Samuel Poulin tentera de se tailler un poste au sein de l’alignement des Penguins de Pittsburgh dans les prochains jours, et ce, à sa première participation au camp.

Poulin sera de retour, croit Julien

L’expression le bonheur des uns fait le malheur des autres s’applique parfaitement dans le cas de Samuel Poulin et du Phœnix de Sherbrooke. L’attaquant vedette du Phœnix ne pourrait pas recevoir une meilleure nouvelle s’il parvient à se tailler un poste chez les Penguins de Pittsburgh à l’âge de 18 ans. À l’inverse, ce serait tout un cauchemar pour l’organisation sherbrookoise.

Bien sûr, Stéphane Julien souhaite de tout son cœur que Samuel Poulin fasse le saut dans la LNH quelques mois après avoir été repêché en première ronde, et ce, pour le bien de son capitaine. Mais puisque le Phœnix s’apprête à connaître la meilleure saison de sa jeune histoire, l’entraîneur de la formation espère le retour de Poulin.

« Je crois qu’il va revenir. C’est mon impression personnelle. Dans sa tête, il croit pouvoir rester à Pittsburgh et c’est normal. Je pense que pour son développement, ce serait bien qu’il revienne une autre saison dans la LHJMQ et qu’il domine dans le junior majeur durant toute une saison complète. Il a connu deux bonnes fins de saison lors des deux dernières années, mais de se retrouver près du sommet des meilleurs pointeurs du circuit, ça lui ferait du bien », explique le pilote du club sherbrookois.

Samuel Poulin est l’un des quatre joueurs du Phœnix à avoir quitté Sherbrooke pour se joindre à un camp professionnel en début de semaine.

Taro Jentzsch a pour sa part été invité par les Golden Knights de Vegas. Alex-Olivier Voyer par les Bruins de Boston. Et Jaxon Bellamy par les Oilers d’Edmonton.

Mais dans le cas de Samuel Poulin, sa présence au camp des Penguins pourrait s’étirer davantage.

« Il est arrivé prêt à notre camp. Il était dans une forme incroyable. Tout ira bien pour lui là-bas. Malgré tout, il reste humble. Nous, on espère le meilleur pour lui. Mais on ne sait jamais ce qui peut arriver et on se croise les doigts », explique Julien.

La dernière recrue des Penguins de Pittsburgh à s’être taillé un poste est Daniel Sprong en 2015. Et pourtant, il a été repêché en deuxième ronde seulement. Mais quelques semaines plus tard, il était renvoyé dans la LHJMQ. Et bien sûr, il y a tous ces joueurs exceptionnels comme Sidney Crosby et Evgeni Malkin qui ont fait le saut à leur saison recrue.

« Les Penguins ont de l’expérience dans l’intégration d’un joueur recrue ou dans la gestion de son développement, estime Stéphane Julien. Il y a plein de facteurs de nos jours dans la LNH qui peuvent faire en sorte qu’un joueur reste dans la Ligue nationale ou qu’il descende. Tout dépend des besoins des équipes et de la profondeur de l’alignement. Pour rester dans la LNH à 18 ans, tu dois être un joueur exceptionnel. Et ce n’est pas parce qu’un jeune ne fait pas l’équipe à sa première année qu’il n’est pas de calibre. »

Sachant que le Phœnix s’attend à connaître du succès cette année, l’organisation sherbrookoise possède un argument de plus pour convaincre l’état-major des Penguins de renvoyer Poulin dans le junior majeur.

« Dans la situation actuelle du Phœnix, ça ne peut qu’être bon pour Samuel de vivre une saison gagnante. Je ne pense pas que les Penguins sont très inquiets de le voir à Sherbrooke cette saison avec nous », ajoute Julien.

Des outils supplémentaires

Chose certaine, ces quatre joueurs du Phœnix pourraient revenir à Sherbrooke avec plus d’expérience dans le baluchon. Une expérience qui servira la cause du Phœnix.

« Je crois qu’au plan personnel, le joueur peut voir ce dont il a besoin physiquement pour atteindre les rangs professionnels. Une fois de retour, il doit faire les efforts pour atteindre ce niveau-là. Surtout quand un joueur n’est pas repêché. Il doit en faire encore plus dans le gym. Il doit trouver sa niche en misant sur ses forces. Et se démarquer parmi les autres qui possèdent les mêmes forces. »

Pour combler ces départs, Karl Vaillancourt et Gabriel Simoneau ont été rappelés pour quelques entraînements, mais puisque leur saison commence vendredi, le Phœnix fera plutôt appel à l’attaquant Jérémy Simard.

Notons que vendredi, le Phœnix affronte les Tigres de Victoriaville au Palais des sports et misera donc sur onze attaquants et sept défenseurs en plus d’envoyer Thomas Sigouin devant le filet.

« On espère pouvoir compter sur Taro, Alex et Jaxon la semaine prochaine et peut-être même Sam avant le début de la saison », conclut Julien.