«C’est un honneur de participer aux Jeux, et en tant que bière N.1 en Jamaïque, nous voulons aider nos sportives à réaliser leurs rêves», a assuré la marque dans un communiqué.

Une marque de bière à la rescousse de la Jamaïque

Sans bob ni entraîneur, les deux partis avec fracas à quelques jours du début de la compétition des JO de Pyeongchang, l’équipe de bobsleigh dames jamaïcaine s’est vu offrir in extremis un bob par une marque de bière, a assuré une porte-parole de l’équipe.

La compagnie Red Stripe, du nom d’une bière jamaïcaine, a proposé via Twitter de fournir ce bob juste après le départ mercredi de l’entraîneur, l’Allemande Sandra Kiriasis, pour des raisons encore obscures. Un départ au timing délicat alors que les entraînements débutent samedi et les qualifications mardi.

Mais en partant, l’Allemande a ajouté un problème de taille: elle a réclamé de l’argent, affirmant être en partie propriétaire du bob utilisé par l’équipe, posant ainsi le problème de son utilisation lors de ces JO.

Après avoir proposé son aide sur Twitter, le brasseur jamaïcain a dû préciser qu’il ne s’agissait «pas d’une blague». Et sa proposition a donc été acceptée.

«C’est un honneur de participer aux Jeux, et en tant que bière N.1 en Jamaïque, nous voulons aider nos sportives à réaliser leurs rêves», a assuré la marque dans un communiqué.

Carrie Russell (freineuse), Audra Segree et Jazmine Fenlator-Victorian (pilote) vont donc tenter de rééditer l’exploit de leurs illustres aînés qui s’étaient qualifiés pour la première fois de l’histoire de l’île des Caraïbes à des Jeux olympiques, à Calgary en 1988. 

Un conte de fées qui avait été popularisé au cinéma en 1993 avec le film «Rasta Rockett» («Cool Runnings» en version originale).