Rosalie Tremblay a démontré son adresse avec son bâton et une rondelle, sur Instagram, et plus de 3500 personnes ont aimé son vidéo. —
Rosalie Tremblay a démontré son adresse avec son bâton et une rondelle, sur Instagram, et plus de 3500 personnes ont aimé son vidéo. —

Rosalie Tremblay remporte un concours d’habiletés de Hockey Québec

SHERBROOKE — Rosalie Tremblay a remporté un concours d’habiletés lancé par Hockey Québec sur ses différentes plateformes de réseaux sociaux, la fin de semaine dernière. Et elle était la seule fille parmi les trois finalistes du concours.
Regardez cette publication sur Instagram

Dans la vidéo qui a séduit les internautes, on aperçoit la jeune fille de 11 ans, qui évoluait avec l’équipe des Harfangs pee-wee AAA de Sherbrooke la saison dernière, faire différentes manœuvres d’adresse avec son bâton et une rondelle.

Au total, ce sont 3498 personnes qui ont aimé sa publication qui est franchement impressionnante.

Des habiletés étonnantes qui expliquent probablement pourquoi la jeune fille fut la plus jeune joueuse de l’équipe féminine de Caroline Ouellette, qui a participé à la dernière édition du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, contre des garçons.

Elle a également terminé au premier rang du classement des pointeuses de la Ligue de hockey élite du Québec féminin, elle qui a amassé 31 points (20 buts et 11 passes) en 22 parties.

Son équipe des Harfangs a d’ailleurs dominé toute compétition, la saison dernière et elle n’a été stoppé que par la pandémie de la COVID-19. L’équipe de Patrick Joncas a fini la saison avec une fiche de 20 victoires, une défaite et deux verdicts nuls en 23 matchs.

« C’est mon père qui m’a parlé du concours. Déjà, avant ça, je pratiquais beaucoup ce genre de mouvements à la maison, alors j’ai décidé de participer. J’avais déjà un peu de pratique, aussi. Depuis le début du confinement, les Harfangs nous proposent des exercices à faire sur une page Facebook. Quand tu réussis, ton équipe gagne un point. Depuis ce temps-là, j’ai commencé à essayer différents maniements et ensuite, j’ai utilisé davantage mon imagination et j’en ai créé d’autres », a dit la jeune fille.

La popularité de sa vidéo l’a un peu surprise.

« Près de 3500 vues, je suis contente et surtout, j’étais la seule fille dans les finalistes », a-t-elle dit.

Rosalie Tremblay continuera à exercer sa passion sur la patinoire familiale, aménagée derrière la maison et baptisée en l’honneur de son grand-père Blaise, très connu dans le petit monde du hockey sherbrookois.

L’an prochain, ce sera l’entrée au secondaire et une place chez les Harfangs, en catégorie pee-wee ou bantam.

Les souvenirs de la dernière saison sont encore bien vivants, surtout ceux du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

« On a connu une bonne saison, avec une seule défaite en plus de gagner le tournoi de Sherbrooke et celui de Laval. À Québec, j’ai vraiment aimé ça : c’est une expérience qu’il faut vivre une fois dans sa vie. C’était vraiment cool, être juste avec les filles, de ne pas avoir de parents avec nous, de coucher seules à l’hôtel avec les filles et être responsable, comme des grandes! »

Toute la famille Tremblay adore le hockey. Le paternel Yannick fut l’un des meilleurs joueurs seniors issus de Sherbrooke, sa fille aînée Maxim (gilet jaune) a également joué avec les Harfangs, alors que Sam se pratique déjà, sous l’œil attentif de maman Karine Desrosiers. Toute la petite famille pose sur la patinoire Blaise Tremblay, nommée en l’honneur du père de Yannick, très bien connu dans le petit monde sportif en région et décédé il y a quelques années.

Le hockey dans le sang

Rosalie est la fille du hockeyeur sherbrookois Yannick Tremblay.

Ce dernier a joué quatre ans avec les Faucons de Sherbrooke (LHJMQ), en plus d’être l’un des meilleurs joueurs de hockey senior produit par Sherbrooke. « Ti-cul » était reconnu par ses pairs pour son leadership tant sur la glace que dans le vestiaire, il était un joueur fort respecté.

Nommé la recrue de l’année en 2002-2003, il s’alignait à l’époque pour la formation de Windsor (senior), avant de jouer huit ans avec le Saint-François de Sherbrooke, tout en remportant deux championnats des séries éliminatoires en plus d’être choisi le meilleur joueur des séries à une reprise.

Membre du club des 500 points depuis le 10 décembre 2010, il a également été élu sur l’équipe d’étoiles des 20 ans de la LNAH. Il termina sa carrière avec les Marquis de Jonquière, avec qui il remporta un dernier championnat des séries éliminatoires au printemps 2013. En 12 saisons dans la LNAH, il amassa 611 points ce qui lui confère le 10e rang des pointeurs de tous les temps.

Appelé à commenter le caractère de sa fille, Yannick Tremblay n’a pu esquiver les comparatifs.

« C’est une passionnée. Du hockey, elle en mange, et elle déborde de confiance. Une semaine avant le dévoilement du vote, elle m’a dit qu’elle allait gagner. Elle a du chien, même si elle ne pèse que 62 livres », a dit le paternel.

« Plus de 3500 vues de sa vidéo, c’est l’fun pour elle. Elle était fière de voir qu’Ève Gascon, Marianne Picard (Stanstead), Laurence Frenette, avaient aimé sa vidéo. Caroline Ouellette l’a aussi félicité sur Tweeter. Elle n’a rien gagné, pour ce concours. Elle a gagné le mérite que tous ces gens l’a connaissent, maintenant. C’est quelque chose, pour une jeune fille de 11 ans! »