Les JO en bref

LES QUÉBÉCOIS EN ACTION

- Samedi

Patinage courte piste, qualifs 500 et relais femmes; finale 1500 hommes, 5h* : Kassandra Bradette (Saint-Félicien), Kim Boutin (Sherbrooke), Valérie Maltais (Saguenay), Marianne St-Gelais (St-Félicien), Pascal Dion (Montréal), Samuel Girard (Ferland et Boilleau), Charles Hamelin (Sainte-Julie)

Snowboard, slopestyle finale hommes, 20h, qualifications femmes, 23h30 : Maxence Parrot (Bromont), Sébastien Toutant (Repentigny), Laurie Blouin (Stoneham)

- Dimanche

Ski de fond, skiathlon, 2h15 : Alex Harvey (Saint-Ferréol-les-Neiges)

Ski acrobatique, finales bosses, 5h30 : Chloé et Justine Dufour-Lapointe (Montréal), Audrey Robichaud (Val-Bélair)

Hockey féminin, Canada contre Athlètes olympiques de Russie, 7h10 : Mélodie Daoust (Valleyfield), Ann-Renée Desbiens (La Malbaie), Marie-Philip Poulin (Beauceville), Lauriane Rougeau (Beaconsfield)

*heure du Québec

***

L’équipe féminine unifiée est dirigée par la Manitobaine Sarah Murray.

LE NORD ET LE SUD, MAIN DANS LA MAIN

Pour la première fois dans l’histoire olympique, des athlètes de la Corée du Nord et de la Corée du Sud participeront sous la même bannière, représentant la Corée unifiée. Ce chapitre historique s’écrit samedi (7h10) sur la glace du Centre de hockey de Kwandong lors du match entre les Coréennes et les Japonaises. Un des moments forts de la cérémonie d’ouverture a d’ailleurs été la participation au dernier relais de la flamme olympique des hockeyeuses Jong Su Hyon (Nord) et  Park Jong-ah (Sud). Un symbole politique... et sportif, car l’unification des esprits représentait le plus grand défi de l’entraîneure Sarah Murray. «Lorsqu’on a appris qu’elles allaient rejoindre notre équipe, j’ai imaginé le scénario du pire  : on serait séparées, nos joueuses ne se parleraient pas», a expliqué mercredi la Manitobaine, qui est la fille d’Andy Murray, un ex-coach de la LNH. «L’alchimie est meilleure que ce que l’on avait espéré. L’entraîneur qu’ils ont amené a été fantastique, et sans lui, nous n’aurions pas pu faire ce que nous sommes en train de réaliser. Il est vraiment ouvert aux suggestions. Toutes les réunions se font ensemble, tous les repas se prennent ensemble.» L’équipe de Corée est dans le groupe B avec la Suisse, la Suède et le Japon.  AFP

***

Du pain... et des oeufs!

En voulant commander 1500 oeufs, les cuisiniers de la délégation de la Norvège aux Jeux olympiques se sont brouillés avec la traduction : ils en ont finalement reçu 15 000. «Nous avons reçu un camion rempli d’oeufs», a déclaré le chef Stale Johansen à l’agence de presse norvégienne NTB. «Nous étions assez surpris quand ils sont entrés en les transportant : ça ne se terminait pas, c’était incroyable!». Les sportifs norvégiens ne manqueront donc pas de protéines. Pour la délégation composée de 121 personnes, cela fait en moyenne 124 oeufs par estomac sur la durée des Jeux, et il faudrait que chacun en mange huit par jour pour vider tout le stock. «Il y a eu un zéro en plus sur la commande», a expliqué Tore Ovrebo, le chef de la délégation. «On va probablement les utiliser, ou peut-être que les fournisseurs vont les récupérer. Ce n’est pas un gros problème.»  AFP

***

Le Tongien Pita Taufatofua n'est décidément pas frileux...

Même pas froid!

