La famille Lord marquera l’histoire du Marathon de Magog à sa façon avec quatre générations à la ligne de départ de différentes distances. Sur la photo, Olivia, Alex, France et Christian Lord.

Quatre générations à la ligne de départ

L’activité physique est une affaire de famille chez les Lord de Magog. Dimanche, cela prendra la forme de la marche et de la course à pied à l’occasion du Marathon de Magog. La famille Lord marquera alors l’histoire du Marathon de Magog à sa façon avec quatre générations à la ligne de départ de différentes distances.

France Lord, 83 ans, fera la toute première compétition de sa vie alors qu’elle marchera la distance de 5 km. Son fils Christian, bien connu à Magog en raison de son implication sur la scène sportive, notamment avec les Cantonniers de Magog midget AAA, l’accompagnera, mais celui-ci le fera en courant.

Le fils de Christian, Alex, défiera le parcours de 10 km. Alex Lord est cet ancien hockeyeur qui a déjà porté les couleurs des Cantonniers de Magog, des Cougars du Collège Champlain, de l’Université Michigan Tech dans la NCAA et du St-François de Sherbrooke dans la Ligue nord-américaine de hockey. En fin de matinée dimanche, c’est la fille d’Alex qui deviendra le centre d’attraction de la famille alors qu’elle se lancera sur la distance de 1 km.

Grand-maman en forme

France Lord a toujours été une adepte de la marche sans nécessairement s’inscrire à des activités qui moussaient cette activité. « Je n’ai jamais eu de véhicule et mon défunt mari non plus. J’ai toujours marché pour tout, pour des commissions, aller voir des amies, aller au restaurant ou pour une petite marche après un repas », précise France Lord.

L’idée de participer au Marathon de Magog ne lui avait donc jamais effleuré l’esprit. « C’est mon fils Christian qui a eu cette idée farfelue. C’est un peu plus énervant. Je suis donc allée faire le parcours au début de la semaine avec une amie pour m’assurer que je ne me lançais pas dans une aventure pour me faire crever. J’ai réussi. Je cherchais un peu mon souffle sur la Bowen où ça monte tout le long, mais maintenant je sais à quoi m’attendre. Je vais survivre. Je ne veux surtout pas rater l’arrivée de mon arrière-petite-fille Olivia à la fin de sa course », confie-t-elle.

De son côté, Christian Lord était fier de son coup. « Maman n’a pas trop hésité. Je suis content qu’elle ait accepté, car je sais qu’elle est capable de faire la distance. Quatre générations au départ d’une course, je pense que c’est assez rare. Ce sera une belle réunion dimanche », fait valoir celui qui n’a plus besoin de présentation à Magog.

Cependant, plusieurs ignorent que Lord est un adepte du canicross. « J’adore courir avec mon chien et jumeler nos efforts. Dans le fond, j’aime bouger pour rester en santé et dimanche ce sera tout aussi plaisant de courir seul sur 5 km. C’est plus fort que moi et je vais essayer de me dépasser. Je vais tout donner avant d’aller encourager Olivia. »

Alex et Olivia

Il y aura de l’action donc dimanche au sein de la famille Lord. Alex sera le plus occupé en participant à l’épreuve de 10 km. « Mon père Christian et moi avons déjà participé au Marathon, mais là voilà que ma grand-mère et ma fille viennent faire leur tour, non pas pour nous soutenir, mais pour courir les deux. C’est une belle surprise pour moi. Ce n’est pas ce qui s’annonçait il y a à peine une semaine », mentionne Lord qui a adopté la course à pied de façon plus régulière il y a un peu moins de deux ans.

« L’an dernier, j’ai couru le demi-marathon. J’essaie l’épreuve de 10 km cette année pour voir la différence. Courir 10 km, ça se rapproche davantage de l’entraînement du hockeyeur. J’ai hâte de voir comment je vais réagir », souligne-t-il.
Papa se joindra aussi à la course de sa fille Olivia.

« Je vais la suivre pas à pas. Je sais qu’elle a hâte. Elle avait adoré son expérience au cross-country scolaire dans le cadre du Relais autour du lac Memphrémagog. »

La principale intéressée confirme.

« J’aime courir et ce sera plus long dimanche. Ça ne me dérange pas. Je vais m’amuser. »

Voilà une histoire rafraîchissante qui vient de s’écrire pour le 6e Marathon de Magog.