Les représentants du Club de ski de fond du parc du mont Orford ont remporté l'impressionnant total de 10 médailles la semaine dernière à Canmore, en Alberta, lors des Championnats nationaux de ski de fond.

Progression sans précédent

Les athlètes et les entraîneurs du Club de ski de fond du parc du mont Orford peuvent dire mission accomplie; le Club a quitté Canmore, en Alberta, où se déroulaient les Championnats nationaux de ski de fond, avec en poche une 5e place au cumulatif chez les juniors et une 7e place au cumulatif, sur les 65 clubs présents.
« On était revenus à la maison avec une 21e place, l'an dernier. C'est vraiment très satisfaisant, c'est le moins que l'on puisse dire! » a lancé l'entraîneur-chef du Club, Gilles Lefebvre, dimanche soir.
Au cumulatif, les athlètes du club ont amassé l'impressionnant total de 10 médailles lors de la semaine, soit quatre médailles d'or, trois d'argent et trois de bronze. Des résultats inespérés.
« Nos résultats ont fait beaucoup jaser à Canmore, j'ai reçu des félicitations de plusieurs entraîneurs. En même temps, on n'est pas surpris de ces succès, ce n'est pas arrivé par hasard. Je savais qu'en venant ici, on avait de très bonnes chances de médailles. »
Samedi, lors de la dernière journée de compétition, c'était le départ de masse, style libre.
Zachary Cristofanilli a complété le 50 km en 14e place, Nicolas Beaulieu a terminé en 27e place chez les juniors homme (30 km), Alexandra Racine a complété en 11e place chez les juniors dame, Jeanne Carrier-Carpentier finissait en 34e place de la même épreuve.
Mais aussi, Léo Grandbois s'imposait en remportant la première place chez les juniors B et Olivier Léveillé terminait deuxième chez les juvéniles.
Au cumulatif des courses, Grandbois a terminé premier chez les juniors B hommes, alors qu'Alexandra Racine faisait de même chez les juniors B dames.
Toute la semaine, Léo Grandbois a voulu prouver qu'un biathlète - sport qu'il pratique également aux plus hauts niveaux - pouvait également performer en ski de fond.
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a réussi son pari.
« J'ai terminé à deux secondes du premier, lors du sprint de 1,1 km jeudi. Même si c'est un excellent résultat, j'étais un peu déçu, car je voulais vraiment gagner afin de prouver à tout le monde qu'un biathlète pouvait aussi gagner en ski de fond lors d'une course classique », a-t-il expliqué.
« Pour la course en départ de masse de 15 km samedi, j'ai commencé à prendre les devants après 500 m; ensuite, je n'ai que maintenu le tempo. Je n'ai pas joué de stratégie avec les autres gars, je coursais, c'est tout. Finalement, j'ai fini premier avec une avance de 1 minute et 23 secondes, ce qui me rend très fier. J'ai donc gagné ma catégorie au cumulatif, je ne crois pas qu'aucun biathlète ait réussi à faire ça auparavant. Je suis plus motivé que jamais pour mon entraînement cet été! »
« Léo s'est essayé en ski classique, ce qui n'est pas habituel pour un biathlète, et on visait un top 10. On a eu le temps de pratiquer un peu, puisqu'on est arrivés quelques jours avant les Championnats, mais on pensait pas qu'il réussirait de la sorte », a dit Gilles Lefebvre.
« Les conditions étaient très changeantes, tout au long de la semaine, c'était un véritable défi de choisir les bons skis et d'avoir le fartage adéquat. J'ai eu la chance d'accompagner l'équipe nationale dans les Alpes, pour les Coupes continentales, le mois dernier, et on y montrait une nouvelle technique de fartage, nommée ''ski wax''. Le principe est un peu le même que lorsqu'on polie sa voiture avec une machine; cela nous a permis de réduire de beaucoup le temps de préparation, de 2 heures à 20 minutes pour chaque paire. Ç'a a aidé! »
Le Club du mont Orford conclue sa saison la fin de semaine prochaine, en Coupe Québec.