Contenu commandité
Sherbrooke bouge même en zone rouge
Sherbrooke bouge même en zone rouge

De la raquette au crazy carpet

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
En ne pouvant pratiquer leur sport favori, plusieurs se tourneront vers d’autres options. La course à pied demeure la plus populaire. Mais avec le temps froid qui arrive à grands pas, les chaussures demeurent plus souvent dans le placard en hiver. C’est là que certains se trouveront soudainement une nouvelle passion en temps de pandémie, comme le ski, le badminton, le fat bike, le tennis ou le squash, tous des sports offerts par la Ville de Sherbrooke malgré la zone rouge. 

Au gymnase du centre Julien-Ducharme jeudi soir, tous les terrains de badminton étaient occupés. Depuis le 16 septembre, la pratique du badminton en simple est permise dans les gymnases municipaux. 

Les activités de pickleball libre en simple débuteront quant à elles le 23 novembre au gymnase du centre Julien-Ducharme.

Le centre récréatif Rock Forest demeurera aussi ouvert malgré la zone rouge puisque le tennis en simple est permis. 

« On affiche complet quant au nombre de membres, mais les visiteurs peuvent se présenter sur place pour profiter des plages horaires encore disponibles la semaine, la fin de semaine ou les soirs. L’endroit est populaire, mais les usagers trouvent toujours un moment de libre pour jouer », indique la préposée à l’accueil du centre récréatif. 

Des mesures sanitaires devront toutefois être mises en places au centre récréatif Rock Forest avant de permettre le badminton, le squash, le racquetball, le pickleball et le wallyball.

Si le mont Bellevue sera également prisé par les fondeurs, plusieurs se donneront également rendez-vous au Mont-Orford, sur les pistes de l’Université Bishop’s ou encore à la base de plein air André-Nadeau, là où la glissade et le fat bike attirent leur lot de visiteurs.

Et pour ceux qui voudront s’évader de l’hiver l’instant de quelques heures, ils auront toujours l’option de se rendre dans les simulateurs de golf intérieur, encore accessible même en zone rouge. 

Comme quoi le sport n’est pas mort même en temps de pandémie.