Lyne Brousseau fait partie de l’écurie des frères Dumoulin.

Se battre pour Lyne

CHRONIQUE / Il n’est pas rare de voir une personne attaquer la cinquantaine avec un nouveau projet. Un tatouage, un saut en parachute, un voyage avec un sac à dos, alouette.

Depuis qu’il a franchi ce cap, Paul Corbeil, lui, planche sur… un combat de boxe! Ce projet va devenir réalité vendredi au Club Performance. Ça fait un peu plus de trois mois que le notaire et agent de joueurs de hockey s’entraîne sérieusement afin de vivre pleinement cette aventure d’un soir.

«Ça faisait longtemps que ça me trottait dans la tête, essayer la boxe. Je pousse des joueurs de hockey dans mon quotidien, je les invite à ne jamais lâcher, à se dépasser. Pour une fois, je vais me mettre dans leur peau», sourit le Grand Manitou du Groupe Paraphe.

Prendre la balle au bond

Corbeil a bien failli voir sa petite expérience être annulée à la dernière minute. Il devait se battre sous la formule du Challenge XPN, mise sur pied par un promoteur de Québec. Le concept n’a pas levé autant que souhaité, alors il a été abandonné, laissant en plan ces aspirants boxeurs après plusieurs semaines dans le gym.

Corbeil et Jimmy Boisvert ont toutefois décidé de saisir la balle au bond, et de joindre l’utile à l’agréable: la soirée aura bel et bien lieu pour permettre à ces hommes d’affaires de terminer ce qu’ils ont commencé, et les profits serviront à épauler Lyne Brousseau, une Trifluvienne qui se bat depuis près d’un an contre un cancer agressif. «On s’est réunis tous ensemble lorsqu’on a su que le gala tombait à l’eau, et on a convenu d’aller de l’avant malgré tout. Et c’est tout naturellement qu’on a décidé de le faire pour donner un coup de pouce à Lyne», explique Corbeil, qui ne veut pas prendre le crédit seul pour l’élaboration de ce plan b.

Paul Corbeil a été préparé par René Bourassa pour cette initiation à la boxe.

Ce n’est quand même pas un hasard si Lyne a été choisie pour bénéficier de l’opération. Elle est la conjointe de René Bourassa, qui a supervisé la préparation de Corbeil au club Performance. René et Lyne côtoient Corbeil depuis des années au sein de l’écurie des frères Jean-François et Louis-Philippe Dumoulin. Voilà deux univers qui sont très touchés par le farouche combat mené par la pétillante dame pour défendre sa vie. «Tout le monde l’aime, Lyne. Elle est toujours souriante, toujours prête à aider les autres. En ce moment, c’est elle qui a besoin d’aide. Tant mieux si notre soirée peut contribuer», sourit Corbeil.

Une levée de fonds a été lancée en avril par ses amis, et a permis jusqu’à maintenant d’amasser près de 22 000 $ sur un objectif de 30 000 $, montant qui doit servir à financer le coût des traitements médicaux qui ne sont pas couverts. Jimmy Boisvert espère que ce petit gala improvisé va permettre d’aller chercher ce qui manque à la cagnotte. «On a réduit les frais au maximum. Ainsi, ce ne seront pas des combats, mais bien des démonstrations de boxe. Les gars sont prêts, ils vont pouvoir vivre leur trip quand même. Je suis convaincu qu’ils ne se ménageront pas! Et, en bout de ligne, ça donnera un peu de gaz à un couple qui en a bien besoin.»

Vendredi sera donc un soir d’initiation de boxe pour Paul Corbeil, et aussi pour Étienne Lamontagne, Sylvain Jean et Martin Lefebvre. De vrais pugilistes amateurs du club Performance seront également en action, ce qui va permettre de présenter une carte d’une dizaine de «démonstrations». Et afin d’inciter le maximum de gens à se déplacer, le poids lourd professionnel Simon Kean a accepté de participer à la soirée avec une petite séance de sparring avec l’un de ses partenaires d’entraînement. «Nous sommes à moins d’un mois de son combat revanche face à Dillon Carman, Simon est en grande forme. Pas de doute qu’il en mettra plein la vue vendredi soir à ceux qui seront présents. Lui aussi, il tenait à être là», souligne Boisvert.

Pour Kean, ce sera une journée au bureau comme une autre. Pour Lamontagne, Jean, Lefebvre et Corbeil, il y aura pas mal de papillons dans l’estomac! «Mon but, c’est de durer les trois rounds. J’aurais aimé faire plus de course à pied pour me préparer mais bon, c’était difficilement conciliable avec mon horaire. Par contre, je suis fier de mon travail au gym. Je ne suis pas plus léger qu’avant, mais mes vêtements sont plus amples. J’imagine que c’est un bon signe», témoigne Corbeil, que Boisvert placera en face du vétéran Éric Gendron au centre du ring. «Il a déjà affronté Stéphane Ouellet et Éric Lucas chez les amateurs, je sens que je vais en avoir plein les bras! Je voulais un défi, je suis servi!»

Autre particularité de la soirée, pas de coût fixe pour assister aux combats. On mise plutôt sur une contribution volontaire. «Mais bon, tu peux écrire subtilement qu’on suggère 20 $», lance Boisvert.

Étienne Lamontagne, Éric Gendron, Paul Corbeil et Sylvain Jean vont s'initier à la boxe vendredi. Ils sont en compagnie de l'entraîneur René Bourassa.

Le message est fait…