Magalie Longtin, Ludrick Caron, Anne Marcotte et Loïck Lahaie représenteront le Club de boxe de Sherbrooke (CBS) aux Championnats Super Channel, disputés à Edmonton, la semaine prochaine.

Quatre Sherbrookois aux Championnats canadiens

Le Club de boxe de Sherbrooke (CBS) aura quatre représentants lors des Championnats Super Channel, qui se dérouleront la semaine prochaine à Edmonton en Alberta. Et nos représentants n’ont pas l’intention d’y faire de la figuration.

Loïck Lahaie (60 kg, catégorie juvénile), Magalie Longtin (60 kg, catégorie juvénile), Ludrick Caron (56 kg, catégorie junior) et Anne Marcotte (48 kg senior) seront en action.

Lahaie en sera à une deuxième présence aux Championnats canadiens. L’an passé, il avait perdu face à Avery Martin-Duval par décision partagée.

« Cette année, c’est mon année, je veux gagner l’or. Je sais qu’on va m’attendre de pied ferme, mais je vais à Edmonton avec l’état d’esprit de gagner la compétition », a dit celui qui en est à une deuxième et dernière année en catégorie juvénile.

Huit compétiteurs se feront la lutte dans la catégorie de poids de Loïck Lahaie.

Anne Marcotte, elle, est une habituée des championnats canadiens. Elle y participera pour une troisième fois.

« À mes deux premières tentatives, je me suis rendue chaque fois en finale, mais j’ai perdu les deux fois contre Kim Clavel, qui est depuis passée chez les pros. Cette année, je vise la victoire. On est quatre boxeuses dans ma catégorie, dont deux que je ne connais pas. Ça va être le fun d’affronter un nouveau challenge », a-t-elle dit.

« Je me prépare pour tout genre de style, voilà pourquoi je me suis entraîné avec des filles qui ont des styles différents. L’adaptation au cours du combat, c’est la clé du succès, et ça se fait en quelques secondes. Le combat n’est pas long, trois rondes, alors il faut rapidement imposer son style. »

« Tout l’aspect nouveauté n’est plus présent, quand ça fait trois fois que tu participes à une grosse compétition comme ça. C’est plus facile d’être concentré sur la tâche et sur le plan de match à suivre. Je vais aborder cette compétition un combat à la fois », a dit la pugiliste de 27 ans.

Magalie Longtin en sera à une première participation aux Championnats canadiens.

Elle a même accepté de participer à la compétition dans une catégorie de poids supérieure afin d’être assurée de boxer.

« Je ne suis pas trop nerveuse, mais heureuse de pouvoir boxer. En changeant de catégorie, je voulais mériter mon titre, et non l’avoir sans opposition. Je veux le mériter. Je me force à l’entraînement, je suis les directives des coachs, je fais beaucoup de sparring. Je veux gagner et leur montrer de quoi je suis capable », a dit la jeune boxeuse de 14 ans.

Ludrick Caron en sera lui aussi à une troisième participation.

Lors des deux éditions précédentes, il a terminé deuxième chaque fois.

« Je vise l’or, à tout le moins une médaille. Ce sera différent, cette fois, puisque l’événement est loin, il y aura moins de distractions, moins de stress lié à ça. Je vais être concentré au max. »

Caron et Lahaie enchantés par la Tunisie

Ludrick Caron et Loïck Lahaie reviennent à peine d’un séjour en Tunisie, où ils ont participé à un camp d’entraînement de boxe, supervisé par l’ancien protégé du Groupe Interbox, Fathi Missaoui.

Des boxeurs de France, de Suède, d’Ukraine et de Tunisie se sont affrontés lors d’une compétition amicale.

Lahaie a remporté sa compétition dans sa catégorie, alors que Caron a perdu son combat dans sa division de poids.

« C’était vraiment bien! C’est la vie que je veux vivre, deux entraînements par jour, de la bonne compétition. J’étais à mon top pour la compétition et je ne voulais rien d’autre que la victoire », a dit Lahaie.

« La boxe là-bas n’est pas orthodoxe. Ils se déportent beaucoup, ils ne sont pas très techniques, mais ils ont leur style. Ce fut une expérience très profitable, ça m’a exposé à un autre style de boxe. C’est une expérience unique; je ne suis même pas en catégorie junior, et je vais déjà à l’international, c’est motivant! »

« L’entraînement a été plus dur que technique; avec deux entraînements par jour, ça rentrait dans le corps! J’ai beaucoup appris en affrontant les boxeurs tunisiens. Ils sont moins techniques, ils visent le gros punch, ils sont moins droits, plus larges, mais ils ont du cœur et ils veulent gagner. Ce camp m’a beaucoup préparé pour les championnats canadiens. J’ai perdu mon combat par décision partagée, mais je ne suis pas déçu. C’est de l’expérience en banque. »