Mookie Betts
Mookie Betts

Pour une rare fois, les balles frappées dans les gradins ne trouvent pas preneurs

OAKLAND, Calif. - Mookie Betts a effectué un attrapé en courant et il a immédiatement aperçu quelque chose par-dessus le mur au champ du Doger Stadium: une balle errante et seule.

Après avoir signé un contrat de 12 ans d’une valeur de 365 millions $ US, Betts n’est pas au-dessus de son devoir de faire un peu de ménage à ses débuts avec les Dodgers. Il a allongé son bras, saisi la balle et l’a lancée par-dessus la clôture du champ droit.

Du Target Field au PNC Park en passant par le Busch Stadium, il y a des balles éparpillées un peu partout sans qu’il y ait des partisans à leur poursuite lors de cette saison écourtée de 60 matchs en raison de la pandémie de COVID-19.

Aucune bousculade pour des souvenirs au balcon. Aucune course dans les estrades populaires après un circuit. Aucune main levée pour capter une balle fausse dans les loges.

Quelques équipes ont été plus actives lorsqu’il est question de cueillette des balles. Dans le cas des Dodgers, Betts a dû lui-même récupérer l’objet abandonné, jeudi soir, lors du match d’ouverture contre les Giants de San Francisco.

Du côté des Mets de New York, ils ont été rapides pour aller chercher la balle du circuit du joueur des Braves d’Atlanta Adam Duvall, qui a terminé son chemin sur une réplique en carton du chien du joueur des Mets Jeff McNeil.

«J’imagine que nous allons économiser de l’argent, a mentionné le gérant des Angels de Los Angeles, Joe Maddon. Je suis convaincu que quelqu’un ira les cueillir après le match. Tout de cette saison est différent. Nous commençons à nous y habituer.»

Certaines équipes ont décidé de poster la balle aux partisans si elle atteignait leur réplique en carton dans les gradins.

Le partisan de longue date des Athletics d’Oakland Richard Lovelady a été chanceux vendredi, grâce à sa réplique en carton. Elle a été atteinte par le joueur de premier but des Athletics Matt Olson.

«Mon premier match des Athletics a eu lieu quand j’avais cinq ans, en 1973. Je suis allé voir plusieurs matchs au fil des années et je ne suis jamais passé près de capter une balle fausse ou un circuit, a écrit Lovelady dans un courriel. Grâce à ma famille et mes collègues de travail, qui m’ont acheté ma réplique en carton, ma disette est maintenant terminée!»

Après que Lovelady eut appris que les Athletics allaient faire un don de 81,10 $ à une oeuvre caritative locale, il a décidé d’égaler le don.

Le président des Athletics, Dave Kaval, a esquissé un sourire quand il a appris la nouvelle, disant qu’il s’agissait d’une «très belle histoire».

Lorsque les partisans reviendront dans les stades, le puissant cogneur des Angels Justin Upton croit qu’ils devraient avoir l’occasion de cueillir les balles éparpillées aux quatre coins du stade.

«Ce serait bien quand les partisans reviendront. Je crois qu’ils devraient laisser les balles où elles sont, tant que ça ne devienne pas exagéré, a-t-il ajouté. Il faudrait permettre aux partisans de marcher dans le stade et peut-être saisir une balle à leurs pieds.»

Il n’en restera peut-être pas beaucoup au Minnesota cependant.

Dustin Morse, le directeur des communications des Twins, sera probablement le joueur le plus utile cette saison en ce qui a trait à la cueillette des balles. Du moins, il doit être en tête au classement.

Morse a passé tout le week-end d’ouverture à aller cueillir chaque balle à la suite d’un circuit d’un joueur des Twins. La tâche pourrait être lourde pendant une année, alors qu’ils ont établi un record des Majeures avec 307 coups de quatre buts la saison dernière.

Morse s’est promené dans les gradins et il a trouvé les sept premières longues balles des Twins avant de décider qu’il ne pouvait plus maintenir le rythme.

«J’annonce ma retraite. Je suis fatigué», a déclaré Morse.