Sélectionné en 1ère ronde l’an dernier, Samuel Hlavaj est le joueur européen ayant eu le plus grand impact au sein du Phœnix de Sherbrooke.
Sélectionné en 1ère ronde l’an dernier, Samuel Hlavaj est le joueur européen ayant eu le plus grand impact au sein du Phœnix de Sherbrooke.

Repêchage international : jouer à la roulette russe

Le repêchage international de la Ligue canadienne de hockey aura lieu le mardi 30 juin et même si l’encan commence à 11 h, le Phœnix de Sherbrooke devra patienter jusqu’au 53e rang avant de choisir le joueur espéré. Même s’il demeure tout de même important, le rang de sélection n’est toutefois pas aussi crucial que celui du repêchage traditionnel. Bien souvent, tout repose sur la négociation ou la campagne de charme menée auprès des joueurs européens et leur agent.

D’année en année, bien des équipes de la LCH ne repêchent pas le meilleur joueur disponible, mais bien celui avec lequel elles ont tout simplement réussi à s’entendre. D’autres fois, les organisations se risquent en sélectionnant un joueur de premier plan qui ne se présentera finalement jamais avec la formation, préférant demeurer en Europe. 

« On garde toutes les portes ouvertes, indique Jocelyn Thibault, qui mène son dernier dossier avant de céder son poste de directeur général à Stéphane Julien. On a encore de bons joueurs dans notre mire. On a déjà sondé certains d’entre eux pour vérifier leur intérêt envers le Canada. On profite heureusement d’une bonne réputation. Le dossier Samuel Hlavaj nous aide à attirer l’attention des agents. J’ai bon espoir que tout se passera rien. »

Après avoir vécu l’expérience du repêchage international à huit reprises, le Phœnix a pu retenir quelques leçons. 

« Ce n’est toujours pas facile, le repêchage européen, mais c’est plus facile avec ce bagage d’expérience. On a développé des liens avec les agents dans le passé. Ce qui complique notre travail cette année, c’est l’annulation des Mondiaux des moins de 18 ans. Ça devait avoir lieu à Detroit et on avait prévu y aller. On en profite souvent pour se bâtir une banque de joueurs potentiels. »

Nikita Kucherov... au 43e rang

Le repêchage international peut à l’occasion devenir l’équivalent de la roulette russe. Combien d’équipes ont dépensé leurs choix pour un joueur qui n’a jamais disputé de matchs avec cette organisation?

On n’a qu’à penser aux Giants de Vancouver, qui avaient fait de Filip Zadina le 4e choix total de l’encan en 2016. Zadina a boudé l’OHL pour finalement accepter de rejoindre les Mooseheads de Halifax l’année suivante en devenant le 11e choix de l’encan, appartenant à Halifax en 2017. Pendant ce temps, Sherbrooke sélectionnait au 5e rang et a préféré passer pour conserver les services de Yaroslav Alexeyev et Marek Zachar. 

Lors de sa première saison, le Phœnix avait fait de Vladislav Lysenko sa sélection de première ronde, 37e au total. Un peu plus tard, les Remparts de Québec sélectionnaient un dénommé Nikita Kucherov au 43e rang. Uniquement parce que Kucherov s’était préalablement entendu avec les Remparts en 2012. 

La chance n’a pas toujours souri aux différentes équipes de la LCH. En 2017, Filip Chytil et Martin Necas devenaient des choix de première ronde dans la LCH et n’ont jamais joué dans le circuit avant de rejoindre la LNH, comme le gardien Andrei Vasilevski, repêché en 2012 par Mississauga au 66e rang. Pendant ce temps au 60e rang, le Phœnix obtenait Tomas Torok, qui n’a disputé que cinq parties à Sherbrooke avant d’être échangé à Drummondville et de mettre une croix sur la LHJMQ. 

Une autre preuve que le rang n’a parfois aucune importance. 

En 2013, le Phœnix avait échangé son choix de 1ère ronde, 12e au total, aux Mooseheads de Halifax, qui en ont profité pour choisir Timo Meier, devenu un excellent joueur dans la LNH aujourd’hui. Plus tard, le Phœnix optait pour Tim Wieser en 2e ronde.

