Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Mistral de Sherbrooke souhaite reprendre ses activités normales dès le mois de mai.
Le Mistral de Sherbrooke souhaite reprendre ses activités normales dès le mois de mai.

Reprise du soccer : le Mistral se montre confiant

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Une chute radicale de revenus, un chamboulement organisationnel et une constante incertitude qui plane au-dessus de son organisation. La dernière année n’a pas été de tout repos chez le Mistral de Sherbrooke. Après avoir observé une baisse importante du nombre de membres lors de la dernière saison, le Mistral souhaite connaître une année moins rocambolesque et se dit confiant de pouvoir relancer ses activités cet été, dès le mois de mai.

« La COVID-19 a fait baisser radicalement nos inscriptions en raison de la crainte entourant la pandémie, confirme le président du Mistral, Abdallah Raouj. Cette fois, je pense que le nombre de membres pourrait revenir autour de 3500. Les jeunes ont hâte de voir leurs amis et de pouvoir bouger en jouant au soccer. Je suis convaincu qu’il y aura plus d’inscriptions. On vise encore le mois de mai, mais on devra attendre les indications de la Santé publique avant de savoir s’il y aura un léger retard en ce qui concerne le lancement de la saison. »

En Estrie, il n’y a qu’à Windsor que la période d’inscriptions est amorcée. Ailleurs, les organisations attendraient des nouvelles du gouvernement selon l’association régionale. 

« On ne pourrait pas procéder de la même façon en acceptant présentement l’inscription en ligne en raison de la grosseur de notre organisation et du nombre de membres, soutient Abdallah Raouj. Pas en ce moment-ci, pour éviter entre autres les remboursements si on s’imagine le pire des cas. On doit demeurer prudents, mais on a tout de même bon espoir de pouvoir reprendre nos activités cet été même si plusieurs choses demeurent hors de notre contrôle. Reste à savoir à quel genre de saison on aura droit, mais j’espère qu’il s’agira d’un retour aux activités normales. On en saura plus au mois de mars, après la semaine de relâche. »

Les bureaux étant fermés en raison de la situation actuelle, le Mistral invite les membres à lui écrire par courriel ou à consulter sa page Facebook et son site Internet.

Une embauche « très bientôt »

Un nouveau directeur général sera embauché dans les prochains jours par le Mistral pour amorcer la prochaine saison. Après le départ du directeur technique, le directeur sportif adjoint a aussi pris la relève, selon le président du Mistral. 

« Une ressource interne s’est chargée des rencontres avec le centre de développement et la planification est avancée », indique Abdallah Raouj.

Dès que la situation le permettra, les employés du Mistral retrouveront leur lieu de travail au Centre multisport Roland-Dussault, près de l’aréna Eugène-Lalonde.

En faveur d’un ajout de terrains

Abdallah Raouj se dit par ailleurs heureux de pouvoir compter prochainement sur un nouveau terrain de soccer à surface synthétique à Rock Forest.

« Je peux confirmer un manque de terrains à Sherbrooke, surtout dans l’Ouest. Ce terrain synthétique permettra de miser sur une surface de qualité peu importe les conditions. Notre priorité est les terrains de proximité et il y a un manque à gagner avec le développement de cette portion de la ville. La population a augmenté rapidement à Rock Forest. »

Ce nouveau terrain s’inscrit dans un projet de création d’un pôle soccer incluant dix terrains et un nouveau stationnement au parc Central : plus de 5000 personnes ont signé une pétition pour s’y opposer en raison du déboisement et de différents aspects environnementaux.

« Je peux comprendre certains citoyens dans leur préoccupation. Le projet est sous analyse du côté de la Ville de Sherbrooke. Une réflexion doit être faite, mais on tient vraiment à offrir des terrains de proximité à la population de ce secteur pour que nos nombreux membres soient bien desservis et ne soient pas obligés de traverser la ville pour s’entraîner ou disputer une partie », explique le président du Mistral de Sherbrooke.