Le Japonais Yuzuru Hanyu occupe le premier rang du programme court en patinage artistique.

Hanyu éblouit, Chen s’écroule, Chan 6e

GANGNEUNG - La star japonaise du patinage mondial Yuzuru Hanyu a ébloui lors du programme court messieurs pour son retour à la compétition trois mois après s’être blessé à une cheville, vendredi, où le jeune Américain Nathan Chen s’est écroulé. Quant au Canadien Patrick Chan, à plus de 14 points d’une entrée parmi les potentiels médaillés.

A l’annonce de l’entrée sur la glace du champion olympique en titre, des dizaines de drapeaux japonais ont surgi des quatre coins des tribunes de la patinoire de Gangneung, la ville côtière qui accueille les épreuves olympiques de glace. Puis une ovation a répondu à chaque réalisation réussie du patineur.

Il faut dire que les très nombreux fans du Japonais avaient besoin d’être rassurés : Hanyu n’était plus apparu en compétition depuis une blessure aux ligaments de la cheville droite survenue début novembre, lors d’une chute sur un quadruple saut à l’entraînement.

Deux minutes et cinquante secondes et une avalanche de Winnie l’ourson - sa peluche fétiche - plus tard, le double champion du monde avait levé tous les doutes. En bord de patinoire, son entraîneur Brian Orser n’avait pas pu se retenir de sauter les bras en l’air pour manifester son soulagement et sa satisfaction.

Le programme court parfait de son élève, patiné sur une Ballade de Chopin, a été recompensé par un score de 111,68 points. Ce qui met Hanyu en position idéale pour devenir, à 23 ans, le premier patineur à conserver la couronne olympique depuis l’Américain Dick Button en 1952.

Patrick Chan, encourtagé par une solide performance en équipes, hérite de la 6e place, autant dire que sa marge d’erreur est inexistante à l’approche du programme long, à 20h vendredi (heure du Québec). L’autre Canadien, Keegan Messing, pointe au 10e échelon.

Toutes les erreurs possibles
«Je voulais montrer à tout le monde que j’étais de retour», a lancé Hanyu dans un anglais timide. C’est réussi.

Derrière lui, seuls l’Espagnol Javier Fernandez, sextuple champion d’Europe en titre (107,58), le Japonais Shoma Uno (104,17), vice-champion du monde en titre, et le Chinois Boyang Jin (103,32) ont relativement tenu la cadence.

Chen, la nouvelle pépite du patinage américain qu’on présentait comme un des plus sérieux prétendants à l’or olympique à 18 ans seulement, a explosé en vol.

Entré sur la glace juste après la performance majuscule de Hanyu, la pression était énorme sur les épaules du jeune homme. Elle s’est avérée trop lourde à porter. Une chute sur son premier «quad», pas de combinaison de sauts, un retournement sur son triple Axel : Chen n’a sauvé que 82,27 points, loin, très loin des meilleurs et voit ses espoirs de médaille s’envoler.

Le programme court qu’il avait patiné lors de la compétition par équipes n’avait pas rassuré. Cette fois, l’Américain n’a pas su éviter la catastrophe.

«Ca a été rude encore. J’ai encore besoin de temps pour en prendre la mesure», a lâché Chen, qui n’a pas traîné en zone mixte.

«C’était mauvais. J’ai fait toutes les erreurs qu’il était possible de faire», a-t-il regretté. Chen n’apparaît qu’au 17e rang du classement.