À la recherche d’un défenseur

Cette séance compte une fois de plus deux tours de sélection et se déroulera en ligne. L’ordre des choix a été déterminé selon l’ordre inverse du classement final de la saison régulière 2019-2020 de chaque ligue de la LCH, respectant une rotation des circuits.

Le Battalion de North Bay de la Ligue de l’Ontario détient le premier choix, suivi du Titan d’Acadie-Bathurst.

« Notre gardien européen revient et on tentera d’ajouter de la profondeur à l’attaque ou à la défensive en sélectionnant un seul joueur, confirme Jocelyn Thibault. On penche plus vers la position de défenseur. Mais on repêche loin. Dans le passé, on repêchait parfois rapidement et on voyait quand même nos joueurs ciblés partir avant. Ça nous prend donc un plan A, B, C, D et peut-être même E! Notre équipe a perdu des munitions en défensive et on a d’ailleurs déjà commencé à préparer la relève chez les défenseurs lors de l’encan des joueurs midget AAA au début du mois. »

Le Phœnix visera une fois de plus les grands honneurs et le joueur européen sélectionné pourrait avoir un rôle important à jouer dans les succès des Sherbrookois. 

« Tout dépend de l’adaptation des joueurs, rappelle l’entraîneur Stéphane Julien. Bien des choses sont différentes ici et ce n’est pas tout le monde qui est bon en Europe et qui se sent à l’aise en arrivant ici. Certains ont le mal du pays. »

« Les joueurs exceptionnels réussissent à avoir un impact immédiat, soutient pour sa part Jocelyn Thibault. Sinon c’est beaucoup demandé à un Européen de dominer à sa première saison. Bien souvent, ça prend un an d’adaptation. Comme dans le cas de Taro Jentzsch par exemple. »

D’ailleurs, tous voyaient le gardien de la Lettonie Arturs Silovs devant Samuel Hlavaj l’an dernier. Silovs a été repêché au 11e rang par Barrie alors que le Phœnix devait opter pour Samuel Hlavaj au 27e rang. 

Les Colts ont finalement terminé au 12e rang du classement général dans la OHL en voyant son gardien afficher un dossier de 16-13-4, une moyenne de buts alloués de 3,87 et un taux d’efficacité de .891. Silovs a été choisi en 6e ronde en 2019 par les Canucks de Vancouver et Hlavaj a été ignoré. 

Samuel Hlavaj a ensuite été un acteur important dans le championnat de saison remporté par le Phœnix. Hlavaj a présenté un dossier de 33-3-2, une moyenne de 2.25, un taux d’efficacité de .915 et constitue maintenant un choix potentiel de 2e tour au prochain encan de la LNH. 

« Samuel s’est bien adapté en ayant déjà joué au Mondial de hockey junior et aux États-Unis dans la USHL. On a souvent été chanceux en ce qui concerne l’adaptation de nos joueurs et on espère l’être encore cette année », termine Stéphane Julien. 

+

Choix du Phœnix au repêchage international

2019

1ère ronde (27e) Samuel Hlavaj 

Gardien,  Slovaquie

2018

1ère ronde (25e) Oliver Okuliar

Attaquant, Slovaquie

2e ronde (85e) Taro Jentzsch

Attaquant, Allemagne

2017

Aucun

2016

1ère ronde (12e) Yaroslav Alexeyev

Attaquant, Russie

2e ronde (59e) Marek Zachar

Attaquant, République tchèque

2015

1ère ronde (28e) Jan Dufek 

Attaquant, République tchèque

2014

1ère ronde (30e) Kay Schweri

Attaquant, Suisse

2013

1ère ronde (12e) Échangé à Halifax

(Timo Meier) 

2e ronde (63e) Tim Wieser

Attaquant, Suisse

2012

1ère ronde (37e) Vladislav Lysenko

Défenseur, Russie

2e ronde (60e) Tomas Torok

Attaquant, Slovaquie