Marié et reposé, le Nord-Irlandais Rory McIlroy repart à la conquête du premier rang de la PGA.

Rory McIlroy se sent d'attaque

Une bague au doigt. De nouveaux outils dans son sac.
Si son mariage et un nouveau contrat avec un fournisseur de bâtons ne suffisaient pas déjà, Rory McIlroy s'est vu remettre une figurine (bobblehead) à son image pour avoir gagné la coupe FedEx l'an dernier. C'est la seule chose qui lui a donné l'impression d'avoir vieilli.
« Toutes ces rides autour de mes yeux, a lancé McIlroy, mardi, en regardant la poupée. Ça laisse croire que j'évolue sur le circuit depuis deux décennies plutôt qu'une. »
McIlroy est sur le point de compléter sa 10e saison chez les professionnels, et l'aventure s'est avérée assez agréable. Le Nord-Irlandais, qui a célébré son 28e anniversaire de naissance jeudi, totalise 21 victoires et quatre titres majeurs.
Mais il s'est passé beaucoup de choses dans sa vie depuis sa septième place au Tournoi des Maîtres en avril.
« Entre Augusta et ici, j'avais besoin de régler certaines choses, et c'est ce que j'ai fait pendant les 10 jours qui ont suivi Augusta », a raconté McIlroy.
Ces dossiers étaient liés à son équipement, et McIlroy a changé de bâtons pour la quatrième fois en cinq ans. Il a délaissé Titleist pour Nike pour amorcer 2013, et quand Nike s'est retiré de la fabrication de bâtons de golf l'an dernier, il s'est tourné vers Callaway. Pas encore à l'aise, surtout avec les balles, McIlroy a effectué de nouveaux tests et a signé une entente à long terme avec TaylorMade.
« J'ai conclu qu'il s'agissait de la meilleure façon d'essayer d'avancer, de m'améliorer, de gagner, de reprendre le premier rang du classement mondial et de remporter plus de tournois majeurs, a précisé McIlroy. Je suis emballé par cette perspective. »
Sauvé
Son récent mariage l'a également comblé de joie.
McIlroy a rencontré son épouse, Erica Stoll, il y a environ cinq ans alors qu'elle travaillait au service du transport pour la PGA of America pendant le tournoi de la coupe Ryder de 2012, à Medinah. Stoll a empêché McIlroy de vivre un moment des plus gênants, alors qu'il avait oublié qu'il se trouvait dans le fuseau horaire central des États-Unis et qu'il a eu besoin d'une escorte policière pour se rendre au terrain.
Il est arrivé quelques minutes avant son départ, a remporté son match et l'Europe a égalé le record pour la remontée la plus spectaculaire dans l'histoire de la compétition.
Le mariage a eu lieu il y a deux semaines en Irlande et les tourtereaux ont passé leur lune de miel dans les Caraïbes.
« Ce fut bien sûr le plus beau week-end de ma vie, et j'espère que ce fut aussi le cas pour Erica. Avec ce qui s'est passé au cours des dernières semaines - mon mariage et mon association avec TaylorMade -, il semble que tout est maintenant réglé. Il n'y a plus beaucoup de points d'interrogation dans ma vie en ce moment. J'ai l'impression que tout est en place, et si c'est ce que vous ressentez sur le terrain de golf, je peux imaginer que ça va aider. »
Le 1er rang
Maintenant, le temps est venu de reprendre le boulot.
McIlroy, qui a passé un total de 95 semaines au sommet du classement mondial - plus que quiconque depuis 2010 -, occupe actuellement le deuxième échelon. Mais il est si loin derrière Dustin Johnson qu'il pourrait ne pas parvenir à rejoindre l'Américain même en gagnant le Championnat des joueurs, ce week-end, et l'Omnium des États-Unis, à la mi-juin.
Il n'a pas gagné un seul tournoi depuis sa victoire en éliminatoires lors du Championnat du circuit, l'an dernier, qui lui a permis de remporter la coupe FedEx. Rien ne laisse croire que ça sera plus facile en fin de semaine, non pas à cause de la qualité de ses adversaires, mais parce que le Stadium Course du TPC Sawgrass répond mal à son style de jeu.
« C'est le tournoi le plus difficile à gagner au golf », a affirmé Jordan Spieth.
Malgré tout son talent, McIlroy n'est pas parvenu à briser la normale avant sa quatrième participation au tournoi. Il a raté le seuil de qualification trois années consécutives, et même s'il a montré des signes d'amélioration, il n'a jamais terminé à moins de quatre coups du vainqueur.
« J'ai toujours pensé que je profitais d'un avantage lorsque je frappe bien la balle sur les tertres. Ici, le terrain ne me le permet pas, et plus tôt pendant ma carrière, je devais composer avec cela et accepter de frapper la balle du même endroit que les autres joueurs. »