Maxime Hénault est l'entraîneur de Laurie Blouin et du médaille d'argent du slopestyle Maxence Parrot.

Maxime Hénault, entraîneur à distance, mais près de ses athlètes

Même s’il n’a pas fait le voyage en Corée, Maxime Hénault reste bien branché sur la progression de ses athlètes aux Jeux olympiques. Et deux d’entre eux ont déjà une médaille au cou!

L’entraîneur spécialisé en sports de glisse acrobatiques veille sur les carrières de Laurie Blouin et de Maxence Parrot, médaillés d’argent du slopestyle en surf des neiges, mais aussi sur celles de Sébastien Toutant, de Kim Lamarre et de l’Américaine Julia Marino.

Malgré les 10 500 kilomètres qui séparent PyeongChang de son école de ski, Maximise, Hénault ne rate aucune des manœuvres de ses athlètes à l’entraînement. Les responsables de l’équipe canadienne filment le tout et lui envoient les vidéos. Depuis Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides, il parlera ensuite à Blouin et compagnie pour apporter les ajustement nécessaires. C’est même lui, avant une séance d’entraînement, qui décide quels sauts les athlètes effectueront, et dans quel ordre. Comme s’il y était!

Tout ça en veillant au bon roulement de sa réputée école de sauts, où Blouin a passé l’été à s’entraîner sur la piste d’atterrissage gonflable. Hénault travaille aussi avec la jeune sensation de Lac-Beauport Éli Bouchard, qui fait fureur en Chine à seulement 10 ans.

Même s’il est impliqué de près dans l’aventure olympique de Blouin, c’est «dans mon salon, avec beaucoup d’émotions», qu’il a assisté à la conquête de la médaille d’argent de sa protégée, en slopestyle.

Une médaille qui a donné des ailes à l’athlète de 21 ans pour la suite des choses, assure Hénault. «Elle a la testostérone dans le tapis, rigole-t-il. C’est super positif. Ça la met sur un piédestal, sur une vibe de championne. Sa médaille, ça lui a comme prouvé que c’était possible.» Les qualifications du big air s’amorcent dimanche, 19h30, heure du Québec.

Hénault connaît bien sa protégée, mais aussi ses adversaires. Si tout le monde réussit ses sauts, il prévoit au moins un top 5 pour l’athlète de Stoneham lors de la finale de vendredi.

De son côté, Blouin assure avoir maintenu sa concentration sur la tâche à accomplir, malgré l’euphorie des derniers jours. «Oui. J’ai eu quelques journées de congé. Ça m’a aidée à refocuser sur ce qui s’en venait», a-t-elle écrit au Soleil, il y a trois jours.