Le sportif Pita Taufatofua, porte-drapeau des Tonga lors de la cérémonie d’ouverture, a bravé les températures glaciales de Corée du Sud pour défiler torse nu huilé, vendredi. Il avait été un des héros inattendus de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro, avec sa tenue traditionnelle tongienne dévoilant son torse musclé et huilé, dans une image qui a fait le tour du monde. Mais en août 2016, il faisait très bon pour la cérémonie d’ouverture au mythique stade Maracana, alors qu’il était engagé au Brésil en taekwondo. Vendredi, alors que la température frôlait les -10 °C  en tenant compte du vent, le Tongien de 34 ans a une nouvelle fois attiré à lui les regards, utilisant la même tenue avec un pagne, sur un torse toujours aussi musclé. En Corée du Sud, il s’alignera en ski de fond, après avoir décroché son ticket sur le 15 kilomètres libre au dernier moment.  AFP

***

Patrick Chan a connu une contre-performance lors de son programme de jeudi.

L'heure de PyeongChang déplaît à Chan

Le Canada sera des 15 sports présentés en Corée du Sud et une analyse de données sportives lui prédit une récolte record de 29 médailles (3 de plus qu’à Vancouver, en 2010). Une de ses médailles pourrait provenir du concours par équipes de patinage artistique, que le Canada domine après la première journée, malgré la prestation chancelante de Patrick Chan. Le patinage artistique se déroule traditionnellement en soirée aux JO, mais pour permettre aux réseaux de télé de présenter les épreuves aux heures de grande écoute en Amérique du Nord, elles ont été devancées en début d’après-midi en Corée du Sud, ce qui bouleverse la routine des patineurs. «Je crois que personne n’a déjà patiné aussi tôt dans sa carrière. Je crois que ç’a joué un rôle», a reconnu Chan, qui a chuté en tentant une quadruple boucle piqué et un triple axel. Il a obtenu une note de 81,66 et le troisième rang du programme court. Meagan Duhamel et Eric Radford, doubles champions du monde en couple, ont connu une meilleure journée, terminant deuxième avec une note de 76,57. Le Canada devance les États-Unis par trois points. L’épreuve par équipes se poursuivra dimanche et lundi à 20h, heure du Québec.  La Presse canadienne

***

Les Russes jettent l’éponge

Les 47 sportifs russes écartés des Jeux de PyeongChang malgré leurs tentatives devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), ont finalement renoncé à saisir la justice suisse en urgence, mettant fin au suspense entourant leur présence en Corée du Sud. Ce revirement de situation s’est produit quelques minutes avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver. Au total, 168 sportifs russes considérés comme «propres» par le CIO ont donc été admis à participer aux JO sous la bannière olympique, en raison de la suspension du Comité olympique russe à la suite de la mise au jour d’un vaste système de dopage institutionnalisé sur plusieurs années en Russie, notamment lors des Jeux de Sotchi, en Rusie, en 2014.  AFP

***

Vonn gagnera pour son grand-père

L’Américaine Lindsey Vonn, grandissime favorite de la descente des Jeux olympiques de PyeongChang, a reconnu vendredi, en larmes, vouloir «tout donner» pour son grand-père décédé il y a peu, qui a transmis le gène du ski à sa famille. «C’est vraiment difficile pour moi de ne pas pleurer», a déclaré la quadruple gagnante de la Coupe du monde au moment d’évoquer son aïeul Don Kildow, qui est décédé en novembre à l’âge de 88 ans. «Je veux tellement bien faire pour lui. Il me manque tellement, il a occupé une grande place dans ma vie», a poursuivi la skieuse du Minnesota, âgée de 33 ans. «J’aurais espéré qu’il soit toujours vivant pour me voir, mais je sais qu’il me regarde toujours et qu’il va m’aider, et je vais essayer de gagner pour lui.» Don Kildow a bâti la première piste autour de Milton, dans le Wisconsin, et a enseigné le ski à ses enfants, qui l’ont ensuite transmis à sa petite-fille Lindsey. «Je vais tout donner ici, tout ce que j’ai, qu’importe ce qui se passe. » Pour sa quatrième participation aux Jeux, elle va s’aligner en descente, en super-G et au combiné. «J’aime la piste ici, la descente me convient vraiment très bien.»  AFP