Le cerbère Rémi Poirier a sa place dans le livre des records chez les Cantonniers de Magog après avoir éclipsé la marque de Maxime Daigneault qui résistait à l’usure du temps depuis l’an 2000.

Rémi Poirier dans le livre des records

Rémi Poirier a maintenant sa place dans le livre des records chez les Cantonniers de Magog. Le cerbère des Cantonniers a éclipsé la marque de Maxime Daigneault qui résistait à l’usure du temps. Lors des séries en 2000, Daigneault avait remporté 12 victoires devant la cage magogoise. Dix-huit ans plus tard, Rémi Poirier a inscrit son nom dans le livre des records de la concession magogoise en remportant dimanche dernier une 13e victoire dans les présentes séries.

Heureux de cette 13e victoire, Poirier se gardait une petite gêne et retardait les célébrations. « Parce que si je ne me rends pas à la 14e, ce record aura beaucoup moins de valeur à mes yeux. Quand on commence les séries, tout ce qu’on vise, c’est la coupe des champions. Le reste, les records personnels, c’est bien secondaire. Si je me rends à 14, c’est parce que nous aurons gagné la coupe Jimmy-Ferrari. À ce moment-là mon record voudra dire quelque chose, pas avant », a révélé Poirier qui affiche une moyenne de buts alloués de 2,16 par partie et un pourcentage d’efficacité qui se situe à 0.915 depuis le début des séries.

Ajoutons que le record de la ligue est de 15 victoires. Trois gardiens se partagent cet honneur, soit Bobby Nadeau avec Lévis en 2005, Guillaume Tartre avec Châteauguay en 2006 et Julien Giroux dans l’uniforme des Gaulois d’Antoine-Girouard en 2010. Lors de ces saisons, toutes les séries étaient des quatre de sept à l’exception de la ronde huitième de finale qui se voulait un trois de cinq.

De retour à l’entraînement

À l’instar de ses coéquipiers, Poirier veut en finir le plus rapidement possible avec les Estacades de Trois-Rivières qui sont en retard 0-3 dans cette finale quatre de sept. « On a appris à nos dépens contre Châteauguay que ça prend parfois une seule victoire pour relancer une équipe. Nous ne voulons pas donner cette chance aux Estacades. Dans les séries précédentes, ils en ont gagné 10 de suite. Ils croient encore à leurs chances de revenir et nous on continue de les prendre au sérieux. Ils feront tout ce qui est possible pour éviter l’élimination à la maison », a commenté Poirier.

Les Cantonniers sauteront à nouveau sur la glace olympique de l’aréna Eugène-Lalonde aujourd’hui pour une séance d’entraînement avant de retourner à Trois-Rivières mercredi pour la quatrième joute de cette finale. Lundi, l’entraîneur Félix Potvin a donné congé à ses protégés.

« C’est un congé qui a été fort apprécié de tous les joueurs. Il ne faut pas oublier qu’on a disputé une série qui a nécessité sept parties dans la ronde précédente. Un jour de repos nous permettra de recharger nos batteries », mentionne Poirier qui, de son propre aveu, ne s’éternise pas sur la glace lors des entraînements depuis le début des séries.

« Notre entraîneur dirige des pratiques courtes, mais intenses. Pour ma part, avec Alex Carrier notre instructeur des gardiens, je travaille sur des petits détails, rien de plus. C’est ce qui fait que dans les parties nous avons autant d’énergie en troisième période qu’en première », fait valoir l’ancien des Harfangs du Triolet.