Magdeleine Vallières-Mill
Magdeleine Vallières-Mill

Qui applaudirons-nous demain ?

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Ils poussent dans le dos des athlètes élites en leur rappelant que leur place au sommet n’est jamais acquise. Ils font de plus en plus parler d’eux dans les médias. Ils visent les grandes ligues ou bien encore les Jeux olympiques dans quelques années. Une nouvelle génération d’athlètes émerge en région. Lesquels devrons-nous surveiller dans un avenir rapproché? La Tribune trace un portrait des espoirs du sport amateur en dressant un top 12 des athlètes qui retiendront notre attention grâce à leur potentiel élevé.

Magdeleine Vallières-Mill, cyclisme

Le mot surdouée qualifie bien Magdeleine Vallières-Mill, qui multiplie les succès dans différentes disciplines en cyclisme. L’athlète de 18 ans a terminé au 10e rang au Championnat du monde junior de cyclisme sur route de Grande-Bretagne, ses quatrièmes Mondiaux de la saison. La Sherbrookoise a aussi participé aux Championnats du monde UCI de vélo de montagne en août dernier au Mont-Sainte-Anne. Elle a obtenu le 24e rang, sans oublier sa 28e position lors des Championnats du monde de cyclo-cross chez les moins de 23 ans alors qu’elle n’était âgée que de 17 ans. La jeune athlète est allée jusqu’à obtenir le triplé en cyclisme sur route au championnat canadien. Celle qui vise les Jeux olympiques se concentrera maintenant sur le vélo de route et le cyclo-cross et constitue déjà la fierté de toute une ville.

Anna Burnotte

Anna Burnotte, aviron

La Sherbrookoise a intégré l’équipe nationale d’aviron en 2017. Anna Burnotte a récemment été nommée parmi les 57 finalistes du 45e Gala SportsQuébec pour s’être dirigée avec le quatuor canadien vers la finale A des Championnats mondiaux d’aviron chez les moins de 23 ans, et ce, grâce au 4e rang de la vague de qualification. Probablement l’un des meilleurs espoirs du pays en aviron.

Jordan Pierre-Gilles (casque jaune no 1)

Jordan Pierre-Gilles, patinage de vitesse

Le jeune patineur de Sherbrooke est certainement l’un des athlètes de ce top 12 à s’approcher le plus de l’élite mondiale, puisqu’il se retrouve déjà au sein de l’équipe nationale de courte piste en tant que patineur de relève depuis le mois de novembre. Sans la pandémie de la COVID-19, Jordan Pierre-Gilles aurait pris part aux Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste en se rendant à Séoul au mois de mars avec Charles Hamelin, Steven Dubois, Pascal Dion et Cédrik Blais. L’équipe avait raflé plus tôt la médaille d’or à Dordrecht au relais 5000m lors de la coupe du monde aux Pays-Bas.

Marion Thénault

Marion Thénault, ski acrobatique

Un phénomène. Un peu moins de trois ans après avoir fait ses débuts en ski acrobatique, la Sherbrookoise a été sacrée championne du circuit NorAm. La semaine dernière, Marion Thénault a obtenu sa place au sein de l’équipe nationale de ski acrobatique. L’ancienne gymnaste de 20 ans a mis la main sur quatre médailles d’or et une médaille de bronze en huit compétitions du circuit panam.

Nicolas Perreault

Nicolas Perreault, patinage de vitesse

L’étoile montante du patinage de vitesse au Canada a remporté le championnat national junior à Calgary sur les distances de 1000 mètres et 1500 mètres chez les 19 ans et moins en plus d’ajouter trois médailles d’argent à sa récolte. Nicolas Perreault est passé bien près de grimper sur le podium au Championnat du monde junior en obtenant une 5e position. Perreault se prépare ainsi à poursuivre la tradition gagnante à Sherbrooke en patinage de vitesse en espérant atteindre un jour les Jeux olympiques, comme l’ont fait bien d’autres patineurs de la région.

Léa Morin, karaté

Elle n’a que 16 ans et elle fait déjà tourner les têtes dans le monde du karaté. Son 3e rang obtenu lors des Championnats panaméricains dans sa catégorie a éveillé l’attention à Guayaquil en Équateur en septembre 2019. Léa Morin est une spécialiste des katas et la Sherbrookoise a réussi à atteindre les Championnats de monde de karaté malgré son jeune âge. Entourée d’athlètes âgées de 14 à 20 ans, Léa Morin est revenue du Chili avec le 31e rang chez les juniors.

