servi de sa longue portée pour battre David Rittich.

C’est une séquence qui ne peut que l’aider à s’enraciner dans la grande ligue, après quelques détours par Laval. Avec son gabarit et son aisance le long des rampes, Poehling sera certainement utile dans les prochaines années. Tant mieux si, dès cette saison, il retrouve sa confiance quand la rondelle est au bout de sa palette…