Le président du Phœnix, Denis Bourque, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, ont vanté les mérites de la ville et du club de hockey de Sherbrooke lors de la conférence de presse confirmant la tenue du repêchage 2020 à Sherbrooke, comme l’avait annoncé La Tribune en exclusivité.

Repêchage LHJMQ 2020 : Sherbrooke lèvera toujours la main

Pour une troisième fois en sept ans, le Phœnix et la Ville de Sherbrooke accueilleront les assises de la LHJMQ ainsi que le repêchage annuel de 2020, et ce, grâce à leur bonne réputation. Les organisateurs avaient d’ailleurs annoncé leur intérêt depuis longtemps à la LHJMQ et tout indique que ce ne sera pas la dernière fois.

Le Phœnix et la Ville de Sherbrooke sont devenus des habitués du repêchage. Leur but? Hausser la barre, une fois de plus. 

« Ils amènent toujours la petite touche qui fait en sorte que les gens se souviendront de ce moment. On avait même envoyé à la Ligue nationale de hockey la vidéo de la séance de sélection 2014 tenue à Sherbrooke parce qu’elle avait entendu parler de la qualité de l’événement », a expliqué le commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Gilles Courteau, présent au Palais des sports lors de l’annonce effectuée jeudi soir.

Les assises débuteront le 3 juin et se clôtureront le samedi 6 juin avec la tenue de la séance de sélections annuelle. 

« C’est avec une grande confiance que nous leur accordons l’organisation de cet événement, confirme M. Courteau. Les deux entités ont prouvé qu’elles peuvent accueillir des événements à grand déploiement. Le Palais des sports Léopold-Drolet est un endroit bien adapté pour ce genre d’activités et les séances de sélections de 2014 et 2015 avaient été d’immenses succès. (...) Sherbrooke est un endroit idéal autant par sa localisation que par son offre abondante d’hôtels et de restaurants. »

Rappelons que les Remparts de Québec accueilleront avant tout l’événement en 2019.

« Il y a un intérêt dans les autres marchés, mais les amphithéâtres ne sont pas toujours disponibles pour tenir cet événement, précise Gilles Courteau. Il y a des équipes qui manifestent un intérêt, mais malheureusement, la date ne correspond pas toujours. La plus belle preuve : nous avons retardé les assises d’une semaine à Québec l’été prochain parce que le Centre Vidéotron n’était pas disponible. On mise toujours sur la première fin de semaine de juin à cause des examens scolaires. Puis si un marché n’est pas capable de rencontrer les exigences en ce qui concerne le nombre de chambres d’hôtel ou les infrastructures, il ne peut pas recevoir l’événement. »

Une référence

En accueillant entre autres des rencontres du Défi Canada-Russie, des parties préparatoires du Championnat mondial de hockey junior et des repêchages, le Phœnix de Sherbrooke s’est forgé une réputation favorable. 

« Lorsque nous sommes arrivés dans la ligue en 2012, nous voulions devenir une organisation prestigieuse dans la LHJMQ et en toute humilité, je crois que nous avons atteint notre but », estime le président du Phœnix, Denis Bourque.

« Depuis son retour dans la LHJMQ en 2012-2013, l’organisation est devenue une référence par sa créativité et le professionnalisme de ses acteurs et le tout commence par un excellent groupe d’actionnaires et un personnel administratif très talentueux », confirme Gilles Courteau.

Ce dernier en rajoute : « La première fois que nous étions à Sherbrooke pour le repêchage, le Phœnix n’avait pas seulement respecté les éléments du cahier de charge : il en avait fait encore plus, ce qui a donné un événement comme on les aime avec un effet wow. L’organisation des nombreuses rencontres durant les assises s’était bien déroulée. L’intérêt des autres envers les assises et le repêchage n’est pas aussi fréquent qu’à Sherbrooke. C’est particulier de voir un club et une ville vouloir l’événement sur une base aussi fréquente. On n’a pas de problèmes d’aller dans les autres marchés, mais quand Sherbrooke nous montre un intérêt, c’est un gros plus pour nous considérant ce que les gens d’ici peuvent faire. »

Un repêchage avant une Classique hivernale 

Le Phœnix de Sherbrooke avait annoncé tout récemment que sa priorité demeurait pourtant la Classique hivernale.

« Parfois, nous travaillons sur certains projets qui se concrétisent un peu plus tard et nous tenions à saisir l’occasion d’accueillir une fois de plus les assises et le repêchage. Dès la fin de la séance de 2015, nous avions annoncé notre intérêt à la LHJMQ de répéter la chose n’importe quand. Nous le serons aussi dans les prochaines années. Nous pouvons toujours dépanner! » clame Denis Bourque. 

« La Classique est un projet toujours présent, poursuit-il. Ce ne sera pas pour demain matin toutefois. Est-ce que ce sera dans deux ans, trois ans, nous ne savons pas ce qui peut arriver! » 

Des rénovations à prévoir

Le maire Steve Lussier a annoncé jeudi soir que des améliorations seront apportées au Palais des sports prochainement.

« Nous allons travailler sur l’infrastructure du Palais des sports et nous allons être prêts pour accueillir l’événement en 2020. Nous allons réserver les fonds dans le prochain budget afin de respecter les critères exigés par la LHJMQ. » 

Si le Phœnix souhaite une plus belle façade du Palais des sports, des portes coupe-feu pourraient également être installées et les bandes pourraient aussi être changées ainsi que les espaces de restauration.