Les JO en bref

LES QUÉBÉCOIS EN ACTION

- Samedi

Patinage courte piste, finales 1500 m femmes et 1000 m hommes, 5h* : Kim Boutin (Sherbrooke), Valérie Maltais (Saguenay), Marianne St-Gelais (Saint-Félicien), Samuel Girard (Ferland-et-Boilleau), Charles Hamelin (Sainte-Julie)

Ski acrobatique, qualifications sauts hommes, 6h : Lewis Irving (Québec)

Ski acrobatique, qualifications et finale slopestyle hommes, 20h : Alex Beaulieu-Marchand (Saint-Augustin-de-Desmaures), Alex Bellemare (Saint-Boniface)

Ski alpin, slalom géant hommes, 20h15 : Dustin Cook (Lac-Saint-Marie)

- Dimanche

Ski de fond, relais 4 X 10 km hommes, 1h15 : Alex Harvey (Saint-Ferréol-les-Neiges)

*heure du Québec

***

TABLEAU DES MÉDAILLES

Pour visionner le tableau des médailles en temps, cliquez ici

***

Le Suédois Henrik Harlaut (au centre) aux X Games à Oslo, en 2016, alors qu’il arborait de longs dreadlocks.

EN VEDETTE

Le ski dans la peau, le hip-hop dans la tête. Grand favori du ski acrobatique slopestyle, samedi (20h, heure du Québec), Henrik Harlaut est un Suédois complètement détonant. Personne n’est capable de signer des figures acrobatiques aussi fabuleuses que lui le fait en pantalon baggy, retenu par des bretelles pour qu’il ne tombe pas en dessous des genoux! «Je n’ai jamais skié autrement. J’ai commencé à développer mon style quand j’avais 13 ans, je me suis inspiré des mes skieurs préférés. Maintenant j’ai 26 ans et c’est toujours comme ça.» Seul brun d’une fratrie suédoise de trois garçons, cet éternel adolescent porte également depuis six ans, comme ses idoles de jeunesse, des dreadlocks. Qu’il vient sérieusement de raccourcir... «C’est un peu lourd à porter quand on fait des figures aériennes!» Harlaut, fan notamment du groupe de hip-hop américain Wu-Tang Clan, impressionne aussi par un sourire permanent, une joie de vivre et un plaisir intense à ne faire que ce qu’il aime. «Skier, c’est tout ce que j’aime. C’est comme ça depuis que j’ai neuf ans. Je n’ai jamais rêvé d’être riche, mais tout ce que je veux, c’est gagner assez d’argent pour pouvoir faire ce que je veux et aller là où je veux.» À PyeongChang, le double médaillé d’or aux prestigieux X Games en janvier tentera de devenir champion olympique avant de rêver encore plus haut : avoir un jour son snowpark dans son jardin.  AFP

***

Laurence St-Germain s'est dite satisfaite de sa 15e place au slalom.

BELLE 15E PLACE POUR LAURENCE ST-GERMAIN

En raison des forts vents, Laurence St-Germain a dû patienter deux jours avant de connaître son baptême olympique. La skieuse de 23 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges a toutefois été récompensée par une belle 15e place au slalom. «On dirait que chaque jour qui passait, j’étais de plus en plus excitée. Mais le stress montait aussi. J’avais hâte de courser et je suis contente de ce qui s’est passé», a-t-elle confié à Sportcom. Surtout qu’elle a failli tourner le dos au ski, il y a quelques années. «Ça fait juste confirmer que je ne regrette pas mon parcours.» Le Soleil

***

CE QU'ELLES ONT DIT

«Merci dude! Je pense que tu devras dépoussiérer ta planche pour qu’on puisse rider ensemble quand on sera de retour à la maison!» – Laurie Blouin, médaillée d’argent en slopestyle, répondant sur Twitter au message de félicitations de Justin Trudeau. Le premier ministre canadien a déjà été instructeur de planche à neige à Whistler.

-----

«J’ai commencé un petit peu trop vite. Des fois avec les nerfs t’as pas nécessairement la même sensation que tu as durant les pratiques.» – Ivanie Blondin, en entrevue à Radio-Canada. La patineuse de vitesse longue piste d’Ottawa a terminé cinquième du 5000 m, vendredi.

-----

«Je ne me sens pas malade maintenant, je ne crois pas que j’ai un virus. Je pense qu’après la première manche, j’ai voulu me trouver une excuse.» – Mikaela Shiffrin. Grandissime favorite du slalom, l’Américaine a vu sa moisson olympique contrariée, vendredi, lorsqu’elle a terminé à huit centièmes de seconde de la médaille de bronze. Après avoir vomi avant la deuxième manche, elle avait fait allusion à «un genre de virus vomitif», mais elle a elle-même dégonflé l’histoire après la course. Elle peut encore nourrir l’espoir d’autres médailles, puisqu’elle va encore disputer la descente, le combiné et l’épreuve par équipes. Shiffrin a en revanche annoncé juste après le slalom qu’elle renonçait à disputer le super-G.

***

7ES JEUX, 8E PLACE

Tenante du record du monde du 5000 m de patinage de vitesse longue piste, l’Allemande Claudia Pechstein n’a pas pu faire mieux que huitième, vendredi. La triple championne olympique, qui aura 46 ans jeudi, participe à ses septièmes Jeux. Elle avait pris la médaille de bronze sur cette distance à sa première participation... en 1992 (Albertville). À PyeongChang, c’est Esmee Visser qui a été couronnée, poursuivant l’abondante moisson des Néerlandais, qui ont remporté six des sept titres mis en jeu jusqu’à présent. Visser (6:50,23) a devancé la Tchèque Martina Sablikova (+1,62) et la Russe Natalia Voronina (+3,75).  AFP

***

Hockey : les Slovènes laminés par les Russes 

Surpris 3-2 par la Slovaquie lors de leur match initial du tournoi olympique de hockey masculin, les Athlètes olympiques de Russie ont passé leurs nerfs sur la petite Slovénie, laminée 8-2 vendredi. La Russie, légèrement favorite en l’absence des joueurs de la LNH pour la première fois depuis 24 ans, n’a pas laissé l’ombre d’une chance aux Slovènes, qui ont tenu presque une période avant de sombrer. Ilya Kovalchuk, tête d’affiche de l’effectif russe, a inscrit deux buts, tandis que Kirill Kaprizov en a récolté trois. Battus 3-2 par les mêmes Slovènes lors de leur premier match, les Américains ont eux aussi relevé la tête en battant la Slovaquie 2-1, grâce à deux buts de Ryan Donato, qui joue pour l’Université Harvard. La rencontre entre la Russie et les États-Unis, samedi (7h10, heure du Québec), sera décisive pour la qualification dans ce groupe B.  AFP