Jean Des Rosiers, Hockey Sherbrooke, Marie-Ève Bernier, Jevi CPS-Estrie, et Jocelyn Thibault, ancien joueur professionnel et homme d'affaires.

Prévention du suicide au hockey mineur : une approche unique au Québec

Sherbrooke fera preuve de pionnière lors de l'actuelle saison de hockey mineur, en étant la première région au Québec à offrir une collaboration novatrice entre Hockey Sherbrooke et JEVI CPS - Estrie sur la prévention du suicide.
L'organisation qui gère le hockey mineur à Sherbrooke et l'organisme spécialisé en prévention du suicide vont mettre sur pied un réseau de sentinelles au sein de ce sport pratiqué par près de 2000 jeunes garçons et filles.
Hockey Sherbrooke veut ainsi créer un réseau de sentinelles au sein de son organisation afin d'outiller son personnel qui est en contact direct avec les jeunes.
Une formation appelée «Agir en sentinelle pour la prévention du suicide», et d'une durée de sept heures, sera offerte aux personnes intéressées et directement impliquées auprès des jeunes joueurs et joueuses.
L'homme d'affaires, ancien hockeyeur de la LNH et actuel propriétaire et directeur général du Phoenix de Sherbrooke (LHJMQ) Jocelyn Thibault, agira à titre de président d'honneur de l'initiative.
«On veut travailler en équipe. Hockey Sherbrooke envoie un message clair à ses membres: vous êtes importants pour nous. On a à coeur votre bien-être», a dit Marie-Ève Bernier, formatrice à JEVI CPS-Estrie.
L'organisme rappelle que le suicide touche à 80% des hommes et qu'il est primordial d'intervenir le plus tôt possible.
«C'est un projet audacieux et novateur. Au hockey, on n'est pas sensibilisés suffisamment à ces problématiques. Au-delà des systèmes de jeu et des statistiques, il y a la déception des retranchements ou même de l'intimidation, parfois. On devait mieux s'outiller pour faire face à ces problématiques afin de mieux protéger nos jeunes. Faire équipe avec un organisme spécialisé en la matière est une fantastique idée», a indiqué le président de Hockey Sherbrooke, Jean Des Rosiers.
«Je suis dans le monde du hockey depuis des années. Et depuis le lancement de l'aventure du Phoenix, on côtoie des jeunes chaque jour. La détresse, chaque année, on y fait face. On demande tellement aux joueurs de hockey, pour diverses raisons. On leur demande d'être parfaits à l'école, au hockey, dans la vie. Les situations de stress sont nombreuses. Si nos intervenants du hockey mineur sont sensibilisés et formés, ils pourront reconnaître les signes. Ça va changer les choses», a dit Jocelyn Thibault.
Cette initiative, et la formation qui en découle, est appliquée spécifiquement au hockey mineur. Elle est arrimée au Cadre de référence «L'implantation de réseaux de sentinelles en prévention du suicide au Québec (MSSS, 2006)».