En 2017, l’équipe masculine de hockey a remporté l’or aux Jeux du Québec disputés à Alma.

Répéter la performance de 2017

La délégation estrienne qui se présentera à Québec du 1er au 9 mars prochains pour la 54e finale des Jeux du Québec, sera formée de 154 athlètes, qui participeront aux compétitions sportives dans 19 des 24 disciplines proposées. L’Estrie espère égaler sa performance de 2017 à Alma, où elle a terminé au neuvième rang du classement cumulatif par points des régions.

Les 154 athlètes de l’Estrie proviennent majoritairement de Sherbrooke, mais au total, ce sont 29 municipalités de la région qui sont représentées.

Et comme c’est souvent le cas lors des Jeux d’hiver, l’Estrie aura davantage d’athlètes féminines (79) que d’athlètes masculins (74).

Si l’objectif des points au classement est plus facile à définir, il en est autrement pour le nombre de médailles espérées, confirme le chef de mission pour la délégation de l’Estrie, Nicolas Vanasse.

« Nos espoirs de médailles sont moindres que lors de la dernière édition des Jeux d’hiver. Pour plusieurs athlètes qui ont un potentiel de médailles, cette édition 2019 des Jeux du Québec se retrouve soit avant ou après une compétition nationale. C’est donc difficile de savoir si ces derniers verront les Jeux du Québec comme un gros entraînement ou davantage une phase de repos. On a eu 22 médailles en 2017, ça devrait être un peu moins cette année », a-t-il dit.

« Pour le classement des points, par contre, on espère atteindre la production de 2017, soit 175, à égalité au neuvième rang avec l’Outaouais, sur les 19 régions présentes. »

« Mais notre objectif premier, c’est d’envoyer le plus d’athlètes possible. Les Jeux du Québec se situent en plein milieu de parcours pour les athlètes. Notre but est que les 154 athlètes qui vont se présenter à Québec ressortent de cette expérience améliorés et soutenus par un élan vers des objectifs plus ambitieux », a dit M. Vanasse.

19 sports sur 24

L’Estrie sera dans seulement cinq sports. La région n’aura pas de représentants en ringuette, en taekwondo, en basketball en fauteuil roulant, en boccia et en plongeon.

« Le club de plongeon a cessé ses activités l’an passé¸ à cause d’un manque d’implication. C’est un peu triste, car le club avait de très belles installations, que ce soit au Cégep et surtout, à l’Université de Sherbrooke. Pour les autres disciplines, il y a des raisons parfaitement logiques; en Estrie, le hockey féminin est très fort, donc ça explique l’absence de la ringuette. Pour le taekwondo, la boccia et le basket en fauteuil roulant, il n’y a tout simplement pas assez d’athlètes. »

Des bénévoles investis

Quelque 60 bénévoles accompagneront la délégation estrienne lors des deux blocs de compétition. Une denrée rare et précieuse, dit Nicolas Vanasse.

« Ce sont tous des bénévoles qui prennent entre cinq et neuf jours de congé pour soutenir les jeunes lors des compétitions. C’est aussi ça, l’essence des Jeux du Québec. Trouver des bénévoles n’est pas la chose la plus facile ces temps-ci, alors de pouvoir compter sur autant de gens, c’est merveilleux. On veut les remercier. »

La soirée pré départ se déroulera le 20 février, tandis que le départ pour le premier bloc de compétition se fera le 1er mars à midi, au Centre Julien-Ducharme.

L’identité du porte-drapeau et de l’ambassadeur de la délégation sera connue la semaine prochaine.