L’Océanic a récolté trois points à ses deux premiers matchs cette saison. Alexis Lafrenière n’a toutefois pas encore trouvé le fond du filet, mais a obtenu deux mentions d’aide lors de ces matchs.

Poulin visite Lafrenière

Le premier duel de la saison entre les deux premiers choix de l’encan 2018 de la LHJMQ aura lieu vendredi à Rimouski. De retour avec le Phœnix à la suite de son camp avec les Penguins de Pittsburgh, Samuel Poulin affrontera son bon ami Alexis Lafrenière et tentera de permettre à son équipe de demeurer invaincue en trois matchs.

« Lafrenière est un joueur spécial, rappelle l’entraîneur du Phœnix, Stéphane Julien. Il peut changer une partie à lui seul. On n’a jamais eu l’habitude de marquer un joueur en effectuant une couverture entièrement différente pour lui. Mais il faut tout de même garder un œil sur ce joueur et le surveiller davantage. »

En deux parties, Lafrenière n’a toujours pas marqué, mais a tout de même amassé deux mentions d’aide.

« C’est ce qui me fait le plus peur. Ce genre de joueurs marque normalement au moins un but aux trois matchs sinon plus. Il voudra produire et gagner. Il n’est pas le premier sur la liste des meilleurs espoirs au prochain repêchage pour rien. Je ferai confiance à mes quatre trios parce que de toute façon, je n’ai pas le privilège d’envoyer en premier le trio que je souhaite puisqu’on jouera à l’étranger et que l’avantage revient alors aux locaux. Mais de toute façon, mes joueurs de soutien, comme les frères Vincent et Julien, font tout un travail de ce côté-là cette saison, donc je ne me sens pas obligé de toujours envoyer Samuel Poulin sur le jeu quand Lafrenière sera là », précise l’entraîneur.

Changer la routine

La troupe sherbrookoise a rarement connu du succès à Rimouski dans le passé. Cette fois, l’organisation tentera de faire les choses différemment afin de mettre toutes les chances de son côté.

« On avait l’habitude de partir le jour même pour disputer notre partie à Rimouski et revenir à Sherbrooke aussitôt, confirme le directeur général Jocelyn Thibault. C’est toutefois difficile pour les joueurs de faire 6 h de route et disputer une partie le soir. J’ai analysé la situation et avec la cérémonie en l’honneur de Sidney Crosby, qui verra son numéro être retiré avant la partie, la soirée sera plus longue et on souhaite que nos joueurs aient les jambes bien reposées. On partira donc jeudi après-midi pour dormir à Rimouski et ainsi donner la chance à l’équipe de tenir un entraînement matinal vendredi. »

« Une bonne nuit de sommeil à Rimouski la veille, sans déplacement le vendredi, fera beaucoup de bien à l’équipe », ajoute Stéphane Julien.

Samuel Poulin en pleine forme

C’est un capitaine au sommet de sa forme que Stéphane Julien a eu la chance de revoir mardi.

« J’ai voulu lui donner un congé d’entraînement mardi lorsqu’il est revenu de Pittsburgh et du camp des Penguins, mais il a refusé. Ce qui ne m’a pas surpris du tout. Samuel s’entraîne toujours et il inspire de cette façon ses coéquipiers, qui ont tendance à vouloir faire comme lui. Sam a une présence sur la glace comme dans le vestiaire. Les gars le respectent beaucoup et sont très heureux de le voir disputer une première partie dans le junior majeur cette saison. »

Tout comme le Phœnix, qui a gagné ses deux premières parties, l’Océanic n’a pas connu la défaite en temps règlementaire lors de ses deux premiers matchs de la campagne en n’ayant perdu qu’une seule fois en fusillade.

« Pendant que les joueurs de l’Océanic assisteront à la cérémonie organisée pour Crosby, nous, on demeurera dans le vestiaire. On tentera alors de profiter de leur nervosité en début de partie parce qu’il s’agira de leur match d’ouverture », souligne Julien.

Notons qu’après avoir combattu un virus cette semaine, Benjamin Tardif renouera avec l’action vendredi. Samuel Hlavaj sera alors le gardien partant pour une troisième rencontre consécutive.