Samuel Poulin espère contribuer autant qu’il le faisait en début de saison.

Samuel Poulin retrouve ses aises

Le capitaine du Phœnix a connu un passage à vide avant de subir une blessure l’ayant tenu à l’écart pendant 14 matchs. Depuis son retour au jeu, les performances de Samuel Poulin sont en dents de scie selon son entraîneur, ce qui a poussé Stéphane Julien à lui en demander davantage. L’attaquant du Phœnix retrouve ses aises peu à peu depuis le début de l’année 2020 et compte se rapprocher de son rendement du début de saison.

Blanchi à ses six derniers matchs avant de subir une blessure à la fin du mois de novembre, Poulin a retrouvé ses coéquipiers le 9 janvier dernier. Lors de ses six parties disputées en 2020, le joueur étoile du Phœnix a obtenu six points : trois buts et trois mentions d’aide.

Et malgré une performance de trois points contre les Voltigeurs de Drummondville vendredi dernier, Stéphane Julien souhaitait retrouver le joueur qu’il connaissait :

« On a besoin de notre capitaine », avait-il lancé à la fin de la partie.

« Oui, c’était plus difficile au début, admet le numéro 29 du Phœnix. Ça faisait un mois et demi que je n’avais pas joué et j’avais perdu le rythme. Mais ça commence à revenir tranquillement. Personnellement, je me sens plus à l’aise sur la patinoire et la confiance revient. C’est un facteur important. Je dois me laisser le temps de revenir à cent pour cent, parce que je savais que ça allait être plus difficile lors des deux ou trois premières parties. Je ne voulais pas en faire trop et je devais simplifier mon jeu. Tout reviendra progressivement. »

S’il a maintenu un rythme de cinq tirs par partie depuis son retour, Samuel Poulin n’a toutefois pas été en mesure de lancer lors de son dernier affrontement contre les Tigres de Victoriaville.

« Je veux travailler cet aspect de mon jeu. Je veux tirer plus souvent et avoir de plus en plus de lancers au filet si l’occasion s’y prête. J’ai quand même souvent des chances de marquer et je dois en profiter. C’est un atout que je dois exploiter un peu plus. »

Poulin demeure une menace constante pour les gardiens adverses. Parlez-en à Alexis Gravel, des Mooseheads de Halifax, qui était aux premières loges samedi pour assister au but d’assurance du Phœnix marqué grâce à un tir sans avertissement de Poulin.

« J’ai retrouvé mes coéquipiers du début de la saison. Je suis content de rejouer avec Alex-Olivier Voyer et Félix Robert. Bientôt, les blessés seront tous de retour et on espère avoir un alignement complet. Ce sera alors une bonne nouvelle pour nous. On pourra miser sur plus de profondeur et à l’approche des séries, ce sera plus motivant en voyant tout le monde sur la glace. »

Le Titan avant les Sags

Même si tous les amateurs semblent avoir oublié la présence du Titan d’Acadie-Bathurst vendredi soir à Sherbrooke et parlent davantage de l’affrontement de dimanche face aux Saguenéens de Chicoutimi, le Phœnix refuse quant à lui de prendre à la légère ses prochains adversaires.

Avec huit victoires en 43 parties, le Titan occupe la gênante dernière position du classement général tandis que le Phœnix trône toujours au sommet avec deux points de plus que les Saguenéens, qui ont toutefois disputé une partie de moins.

« Il faut se préparer de la même façon que si l’on affrontait Chicoutimi, rappelle Samuel Poulin. J’ai l’impression que chaque équipe qui nous affronte veut battre la meilleure équipe au classement. C’était la même chose pour nous dans le passé, quand on jouait contre le meilleur club du circuit. On voulait le battre. Les autres équipes sont prêtes, donc c’est à nous de l’être aussi. »

« Le Titan a battu Rimouski la semaine dernière, rappelle l’entraîneur sherbrookois, Stéphane Julien. On doit le prendre au sérieux. Leur gardien fait une grande différence. On doit jouer notre style de match. C’est ce que l’on n’a pas fait la semaine dernière même si notre club a empoché quatre points sur une possibilité de six. Avec le retour de plusieurs joueurs, on doit retrouver notre rythme dès vendredi. »

Bailey Peach effectuera un retour au jeu, tout comme Olivier Crête-Belzile. Le Phœnix devra toutefois se passer d’Israel Mianscum, de Xavier Parent et de Vincent Anctil.

« Dans le cas de Vincent Anctil, on espérait le revoir cette semaine, précise Julien, mais ça ira finalement à la semaine prochaine. On constate du progrès chez Xavier Parent. On espère un retour dans son cas au mois de février. Pour ce qui est d’Olivier Crête-Belzile (malade), il est prêt à jouer et fera partie de l’alignement en fin de semaine. »

Samuel Hlavaj sera envoyé devant la cage du Phœnix vendredi en espérant distancer les Sags, qui eux affronteront Alexis Lafrenière et l’Océanic de Rimouski vendredi soir.