Verrons-nous les Cantonniers célébrer un but à l’automne? La question se pose.
Verrons-nous les Cantonniers célébrer un but à l’automne? La question se pose.

Retour au jeu: beaucoup de questions chez les Cantonniers

Même s’il est « beaucoup trop tôt » pour se prononcer, le président des Cantonniers de Magog, Renaud Légaré, préférerait que la saison de la Ligue de hockey midget AAA soit annulée, plutôt que retardée ou que les matchs soient disputés avec moins de joueurs.

« Si ça recommence au mois de janvier, qu’est-ce qu’on fait avec les camps d’entraînement? Est-ce qu’on aura un entraîneur? À quoi vont ressembler les budgets? » demande M. Légaré.

Cette situation rendrait d’autant plus compliqué le volet scolaire, puisque le calendrier des écoles débute habituellement à la fin du mois d’août. « Le mois de septembre est synonyme d’adaptation pour un jeune, rappelle M. Légaré. Il change de maison, d’école, il arrive dans un programme de hockey très intense. Il ne faut pas l’oublier. »

« Je ne peux pas concevoir qu’on va pouvoir jouer à trois contre trois ou à quatre contre quatre. Pas au prix que ça coûte », insiste-t-il, jugeant impossible de respecter la distanciation sociale de deux mètres au hockey.

« Tant et aussi longtemps qu’on ne sait pas si on peut jouer à 20, je pense qu’on perd notre temps », insiste-t-il.

Renaud Légaré juge qu’« il ne peut pas y avoir de Ligue midget AAA sans déplacement ». « C’est impossible. On forme une ligue pour jouer l’un contre l’autre. C’est ma vision », affirme-t-il.

Pour lui, Hockey Québec n’a que lancé des idées cette semaine. « C’est sorti comme si c’était ce qui allait se faire. Pondre des idées, c’est parfait. Ça démontre qu’ils sont proactifs. Ils sortiront la meilleure possible pour que nos jeunes puissent pratiquer leur sport. Tant qu’on n’est pas au mois de juillet, tout ce qu’on va dire ou faire sera du bla-bla », dit le président de l’organisation qui perdrait 8000 $ s’il ne parvenait pas à tenir son concours de golf cet été.

Pour les formations du circuit Lévesque, les pertes financières pourraient être énormes. « On regarde ce qui peut se faire pour que les équipes puissent sauver des sous. Tout le monde trouve que la décision d’annuler le Challenge CCM s’est prise un peu vite. En grande partie, c’est à cause des coûts. On a tous perdu des partenaires et des revenus non négligeables », commente le président des Cantos.

Renaud Légaré

« On va s’ajuster »

Rucruteur pour le Phœnix de Sherbrooke, Alain Préfontaine rappelle qu’Hockey Québec se prépare à plusieurs éventualités. « Ils ont publié les scénarios les plus pessimistes, mais je ne pense pas que ça se rende jusque là. Il va falloir s’ajuster. À trois contre trois, on voit un peu moins le sens du hockey chez les joueurs. S’il faut le faire, car on a juste ça comme référence, on va le faire. Espérons que notre expérience va nous servir ».

« On va commencer par faire notre repêchage et voir quand la LHJMQ va commencer. Ce n’est pas facile de se faire un plan, ça change toutes les semaines », décrit le recruteur qui ne sait pas comment le tout fonctionnera s’il n’y a pas de saison 2020-2021.

Hockey « différent »

Pour le président de Hockey Estrie, Gilles De Blois, « le hockey va être différent cette année, c’est clair ».

La situation crée aussi des mots de têtes dans les plus petites municipalités, puisque les clubs comptent sur moins de joueurs. « On va devoir poser des questions à savoir comment on permet à ces jeunes d’évoluer », prévoit-il.

La situation de la pandémie pourrait avoir des effets sur le nombre d’inscriptions au hockey l’automne prochain. « Je pense que ça va dépendre de ce qu’on va proposer aux enfants et aux parents, résume M. De Blois. Si les jeunes peuvent jouer avec leurs amis et que ça permet aux enfants de faire un développement de base aux enfants, je pense que beaucoup de monde va se mettre en attente. »

Les associations de hockey doivent remettre leur rapport à Hockey Québec pour le 15 mai.