Il faut s’attendre à ce que Martin Mondou explore le marché des joueurs de 20 ans en vue la prochaine saison des Cataractes.

Le calme avant la tempête?

CHRONIQUE / Il y a peu de répit au hockey junior.

Le tournoi de la Coupe Memorial vient juste de se terminer, les 18 équipes de la LHJMQ sont en train de faire leurs valises et convergeront vers la Vieille Capitale en milieu de semaine prochaine, pour les Assises du circuit Courteau dont le point culminant sera évidemment le repêchage des joueurs midgets samedi au domicile des Remparts.

D’ici là, beaucoup d’eau va quand même couler sous les ponts. Déjà, certains joueurs offerts en compensation ultérieure ont appris qu’ils allaient changer de camp à l’ouverture des transferts, vendredi prochain. Trois d’entre eux, notamment le capitaine Raphaël Harvey-Pinard, doivent quitter les rangs des champions, les Huskies de Rouyn-Noranda. C’est le prix à payer quand on fonce. Et à voir le party à Rouyn-Noranda ce printemps, personne ne va s’en plaindre!

Parlant des champions, il sera intéressant aussi de voir si les droits de Noah Dobson vont bouger dès cette semaine. Non, Dobson n’est pas en chemin pour Chicoutimi. Ce sont les Saguenéens qui contrôlaient sa destinée aux Fêtes, ils ont cédé ses droits aux Huskies sans élastique pour 2019-20. Si Dobson revient dans le junior l’an prochain, les Saguenéens vont récupérer un autre bon joueur des Huskies, mais pas ce gros cheval de course qui a été essentiel dans la quête de son club. Remarquez, bien des gens croient qu’il est mûr pour la LNH. Possible, mais il appartient à une équipe dirigée par un dinosaure, Lou Lamoriello. Ce n’est pas trop son genre, les graduations prématurées. Si les Islanders résistent à la tentation de le greffer à l’équipe l’an prochain, Mario Pouliot va faire sauter la banque en bougeant ses droits!

Parmi les clubs à surveiller cette semaine, il y a le Phoenix, l’Océanic, les Saguenéens et les Mooseheads, des formations qui ont le noyau pour foncer l’an prochain. À Chicoutimi, Yannick Jean a déjà acquis Harvey-Pinard et Ethan Crossman, qui débarque comme vétéran de 20 ans en provenance de Baie-Comeau. Avec un ou deux ajouts en défensive, Jean pourrait gâter ses partisans. Ces derniers ont été patients ces dernières années. À Rimouski, il risque d’y avoir pas mal de mouvements. Certains vont partir, d’autres vont arriver. Serge Beausoleil n’a pas trop le choix, ce sera la dernière année d’Alexis Lafrenière. Or, l’équipe perd la moitié de son top 6 en attaque. L’an passé, il a acheté avec modération, question de se garder des cartouches pour 2019-20. C’est le temps de s’en servir!

Discret, Mondou

Et les Cataractes dans tout ça? Martin Mondou est très discret en ce moment, ce qui n’est pas dans ses habitudes.

Faut dire qu’il mène plusieurs dossiers en même temps. Il revient de meetings avec l’équipe nationale des moins de 17 ans, où il agira à nouveau comme directeur-gérant. Dans ses temps libres, il est également un homme d’affaires qui gère quelques entreprises!

Mais cette semaine, ce sera son équipe junior qui meublera l’essentiel de son agenda.

Il va arriver à Québec avec le cinquième choix au total, un choix de 2e tour et deux choix de troisième ronde dans ses bagages. Pas une vilaine position. Maintenant, ce bouquet va probablement changer d’ici samedi prochain. On dit en coulisses que les Cataractes sont prêts à reculer au premier tour, si la compensation est alléchante. Le fait également que les Sea Dogs laissent courir la rumeur que le premier choix pourrait changer de mains oblige Mondou à faire le nécessaire pour au moins connaître le prix fixé… Sur le parquet, je serais étonné que Mondou soit celui qui va prendre le micro au cinquième rang.

Il faut par ailleurs s’attendre à voir le directeur général des Cataractes explorer le marché des joueurs de 20 ans. Paraît qu’il est plus volumineux qu’à l’habitude, ce qui contribue à garder les prix acceptables. Chez les Cataractes, il n’y a que Mikaël Robidoux qui peut occuper l’un de ces trois casiers. Du renfort en défense serait bienvenu.

Mondou pourrait donc au moins revenir avec un vétéran de plus dans son alignement.

Il serait toutefois surprenant qu’il comble les deux casiers de 20 ans disponibles. C’est que l’organisation est en attente de voir comment le dossier Jay O’Brien va se terminer. Ce choix de première ronde des Flyers a quitté la NCAA il y a quelques semaines. Il se cherche un nouveau domicile pour repartir la machine après une année extrêmement difficile. Certaines rumeurs le lient à une équipe junior A en Colombie-Britannique, une destination inusitée pour un choix de première ronde LNH de 20 ans! Pariez que les Flyers aimeraient pas mal mieux le voir dans la USHL, ou encore dans la LHJMQ. Or, le bilan de développement des Cataractes dans les dernières années est assez étoffé merci, avec les Anthony Beauvillier, Samuel Girard, Brandon Gignac et autres Simon Benoît. Si les Flyers font bien leurs devoirs et qu’ils creusent un peu plus loin, ils vont également découvrir que les Pascal Dupuis, Marc-André Bergeron et Alex Burrows se sont servis de Shawinigan comme tremplin à 20 ans pour connaître une belle carrière LNH.

Tout ça ne veut pas dire que O’Brien va s’installer à Shawinigan l’an prochain. Mais les Cataractes ont raison d’être patients…

Voilà qui met la table pour une bien belle semaine de tractations, de discussions et de transactions, un cocktail explosif qui va nous mener au repêchage samedi prochain.

On s’en reparle.