Olivier Léveillé a écrit l’histoire en permettant à l’équipe canadienne de monter pour la première fois sur le podium lors de l’épreuve du relais aux Championnats du monde juniors de ski de fond.

Ski de fond : Olivier Léveillé dans un groupe sélect

Rares sont les Canadiens qui ont pu quitter un championnat du monde junior de ski de fond avec une médaille au cou. C’est pourtant l’exploit qu’a réalisé le Sherbrookois Olivier Léveillé au début du mois de mars à Oberwiesenthal, en Allemagne.

Seulement deux membres des équipes canadiennes avaient réussi à monter sur un podium lors des Mondiaux juniors, et ce, jusqu’à ce que l’équipe du relais obtienne l’argent lors des derniers Mondiaux. 

« J’étais le deuxième de notre équipe à partir et mon coéquipier nous avait mis en bonne position après 5 km. Quand j’ai commencé mon étape, je me retrouvais dans un peloton qui pouvait varier entre deux et dix skieurs. J’étais stressé, mais prêt à attaquer le relais. Je suivais le Norvégien de proche. Les Norvégiens sont réputés pour être excellents en ski de fond. Je copiais donc sa technique et je maintenais son rythme. Jusqu’à ce qu’il décide de se placer derrière l’Italien. L’Américain s’était détaché depuis longtemps, dès le début de la course. Donc je me retrouvais seul devant le peloton en deuxième position. Quand j’ai donné le relais au troisième membre de notre équipe le peloton était formé de seulement cinq skieurs. J’étais fier de ce que j’avais accompli », informe le fondeur de 18 ans.

À la fin de la troisième étape, le Canadien a complété son 5 km dans un peloton de seulement trois skieurs. 

«Remi Drolet est le meilleur de notre équipe et on était confiant quand on l’a vu compléter le relais. C’était une course historique parce que pour la première fois, il y avait deux pays d’Amérique sur le podium du relais aux Mondiaux juniors. On espérait être dans le top 10. On ne pouvait pas demander beaucoup mieux comme résultat. La bonne nouvelle est que nous serons trois juniors de retour l’an prochain. Ce sera excitant à surveiller encore une fois et il y a de très bons skieurs canadiens qui feront le saut chez les juniors prochainement », poursuit Olivier Léveillé, qui a vu son équipe conclure avec un temps de 55 min 33 s et 4 centièmes, c’est-à-dire 35,5 secondes de plus que les Américains.

La troisième place est finalement revenue aux Italiens, qui ont complété le podium.

L’effet Alex Harvey

Pour la première fois de son histoire, le Canada grimpait sur le podium lors du relais junior 4 X 5 km. Et le pays doit une fière chandelle à Alex Harvey, qui a su inspirer toute une génération. 

« Alex avait gagné deux médailles aux Mondiaux juniors à l’époque. Je crois qu’il a eu une grande influence dans notre sport au Canada. La première coupe du monde présentée à Québec il y a une dizaine d’années a aussi donné la piqûre aux plus jeunes selon moi. Tout cela a probablement fait en sorte que je me suis dirigé vers ce sport et que je suis devenu un passionné de ski de fond. Mes parents m’ont initié au ski de fond quand j’avais 10 ans et ils m’ont ensuite inscrit au Club du Parc du Mont-Orford. Mais Alex Harvey m’a fait découvrir une autre facette de ce sport », estime Olivier Léveillé. 

Notons que plus tôt lors de ce Championnat du monde, le jeune Sherbrookois avait pris la 30e position du 10 km classique et le 30e rang lors du 10 km au sprint patin.

« Le simple fait d’être qualifié au sprint en patins était déjà une belle réussite pour moi. Il s’agissait de ma première compétition internationale, alors j’en reviens plus que satisfait. »

Le Covid-19 et l’Italie

Si Olivier Léveillé a pu participer à ses premiers Mondiaux, il le doit entre autres au facteur chance. Parti le 4 février, Olivier Léveillé a participé à un entraînement en Italie pour ensuite se rendre en Autriche et finalement, en Allemagne pour la compétition. 

Quatre jours après son départ d’Italie, le gouvernement fermait les frontières en raison du Covid-19. 

« Quand on était présents en Italie, presque personne ne parlait du Covid-19. Mais quelques jours plus tard, on entendait de plus en plus parler de ce virus. On a été chanceux de ne pas être restés pris en Italie! » 

Dans la cour des grands

Le Sherbrookois terminera sa saison en faisant le saut chez les seniors dans le cadre d’une Coupe du monde et des Championnats canadiens.

La Coupe du monde aura lieu à Kenmore les 20 et 21 mars. Et du 26 mars jusqu’au 2 avril, Olivier Léveillé prendra part aux Nationaux. 

« J’ai rempli les critères pour faire partie de l’équipe nationale même s’il me reste une autre saison chez les juniors. Les attentes seront moins grandes pour mes deux dernières compétitions de la saison », note Olivier Léveillé.