Mathieu Tousignant évoluait avec les Panthers de Nottingham, en Angleterre, avant de voir la saison de la EIHL être annulée, vendredi matin.

Saison terminée et retour au pays pour Mathieu Tousignant

Le Canada n’est pas le seul pays où le hockey est durement touché pour les prochaines semaines ou les prochains mois. En Angleterre, où évolue le Sherbrookois Mathieu Tousignant, la saison de la Elite Ice Hockey League (EIHL) a été annulée vendredi matin, alors que son équipe s’était déjà qualifiée pour les séries.

Avec encore huit matchs à disputer en saison, les Panthers de Nottingham, occupaient le cinquième rang du classement cumulatif de l’EIHL, avec 58 points en 46 matchs.

Mathieu Tousignant a disputé une dizaine de matchs en Angleterre, lui qui a amorcé la présente saison en ligue élite slovaque, avec les Polars Bears de Miskolci DVTK, un club de Hongrie.

En 10 matchs avec sa nouvelle équipe, Tousignant avait cumulé quatre points, dont trois buts.

« Je suis déçu de la tournure des événements, mais on doit penser à la santé des joueurs ainsi qu’à leurs familles. On est la dernière ligue à annuler la saison, alors on a tout fait pour jouer les derniers matchs. C’est dommage, car on avait une bonne saison, et on avait même une chance de finir au premier rang », a dit Tousignant, qui est en Angleterre avec sa fiancée.

Un peu comme partout dans le monde, le nombre de cas possible d’infection au COVID-19 est en hausse à Nottingham.

« Oui, c’est pareil ici, les épiceries sont en manque de plusieurs produits, les écoles et restaurants sont fermés, de même que plusieurs autres endroits publics. On est en sécurité, mais ce n’est pas l’idéal. »

Mathieu Tousignant pourra rentrer au pays la semaine prochaine.

Après quatre années passées dans la LHJMQ, Tousignant a roulé sa bosse dans la Ligue américaine de hockey (LAH) et joué quelque 300 matchs avec les Stars du Texas, les Flames d’Adirondack et les IceCaps de Saint John. Il a également fait des séjours dans la East Coast League.

Il s’est par la suite dirigé vers l’Europe, où il a joué en Allemagne et en Suisse, depuis la saison 2015-16.

« En Angleterre, c’est super, on est bien traités, l’organisation est vraiment professionnelle. La ville est intéressante. Le calibre de jeu est beaucoup mieux que je pensais. Je dirais que c’est plus fort que la ECHL, et un peu moins que la LAH », a dit le hockeyeur de 30 ans.

Ce dernier est rapidement devenu un favori de la foule, notamment par son style physique et intense.