Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nouvel entraîneur des Cantonniers de Magog, Stéphane Robidas, est le premier à reconnaître que son expérience derrière un banc est plutôt limitée. Mais avec presque 1000 parties au compteur dans la LNH, différents entraîneurs qui l’ont dirigé, son expérience dans l’organisation des Maple Leafs, il ne part pas les mains vides.
Le nouvel entraîneur des Cantonniers de Magog, Stéphane Robidas, est le premier à reconnaître que son expérience derrière un banc est plutôt limitée. Mais avec presque 1000 parties au compteur dans la LNH, différents entraîneurs qui l’ont dirigé, son expérience dans l’organisation des Maple Leafs, il ne part pas les mains vides.

Stéphane Robidas à l’heure des préparatifs

Jean-Guy Rancourt
Jean-Guy Rancourt
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Stéphane Robidas compte les heures et les journées alors qu’approche à grands pas le pré-camp d’entraînement des Cantonniers de Magog, qui s’amorcera le 2 août à l’aréna de Magog. Le successeur de Félix Potvin accueillera au-delà de 100 hockeyeurs, la plupart de 15 et 16 ans, du territoire de l’Estrie pour son premier contact avec les joueurs dans son nouveau rôle d’entraîneur.

S’il a connu une belle carrière dans la Ligue nationale, Robidas le doit beaucoup à son ardeur au travail, lui qui ne ménageait rien et prenait tous les moyens pour être prêt lorsque la rondelle tombait sur la glace. Force est d’admettre que la même intensité anime Robidas dans ses nouvelles fonctions. « Je réalise qu’être proche de l’action, c’est quelque chose qui me manquait encore plus que je l’avais imaginé. Pourtant, j’étais très heureux dans mes fonctions de directeur du développement des joueurs des Maple Leafs de Toronto, mais il faut croire que j’avais encore d’autres avenues à explorer. Et l’une de celles-là, c’est de me recoller le nez dans un vestiaire et enseigner aux jeunes. Pourtant, je n’ai même pas encore vu les joueurs, mais je suis dans les préparatifs par-dessus la tête. Je vois le calendrier du camp d’entraînement, de nos joutes présaison, celui de la saison régulière. C’est en train de se concrétiser et j’ai bien hâte qu’on passe à l’action », affirme Robidas.

Les contacts

Stéphane Robidas est le premier à reconnaître que son expérience derrière un banc est plutôt limitée. Mais avec presque 1000 parties au compteur dans la LNH, différents entraîneurs qui l’ont dirigé, son expérience dans l’organisation des Maple Leafs, Robidas ne part pas les mains vides. Or, ce dernier ne tient rien pour acquis et il a multiplié les rencontres depuis un certain temps avec des entraîneurs de carrière tels que Stéphane Julien, Mario Durocher, Judes Vallée, Félix Potvin, Clément Jodoin, Benoît Groulx et quelques autres.

« Quoi de mieux que de discuter avec ces hommes d’expérience pour me mettre au diapason de ce qui m’attend ? J’aime avoir plusieurs opinions, plusieurs points de vue et ensuite me faire ma propre idée. Évidemment, j’ai aussi rencontré Toby Lafrance, qui sera mon adjoint avec les Cantonniers, rôle qu’il remplissait déjà avec Félix (Potvin). Quant à Alex Carrier, qui est notre instructeur des gardiens, il connaît tellement son métier. Je lui fais totalement confiance », commente Robidas qui a également été contacté par d’autres entraîneurs du circuit Lévesque qui lui ont souhaité la bienvenue dans la ligue.

Des passionnés

Le père de Justin Robidas s’est aussi fait un devoir de communiquer avec les responsables des équipes Harfangs et Canimex de la structure intégrée Estrie, qui développent la très grande majorité des futurs porte-couleurs des Cantonniers.

« Le midget AAA (M18) étant au sommet de la pyramide, ça revient à dire qu’on bénéficie de leur travail à la base. Et ils accomplissent un boulot magistral. Je veux entretenir un dialogue constant avec ces gens, leur dire que je voulais et tenais à travailler en équipe avec eux et tous ceux qui forment des joueurs en Estrie et aussi dans le réseau scolaire. Les jeunes qui forment l’élite sont entre les mains d’entraîneurs compétents, qualifiés et passionnés. C’est encourageant tout ça. Je m’en voudrais aussi de ne pas souligner le travail de Jean-Pierre Fillion à la tête de la structure intégrée. Il est en poste depuis longtemps et on peut compter sur sa vaste expérience. »

Parlant de passion, Robidas passe déjà un premier message pour la prochaine saison. « Je veux des joueurs passionnés à Magog. Car un jeune qui ne l’est pas va trouver la saison passablement longue. Un nouveau milieu de vie, une nouvelle école, les entraînements quotidiens, les nombreuses parties, les voyages, c’est beaucoup en même temps pour des adolescents qui n’ont jamais connu ça. D’ailleurs, j’ai déjà commencé à prendre des informations sur les joueurs qui cogneront à nos portes. Connaître leur personnalité, leur caractère pour me permettre d’avoir une vue d’ensemble. Je piaffe d’impatience d’assembler les pièces du casse-tête pour former la nouvelle mouture des Cantonniers, voir leur progression, passer par les hauts et les bas d’une saison et comment s’en sortir. Bref, vivre tout ce qui entoure une équipe de hockey directement sur la glace. »

Saison normale ?

Peut-on s’attendre à une saison dite normale en 2021-2022 avec la pandémie ? « À l’heure actuelle, le monde du hockey mineur est sûrement en meilleure posture que l’été dernier à pareille date. C’est évident que les vaccins font une énorme différence. Pour notre première semaine qui sera celle du précamp, nous n’entrevoyons aucun problème particulier. On va mettre sur pied des groupes de 10 patineurs plus un gardien. C’est ce qui avait été fait l’an dernier en raison des restrictions liées à la pandémie. Pour la seconde semaine, ce sera le début officiel du camp d’entraînement avec une quarantaine de joueurs. On verra plus proche de cette date quels seront les paramètres sous lesquels nous pourrons opérer. On se croise les doigts pour que tout se déroule normalement », espère Robidas.

Le calendrier préparatoire des Cantonniers se mettra en branle dès le 10 août avec un programme double face aux Estacades Trois-Rivières à l’aréna de Magog. Un mois plus tard, soit le 10 septembre, la formation magogoise lancera sa saison régulière en visitant le Phénix du Collège Esther Blondin. Deux jours plus tard, les fidèles partisans des Cantonniers renoueront avec leurs favoris. Les Chevaliers de Lévis seront alors de passage à l’aréna de Magog. Plusieurs formations entreprendront leur saison plus tôt, soit à compter du 2 septembre.

Mentionnons en terminant que le circuit Lévesque porte dorénavant un nouveau nom. Ainsi, la Ligue de hockey développement midget AAA du Québec a fait place à la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec.