Jesus Paget Ntakarutimana a mené l’attaque avec un but et deux aides dans la victoire de 5-3 des Cantonniers, dimanche.

Poussée victorieuse tardive pour les Cantonniers

MAGOG — Ceux qui avaient des doutes sur la profondeur des Cantonniers de Magog devront se raviser après la victoire de 5-3 de la troupe de Félix Potvin contre le Rousseau Royal de Laval-Montréal.

Même s’ils étaient privés des services d’Alexandre Doucet, Justin Robidas et Marshall Lessard qui représentent presque 40 pour cent de l’offensive magogoise à eux seuls depuis le début de la saison, les Cantonniers ont trouvé le moyen, non seulement d’aller vaincre le Rousseau Royal à la maison, mais ils ont signé l’exploit en revenant de l’arrière à deux reprises pour y parvenir. Leur dernière poussée de trois buts dans les huit dernières minutes de la troisième période a changé ce qui semblait se diriger vers un revers de 3-2 en une victoire de 5-3.

Déclassés 21-5 dans les lancers en première période, les troupiers de Félix Potvin avaient aussi laissé Laval-Montréal prendre les devants 2-0. Seul le brio du gardien Xavier Dupont a empêché le Rousseau Royal de s’emparer d’une avance insurmontable.

Heureusement pour les Cantonniers, il restait encore 40 minutes à écouler au cadran et ceux-ci ont été en mesure de renverser la vapeur, notamment en limitant leurs rivaux à 15 lancers dans les deux dernières périodes.

À l’attaque, Piaget Ntakarutimana (1-2), Olivier Picard, Jérémy Lapointe, Tristan Roy et Zachary Barabé ont pris les choses en main. Isaac Belliveau a contribué avec deux passes.

Caractère

Après cette victoire, leur deuxième de la fin de semaine après celle de 3-2 sur Trois-Rivières vendredi, Félix Potvin ne parlait pas d’un grand cru en analysant la performance des siens. « Oui on repart avec la victoire et je dois reconnaître le caractère des gars qui ont refusé de lancer la serviette, mais en toute honnêteté, ce fut une performance décevante de notre part. Nous avons été horribles en première période et je n’exagère pas. Xavier (Dupont) nous a tenus en vie. C’est certain qu’il y a eu du progrès le reste du match, mais si peu », a révélé le mentor des meneurs de la division Tacks.

Les nombreuses punitions mineures écopées par les Cantonniers n’ont pas aidé leur cause. « On a joué à huit reprises en désavantage numérique. C’est impossible de trouver notre rythme en jouant aussi souvent à court d’un homme. On a joué avec le feu avec toutes ces punitions », d’enchaîner Potvin.

Les Cantonniers retrouveront leurs partisans avec deux joutes à domicile en fin de semaine prochaine.