Après une victoire facile et rapide jeudi, Félix Auger-Aliassime aura toutes ses forces pour affronter le premier favori à Sherbrooke, le Britannique Edward Corrie vendredi.

Shapovalov peine, Auger-Aliassime domine

Fort d'une journée faste pour les joueurs canadiens jeudi, le Canada aura trois représentants lors des matchs quarts de finale de vendredi au Futures de tennis Subaru de Sherbrooke.
Denis Shapovalov, Félix Auger-Aliassime et Brayden Schnur ont tous remporté leur match jeudi.
La tête de série numéro 2, Denis Shapovalov, en a eu pour son argent dans son affrontement contre l'Américain Christian Harrison; le blond gaucher a dû puiser dans ses réserves avant de venir à bout du coriace Américain en trois manches de 2-6, 7-6 (5) et 6-1.
Shapovalov a pris du temps à mettre la machine en marche contre Harrison; pas convaincant du tout, on ne le sentait pas présent, surtout lors de la première manche.
Petit à petit, il a stabilisé son jeu en fond de terrain, et il a frôlé la catastrophe à la fin du deuxième set, avant de forcer la tenue d'un bris d'égalité.
Au troisième set, il était évident pour les spectateurs du Centre récréatif Rock Forest - une autre salle comble - qu'Harrison ne se remettrait jamais d'avoir laissé passer sa chance. Et ce fut le cas. Shapovalov l'a taillé en pièce.
« Je n'étais pas concentré suffisamment en début de match, je ne sais pas pourquoi. J'ai réussi quelques bris au deuxième set qui m'ont mis en confiance, qui m'ont donné des indices sur comment l'attaquer efficacement », a-t-il dit à l'issue de ce match marathon de deux heures et dix minutes.
« Je savais que si je pouvais m'accrocher et forcer la tenue d'un troisième set, ça serait difficile mentalement pour lui, car il avait contrôlé pas mal tout le match. Je suis content, je dois apprendre de ce match et démarrer mes duels plus rapidement. »
Shapovalov affrontera le Français Laurent Lokoli, 5e tête de série, vendredi vers 20 h.
Auger-Aliassime facilement
Tout juste après son compatriote, le Québécois Félix Auger-Aliassime n'a quant à lui laissé aucune chance à l'Américain Winston Lin, en l'emportant 6-2 et 6-0 dans un match qui n'a duré qu'une cinquantaine de minutes.
L'écart entre les deux joueurs était trop important pour que le jeune Américain puisse espérer rivaliser.
Auger-Aliassime aura donc toutes ses forces pour affronter le premier favori à Sherbrooke, le Britannique Edward Corrie. Un match programmé pour 18 h, vendredi.
Plus tôt en journée, le surprenant Brayden Schnur a de son côté eu raison de l'Américain Henrik Wiersholm en trois manches de 6-7(3), 6-2 et 6-1.
Schnur, qui est dans la même portion de tableau qu'Auger-Aliassime, affrontera le Français Gregoire Barrere, quatrième tête de série.
Un potentiel de top 50
La proximité du tournoi sherbrookois permet aux entraîneurs des joueurs canadiens de faire le voyage afin de superviser de près leurs protégés.
Depuis le début de la semaine, on peut voir Martin Laurendeau, l'entraîneur et le capitaine de l'équipe canadienne de la Coupe Davis, et Guillaume Marx, entraîneur national à Tennis Canada.
On ne lésine pas sur l'encadrement et les conseils pour Shapovalov et Auger-Aliassime, qui en sont à leurs premiers pas chez les professionnels.
D'ailleurs, les deux jeunes ne sont pas sans rappeler les bonnes années du duo Milos Raonic-Vasek Pospisil.
« Félix est facilement parmi les cinq meilleurs joueurs que j'ai entraînés dans ma carrière. Je le suis depuis bientôt trois ans maintenant et il suit la courbe de développement qu'on attendait. Il a amorcé sa carrière junior avec une dizaine de tournois juniors l'an dernier, l'entrée s'est faite progressivement », a mentionné Marx, qui a entraîné Raonic et Pospisil ainsi que les Français Gaël Monfils et Gilles Simon.
« Il a tout: il a un physique déjà très robuste pour son âge, il est explosif et tous les coups sont là. Il n'a pas non plus de points faibles, il peut jouer court, il peut jouer du fond, il est très complet. Il a définitivement un potentiel de top 50 au monde. »
« Mais attention, il n'a que 16 ans; alors oui on vise haut, mais il peut se passer tellement de choses, une blessure, etc. On veut qu'il fasse carrière et qu'il gagne des titres ATP. Dans son cas, on a des objectifs de développement à court et moyen terme, tout en ayant des objectifs de résultats. Il faut y aller progressivement. »
« Chaque athlète est différent; Milos, par exemple, a pris sa maturité beaucoup plus tard. C'est difficile de faire des comparaisons. Chaque joueur suit sa propre courbe et s'ajuste à sa façon, à ce qu'il vit. Mais nul doute que Félix est un très très beau talent. »
Les matchs s'amorceront à 11 h, ce vendredi.
À noter que les demi-finales disputées samedi commenceront à midi, et non à 13 h comme annoncé au départ.