La course du 800 m chez les femmes étaient très relevé, mercredi soir, lors du Crépuscule Jacques-Martin. Le trio formé de la Sherbrookoise Maïté Bouchard (à gauche), de Lucia Stafford (au centre) et de Lindsey Butterworth (à droite) a dominé la course. C’est Butterworth qui l’a emporté, tout juste devant Bouchard.
La course du 800 m chez les femmes étaient très relevé, mercredi soir, lors du Crépuscule Jacques-Martin. Le trio formé de la Sherbrookoise Maïté Bouchard (à gauche), de Lucia Stafford (au centre) et de Lindsey Butterworth (à droite) a dominé la course. C’est Butterworth qui l’a emporté, tout juste devant Bouchard.

Soirée d'athlétisme réussie à Sherbrooke

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
C’était soir de premières mercredi alors que le Club d’athlétisme de Sherbrooke (CAS) accueillait une toute première compétition depuis 2018. Et une première compétition sur la toute nouvelle piste Mondo du Stade de l’Université de Sherbrooke. Et pour l’occasion, les amateurs ont eu comme plat principal une finale du 800 m très relevée, impliquant la Sherbrookoise Maïté Bouchard.

Une foule intéressante s’est déplacée pour la présentation du Crépuscule Jacques-Martin, au Stade de l’Université de Sherbrooke.

Plusieurs athlètes du CAS, d’un peu partout en province et même du reste du Canada, étaient sur place pour cette première compétition d’athlétisme extérieure en temps de COVID, à Sherbrooke.

Le point culminant de la soirée fut certes la course féminine sur 800 m. Outre Bouchard, qui coursait à Sherbrooke pour une première fois depuis longtemps, on retrouvait Lindsey Butterworth, de Colombie-Britannique, qui a participé aux Championnats du monde d’athlétisme l’an dernier, de même que l’Ontarienne Lucia Stafford, qui a été maintes fois médaillée lors des Championnats canadiens UPSORTS. Sa soeur aînée Gabriela a participé aux Jeux olympiques de 2016 à Rio.

C’est finalement Butterworth (2:01.09 minutes) qui l’a emporté, un cheveu devant Maïté Bouchard (2:01.92), suivi de Stafford (2:02.07).

La jeune Sherbrookoise Élodie Hébert, invitée cette semaine à compléter cette vague relevée, a complété le 800 m avec un chrono de 2:17.69.

Cette course sherbrookoise était déjà la dernière de cette courte saison extérieure 2020 pour Bouchard, qui prendra du repos, avant de reprendre ses stages en médecine et attendre le début de la saison intérieure d’athlétisme.

Ensuite viendra la tant attendue sélection olympique pour les Jeux de Tokyo de 2021, qui doit se dérouler à Montréal.

« C’était vraiment l’fun, c’est rare que je puisse courir à la maison. C’était vraiment une bonne préparation pour les essais de Montréal. Mes amis, ma famille, n’ont pas la chance de me voir courir souvent. Et les conditions étaient parfaites ce soir et la piste, rapide », a dit la Sherbrookoise, exténuée, après son 800 m

« La course a bien été! J’étais prête, j’avais un bon plan et je l’ai bien exécuté. J’ai peut-être passé un peu lent au 400 m, en une minute et quelque chose. L’idéal aurait été vers 59 secondes. Quand même, c’est une drôle de saison, c’est ma deuxième et dernière course de la saison. Si je fais la moyenne des deux courses, c’est super bien, ça vient boucler ce que j’ai fait cet hiver. Dans les circonstances, on fait avec ce qu’on a. C’est super positif quand même. Je sais que je suis en forme pour passer sous les deux minutes, mais la compétition, l’ambiance de compétition, et sa gestion, ça ne se pratique pas », a-t-elle expliqué.

« J’étais contente d’accueillir les filles chez nous. On voulait toutes faire des bons temps et retrouver le feeling de la compétition. Je me suis occupé pour les loger, on essaie toutes de s’entraider. Maintenant, je prends congé et on verra pour la suite. On peut très bien s’entraîner ici et travailler pour cet hiver. »

Une bonne foule s’est déplacée pour cette compétition organisée par le Club d’athlétisme de Sherbrooke (CAS), une première compétition pour le club depuis 2018. 

Deuxième meilleur temps à l’extérieur

L’enthousiasme de Maïté Bouchard était partagé par son entraîneur Simon Croteau.

« Je suis vraiment content. Dans le contexte, avec deux courses cet été, dont l’une samedi dernier. À l’extérieur, c’est son deuxième meilleur temps à vie, ce qui n’est pas rien! Ce soir, il y avait une pression, malgré le fait que ce ne soit pas une course qualificative, ou rien. C’était à Sherbrooke, devant tous les gens qu’elle connaît. C’est une belle préparation, à moindre échelle, de ce qu’elle va peut-être vivre à Montréal lors des essais olympiques. Tu dois te faire une bulle, te concentrer. Elle a fait une super belle gestion », a dit l’entraîneur.

« Lucia Stafford vient de battre le record U23 canadien sur 1000 m, cet hiver, elle a battu le record canadien sur 1500 m. Elle arrivait sur une lancée. Et Lucia a fait son meilleur temps à vie sur 800 m ce soir. Et Lindsey a été finaliste aux Jeux panaméricains l’an passé, et demi-finaliste aux Championnats du monde. Et elle court un « deux flat » depuis trois ans, ce n’est pas rien. »

Outre les règles de distanciation et de désinfection des mains, le Club d’athlétisme de Sherbrooke a tenu un registre de tous les gens qui entrait dans le Stade de l’Université de Sherbrooke.

Élodie Hébert satisfaite

Quant à la jeune Élodie Hébert, elle était simplement reconnaissante d’avoir pu vivre cette expérience, avec des coureuses de ce calibre.

En mars 2019 à Montréal, la Sherbrookoise avait remporté l’épreuve du 800 m catégorie junior lors des Championnats canadiens d’athlétisme en salle, tout en établissant son meilleur chrono sur la distance, soit 2 minutes 19 secondes.

« J’ai trouvé ça vraiment dur! Il y avait vraiment du haut niveau devant moi! Je suis partie trop vite, trop tôt, sur les 200 premiers mètres et l’acide lactique a embarqué. J’ai eu de la difficulté à finir le dernier tour », a-t-elle expliqué, mais avec un sourire de contentement.

« Je suis un peu déçue, mais c’est une super expérience de pouvoir partager la piste avec ces athlètes », a dit celle qui a 18 ans, alors que ses rivales avaient entre 25-26 ans.

« On m’a proposé de joindre la vague, en début de semaine. J’ai hésité un peu, car je pensais courir le 800 m au programme de l’Athlétisme Sherbrooke Invitation de ce samedi. Mais je me suis dit que c’était une occasion unique! Samedi, je vais faire le 3000m. »

« Je vois le travail qui reste à faire pour arriver à ce niveau. Mes temps baissent vite, quand même. J’ai été blessée l’hiver dernier, une fracture de stress au pied, alors c’est le volume d’entraînement qui me manquait un peu. Je veux continuer à progresser en vue des Jeux du Canada de 2021 ».