L’entraîneur et receveur des Expos, Bruno Laurin, admet que les premiers matchs dans la LBMQ ont été un succès malgré le spectre de la COVID-19.
L’entraîneur et receveur des Expos, Bruno Laurin, admet que les premiers matchs dans la LBMQ ont été un succès malgré le spectre de la COVID-19.

Rien de normal dans la LBMQ

SHERBROOKE — Pas d’arbitre derrière le marbre. Des joueurs qui ne se félicitent pas après un circuit. Des partisans, plus nombreux, bien répartis dans les gradins. Il n’y a rien de normal dans la LBMQ, qui a lancé ses activités avec succès le week-end dernier. 

La Ligue de baseball majeur du Québec est le premier circuit d’importance en province à retrouver ses spectateurs. Ces derniers semblaient compter les jours avant de retourner au stade pour assister enfin à une partie.

Le circuit croit d’ailleurs pouvoir gagner en popularité en accueillant de nouveaux amateurs, qui ont soif de sport depuis que la planète sportive a cessé de tourner en raison de la COVID-19. 

« Coaticook avait hâte de nous retrouver! » a lancé l’entraîneur du Big Bill, Jonathan Breton. 

Près de 240 spectateurs assistaient à la partie du Big Bill dimanche soir au stade Julien-Morin, une défaite de 14-7 contre le Cactus de Victoriaville.

« On comptait dans ce lot 210 billets payants, ce qui est plus que nos 125 ou 150 billets habituels. On a pu couvrir nos frais! Même nos recrues n’étaient pas habituées à ça. Nos nouveaux gars ne jouaient pas devant une foule aussi importante dans le junior », rappelle l’entraîneur du Big Bill. 

Les Expos de Sherbrooke ont également encaissé la défaite à Montréal face aux Brewers, cette fois par la marque de 7 à 2.

« J’ai été surpris de voir autant de monde dans les estrades. Pour les Brewers de Montréal, 125 spectateurs, c’est très bon. Il y a rarement eu autant de monde aux matchs des Brewers », raconte Bruno Laurin, l’entraîneur et receveur des Expos.

Chaque organisation de la LBMQ doit également se plier aux directives de Baseball Québec, mais aussi, de leur municipalité au sujet de la COVID-19. 

« À Saint-Jean, la Ville a pris une photo aérienne et a jugé que la limite de spectateurs serait de 150. Ailleurs, il n’y a pas de limite. Il suffit de garder la distanciation de deux mètres. Et si notre équipe a accès au vestiaire au stade Amédée-Roy de Sherbrooke, ce n’est pas le cas à Montréal. Il faut s’habituer aux changements, comme la présence de l’arbitre derrière le lanceur. Mais bon, on s’y fera le temps d’une demi-saison! » indique Bruno Laurin.

Pour Jonathan Breton, tous ces changements importent peu puisque le but principal a été atteint.

« On a enfin une saison de baseball, c’est le plus important! Je n’y croyais plus à un certain moment. Des fois, j’étais confiant, d’autre fois, j’étais peu optimiste. On ne savait plus sur quel pied danser. »

Un match d’ouverture Sherbrooke/Coaticook

Ce samedi à 19 h, les Expos espèrent aussi que les partisans seront du rendez-vous au stade Amédée-Roy lorsque le Big Bill sera le club visiteur. Le lendemain à 14 h, ce sera au tour des champions de la LBMQ, les Blue Sox de Thetford Mines, de visiter Sherbrooke pour conclure le week-end d’ouverture d’une saison écourtée à 15 parties.

« On profite de la présence de quelques joueurs qui ne devaient pas évoluer pour nous, précise l’entraîneur des Expos. On ne pensait pas voir John Anthony Lantigua, le fils d’Eddie, dans notre alignement. Il devait évoluer dans la Frontier League. On compte aussi sur Germin Lopez, qui avait participé au camp des Capitals de Québec en plus d’avoir été signé par les Pirates de Pittsburgh en 2018 pour leur filiale en République dominicaine. »

Les Expos ne sont pas les seuls à avoir attiré des joueurs des ligues supérieures, qui ne peuvent rejoindre leur équipe respective en raison de l’arrêt des activités. 

Le Cactus de Victoriaville compte sur deux joueurs des Capitales : le lanceur Karl Gélinas et le deuxième but David Glaude. Les Cascades de Shawinigan ont accueilli Steve Brown de la Ligue Canam et l’ancien espoir des Mets de New York Raphaël Gladu.

« Chaque organisation ou presque a son joueur professionnel. Le calibre sera très élevé cette année. On doit profiter de l’occasion pour mieux se faire connaître et mieux vendre notre produit », note Jonathan Breton.

Jonathan Breton, pilote du Big Bill de Coaticook, remarque que le calibre de jeu sera très élevé cette année dans la LBMQ.