Tout comme d’autres sports collectifs, le club de soccer le Mistral de Sherbrooke est dans l’attente d’une relance des activités avant de pouvoir contracter de nouveaux engagements financiers.
Tout comme d’autres sports collectifs, le club de soccer le Mistral de Sherbrooke est dans l’attente d’une relance des activités avant de pouvoir contracter de nouveaux engagements financiers.

Relance des activités sportives : le Mistral de Sherbrooke s’impatiente

La situation pandémique actuelle affecte le déroulement des activités sportives, et les clubs sportifs dont le club de soccer Le Mistral de Sherbrooke commencent à être impatients.

À lire aussi : Un plan en attente d’approbation pour le soccer

Malgré l’annonce imminente du déconfinement des sports collectifs, le gouvernement tarde à prononcer les prochaines étapes.

Même si les dirigeants du Mistral de Sherbrooke sont conscients que la saison estivale de soccer se déroulera autrement, la survie d’un club repose sur l’engagement vis-à-vis l’offre de service.

« Certains clubs ne sont pas capables de répondre à la phase un du plan de relance des activités de soccer avec tout l’aspect sécurité, mais nous, nous sommes prêts à commencer », confirme le directeur sportif du Mistral, Michel Couturier.

Un service différent, mais tout de même important dans la pérennité des clubs sportifs.

Selon Michel Couturier, le remboursement des frais d’inscriptions est toujours possible. Mais ce n’est pas ce qu’il souhaite.

« Le problème, et il faut que les gens comprennent, ce n’est pas une question de donner ou pas un service. On va le donner, c’est le “quand” que nous ne savons pas », précise Michel Couturier à propos des activités de soccer du Mistral.

Toutefois, d’après son communiqué de presse, le Mistral de Sherbrooke sollicite la collaboration et la compréhension des membres quant aux modalités concernant le remboursement des frais d’inscriptions.

Le club de soccer de Sherbrooke est la recherche de solutions et d’opportunités pour obtenir des fonds et permettre de traverser cette crise. Le but est de garantir une offre de services intéressante pour l’été, mais aussi pour toutes les années à venir.

« C’est un impact pour le futur, c’est dont le pourquoi nous demandons aux gens d’être patients avant un retour sur le terrain », mentionne Michel Couturier. 

Les organisations sportives ont souvent des structures basées sur le bénévolat. Selon le directeur sportif du Mistral, le remboursement de plus de 2000 inscriptions, du jour au lendemain, peut être difficile pour la survie d’un club.

« Il faut supporter notre club, et en ce moment ce n’est pas une question d’emplois. Ce n’est pas le temps de fragiliser le club pour le futur », enrichit Michel Couturier.

Les employés permanents du club ont accepté une baisse de rémunération de vingt-cinq pour cent. Depuis la mi-mars, cette rémunération est entièrement couverte par une subvention salariale d’urgence mise en place pour le gouvernement fédéral.

Tout comme d’autres sports collectifs, le club de soccer le Mistral de Sherbrooke est dans l’attente d’une relance des activités avant de pouvoir contracter de nouveaux engagements financiers.