OlivierLéveillé

Olivier Léveillé, ski de fond

Le fondeur de 18 ans Olivier Léveillé s’est rendu au début du mois de mars à Oberwiesenthal et a rapporté d’Allemagne une médaille d’argent après les Mondiaux juniors avec l’équipe de relais, ce qui augure bien pour la suite. Pour le relais canadien junior 4 X 5 km, ce podium constituait une première au pays. Plus tôt lors de ce Championnat du monde, le jeune Sherbrookois avait pris la 30e position du 10 km classique et le 30e rang lors du 10 km au sprint patin. Léveillé devait terminer sa saison en faisant le saut chez les seniors dans le cadre d’une Coupe du monde et des Championnats canadiens, mais ces deux événements ont été annulés en raison de la pandémie de la COVID-19.

Charles-Antoine St-Onge, vélo de montagne

À chacun sa collection. Charles-Antoine St-Onge, lui, collectionne les podiums en vélo de montagne. Sa discipline à l’entraînement pourrait le mener loin et le jeune cycliste sera à surveiller lors des prochaines années. Le Sherbrookois a bien fait lors des championnats québécois, qui se déroulaient au Mont-Sainte-Anne, en gagnant l’or à quelques reprises en plus des médailles d’argent et de ses tops 5 au relais par équipe aux Nationaux de vélo de montagne. Il a d’ailleurs été couronné champion de la série de la Coupe Québec 2019 chez les juniors experts. Un palmarès qui en dit long sur son potentiel.

Camille Perreault, patinage artistique

Lors des Championnats québécois d’été, la patineuse de Sherbrooke a raflé la médaille d’or en catégorie novice dame et la quatrième position avec son nouveau partenaire William Saint-Louis dans la catégorie junior couple. Camille Perreault a d’ailleurs été récompensée lors du Gala du Mérite sportif de l’Estrie grâce à cet exploit. L’année précédente, cette fois en compagnie de Bryan Pierro, la jeune athlète a participé aux Championnats nationaux de patinage artistique et en a profité pour terminer en neuvième position dans la catégorie junior couple, et ce, malgré son jeune âge.

Contrairement à Maude Poulin-Labelle, la Magogoise Alexie Guay en était à sa première saison dans la division 1 de la NCAA. La spécialiste de la défensive a conclu sa première année dans le circuit avec 3 buts et 16 passes en 36 matchs et un différentiel impressionnant pour une recrue : + 9. Alexie Guay peut se vanter d’avoir empoché l’or et le bronze au Championnat mondial des moins de 18 ans avec l’équipe canadienne. Âgée de 19 ans, elle évolue aujourd’hui pour le Collège de Boston et souhaite participer aux activités de l’équipe nationale des moins de 22 ans lorsque la situation le permettra.

Maude Poulin-Labelle, hockey

Maude Poulin-Labelle espère imiter une autre hockeyeuse de Sherbrooke, Sarah Vaillancourt, en participant un jour aux Jeux olympiques et tout indique qu’elle cogne à la porte de l’équipe canadienne. Ses 12 buts et 17 passes pour un total de 29 points en 36 parties à sa deuxième saison avec l’Université du Vermont font d’elle la meilleure joueuse de l’histoire de son équipe au poste de défenseure. Âgée de 20 ans, l’ancienne du Collège Stanstead a pulvérisé de nombreux records de concession à sa deuxième année dans la NCAA division 1.

Justin Robidas

Justin Robidas, hockey

Le produit des Harfangs de Sherbrooke et des Cantonniers de Magog a été choisi au deuxième rang lors du dernier repêchage de la LHJMQ. Et ce, après avoir obtenu le deuxième rang aux Jeux du Canada avec Équipe Québec et après avoir perdu en finale de la Coupe Telus avec les Cantonniers. Toutes ces deuxièmes positions rappellent bien sûr l’histoire du cycliste français Raymond Poulidor, qualifié d’éternel deuxième puisqu’il n’a jamais gagné le Tour de France, mais possédait le record du plus grand nombre de podiums avec huit, dont trois deuxièmes places. Le petit attaquant de 17 ans des Foreurs de Val-d’Or sera admissible au repêchage de la LNH en 2021. Grâce à ses 43 points en 57 matchs dans la LHJMQ, il attire déjà l’attention des recruteurs professionnels et espère suivre les traces de son père Stéphane Robidas, un ancien défenseur de la LNH.