Samedi à Magog, Les Cantonniers ont servi une leçon de hockey aux Vikings de Saint-Eustache en inscrivant une victoire de 11-0.

Sept en sept pour les Cantonniers

Les Cantonniers de Magog ont rencontré une plus vive opposition après avoir lessivé les Vikings de Saint-Eustache 11-0 samedi. Rendant visite au Phénix du collège Esther-Blondin, les Magogois ont inscrit une septième victoire en autant de parties depuis le début de la saison en l’emportant 4-2.

Les Cantonniers avaient également connu un départ canon il y a un an avec six victoires d’affilée. Or, l’édition 2018-2019 vient de faire mieux avec un dossier parfait de sept en sept, toutes des victoires enregistrées en temps réglementaire de surcroît.

À Lachenaie face au Phénix, les Cantonniers tiraient de l’arrière à mi-chemin de la rencontre. Dans une première période complètement à l’avantage des Cantonniers, ceux-ci avaient pris les devants 1-0 grâce au but de Karl Vaillancourt. 

Sûrement inspiré par la tenue miraculeuse de leur cerbère Samuel Fournier qui a été mitraillé de 25 lancers dans les 20 premières minutes de jeu, le Phénix a renversé la vapeur en inscrivant les deux premiers buts du deuxième tiers. Le défenseur Édouard F. Cournoyer, avec son troisième but du week-end, a ramené les deux équipes à égalité avant la fin de l’engagement.

Au dernier vingt, le vétéran Jérémy Lapointe a enfilé l’aiguille pour ce qui allait devenir le but gagnant. Marshall Lessard a complété dans une cage déserte. Fait inusité, les quatre buts des Cantonniers ont été inscrits sans aucune mention d’assistance.

Après une première période relativement calme, Olivier Adam a été beaucoup plus affairé dans les 40 dernières minutes de jeu. Le portier des Cantos a finalement bloqué 33 rondelles, quatre de moins que Samuel Fournier.

Trois actes

Remplaçant Félix Potvin pour une deuxième partie de suite derrière le banc, Toby Lafrance parlait d’une partie en trois actes pour sa troupe. « Comme la veille, les gars avaient l’air d’un rouleau compresseur sur la glace en première période, sauf que leur gardien ne voulait pas céder. Il a donné une raison à ses coéquipiers de croire qu’ils pourraient revenir dans la partie et c’est ce qu’ils ont fait. Notre jeu était brouillon et j’ai noté une certaine nonchalance. Finalement, on a trouvé le moyen de gagner au dernier tiers. Ce n’est pas arrivé souvent cette année de débuter la dernière période sur une égalité. Les gars ont fait juste le nécessaire. Je m’attendais à une certaine baisse de régime après notre victoire de samedi. Tout ça fait partie du processus d’apprentissage », a commenté Lafrance.

Celui-ci refusait néanmoins de lancer la pierre à ses protégés. Il a même tenu à louanger le travail de certains des joueurs de l’équipe qui demeurent dans l’ombre. « L’équipe est invaincue. Oui on joue parfois avec le feu, mais on arrive jusqu’ici à éviter de se brûler. Dans tout ça, il y a des gars qui ne sont pas souvent sur la feuille de pointage, mais qui accomplissent un travail très honnête. En fin de semaine, les trios de Zachary Barabé et Piaget Ntakarutimana nous ont rendu de fiers services en effectuant de bonnes présences à des moments-clés ou encore en infériorité numérique », fait valoir Lafrance.

Samedi, dans la victoire de 11-0 sur Saint-Eustache, rappelons les doublés de Justin Robidas, Edourd F. Cournoyer, Alexandre Doucet, Tristan Roy et Olivier Picard. Xavier Dupont a obtenu le coup de pinceau.