Le stade Amédée-Roy pourra contenir 300 personnes selon une décision de la Ville de Sherbrooke prise avant même l’annonce concernant la limite de 250 personnes dans les lieux publics.
Le stade Amédée-Roy pourra contenir 300 personnes selon une décision de la Ville de Sherbrooke prise avant même l’annonce concernant la limite de 250 personnes dans les lieux publics.

Sherbrooke accepte 300 personnes au stade Amédée-Roy

Avant même que le gouvernement du Québec annonce jeudi après-midi que le nombre maximal de personnes permis dans les lieux publics lors d’événements intérieurs et extérieurs passera de 50 à 250 personnes à compter du lundi 3 août, la Ville de Sherbrooke avait déjà statué que la limite du stade Amédée-Roy serait désormais fixée à 300, notamment pour les matchs des Expos de Sherbrooke.

La Ligue de baseball majeur du Québec a d’ailleurs annoncé la reprise de ses activités dès ce vendredi 24 juillet. Les Expos de Sherbrooke seront du côté de Coaticook pour y affronter le Big Bill pendant que les Blue Sox de Thetford Mines se mesureront au Cactus à Victoriaville en soirée.

«À Sherbrooke, ce sera du cas par cas pour chaque endroit, indique le maire Steve Lussier. Il fallait aller de l’avant. Le sport, ça tient en forme. Psychologiquement, c’est bon! Je crois qu’il est important d’ajuster la limite de personnes permise selon la capacité de l’endroit et le nombre de sièges.»

Pour cette raison, le comité COVID de la Ville de Sherbrooke a évalué le dossier des Expos de Sherbrooke et du stade Amédée-Roy pour en arriver à la conclusion que près de 30% de la capacité de 900 personnes serait la limite permise idéale, donc maximum 300 personnes. Le «comité politique» a ensuite tranché en acceptant la proposition. Les Expos espéraient une limite de 400 à 500 personnes.

«La limite de 50 personnes était une recommandation de la Santé publique, rappelle Steve Lussier. Si celle de 250 personnes demeure une recommandation, on conservera le chiffre des 300 pour le stade Amédée-Roy. Si c’est écrit dans le décret, il faudra se conformer, mais j’ai compris qu’il s’agit simplement d’une recommandation une fois de plus. Je crois que c’est raisonnable d’y aller selon la grandeur des lieux publics.»

Une analyse du Palais des sports

Tout indique que si la situation actuelle persiste, une analyse de la capacité du Palais des sports en temps de pandémie est à venir. 

«Je crois que si le 1,5 mètre est respecté une fois assis et que les gens suivent les autres consignes sanitaires comme le port du masque à l’intérieur lors des déplacements et le lavage des mains, il est responsable d’ajuster la capacité, ajoute le maire de Sherbrooke. L’aspect intérieur et extérieur est aussi très important. Est-ce que ce sera également 30% de la capacité du Palais des sports? Il y a une différence à faire entre un stade extérieur de baseball et un aréna. On fera toutefois l’exercice au moment venu. Mais je souhaite de tout coeur une reprise rapide du junior majeur. Le Phoenix le mérite tellement après avoir raté l’occasion de gagner la coupe la saison dernière.»

D’autres municipalités risquent d’emboîter le pas. 

«J’ai parlé à d’autres maires qui songent aussi à adapter la capacité selon la grandeur des lieux, confie Steve Lussier. C’est souvent bien de respecter les recommandations. Elles sont là pour être respectées. Mais je crois qu’il est aussi important de s’adapter. Je n’ai pas du tout peur de me faire taper sur les doigts. Je suis souvent en communication avec la Santé publique. Je crois sincèrement que le nombre de sièges est important pour fixer la capacité actuelle, selon la situation de la Covid-19.»

Le maire de Sherbrooke rappelle toutefois que la Santé publique pourrait revoir cette limite si la situation en lien avec la pandémie s’améliore ou non. 

«Si on sent l’arrivée d’une deuxième vague, la recommandation de la Santé publique pourrait changer et la capacité des lieux publics pourrait être revue à la baisse», soutient le maire de Sherbrooke. 

Pour sa part, la ministre de l’Éducation s’avoue «heureuse de pouvoir officialiser le retour d’un plus grand nombre de personnes dans les entraînements ou dans les événements sportifs amateurs intérieurs».

« De nombreux sportifs et spectateurs apprendront la nouvelle avec bonheur, confie Isabelle Charest, mais je les invite à continuer de respecter les consignes de la santé publique. Ce n’est qu’en étant tous responsables que nous pourrons reprendre le cours normal de nos vies. »