De gauche à droite : Troy Polamalu, Edgerrin James, Steve Hutchinson, Isaac Bruce, Steve Atwater, Paul Tagliabue, Donnie Shell, Jimmie Johnson, Cliff Harris, Bill Cowher, Jimbo Covert et Harold Carmichael.

Polamalu, Atwater, Bruce, James et Hutchinson font leur entrée au Temple

MIAMI — Il s’est laissé pousser les cheveux. Ceux-ci dépassaient de son casque et obstruaient le nom à l’arrière de son chandail.

Ça n’avait pas vraiment d’importance parce que tout le monde savait où trouver Troy Polamalu chaque dimanche.

L’ancienne vedette des Steelers de Pittsburgh a mérité sa place au Temple de la renommée du football en compagnie de l’ancien demi de sûreté des Broncos de Denver Steve Atwater. Le receveur Isaac Bruce, le porteur de ballon Edgerrin James et le garde Steve Hutchinson les accompagneront.

Polamalu a dit qu’il avait passé au moins six ou sept ans sans se couper les cheveux lors des meilleures saisons de sa carrière, qui a duré de 2003 à 2014.

Il a hérité du surnom le «diable de Tasmanie» de par sa façon avec laquelle il a fait changer la mentalité des gens concernant la position de demi de sûreté. Polamalu se promenait sur le terrain, réussissant de gros jeux un peu partout. Aucun quart, porteur de ballon ou receveur n’était à l’abri.

Élu à sa première année d’admissibilité, Polamalu a été quatre fois nommé parmi l’équipe d’étoiles de la NFL, il a été sélectionné huit fois au Pro Bowl et il a gagné deux titres du Super Bowl.

Polamalu sera intronisé au Temple la même année que deux anciens des Steelers, soit l’entraîneur-chef Bill Cowher et l’ailier défensif Donnie Shell, qui ont été élus dans le cadre d’une sélection spéciale soulignant le 100e anniversaire de la NFL.

«C’est un honneur d’être intronisé au même moment que Bill et Donnie. La défensive des Steelers dans les années 70 a mis les bases pour nous», a exprimé Polamalu.

Bien que la présence de demis de sûreté pouvant changer le cours d’un match n’avait rien de nouveau dans la NFL, Polamalu pouvait se positionner près des secondeurs ou des joueurs de ligne défensive et même dans les zones profondes. Il pouvait gâcher un plan de match à chacune de ces positions.

Au cours de sa carrière de 12 ans, Hutchinson a joué pour les Seahawks de Seattle, les Vikings du Minnesota et les Titans du Tennessee. Il avait été un finaliste lors de ses trois premières années d’admissibilité, mais cette fois, il a pu se faufiler.

«J’ai fait mon discours dans la douche et ça va vraiment parler des gens qui m’ont aidé à me rendre ici», a déclaré Hutchinson.

Atwater a quant à lui dû attendre à sa 16e année d’admissibilité et il est devenu le premier joueur défensif développé par les Broncos à faire son entrée au Temple.

Élu deux fois au sein de l’équipe étoiles de la NFL et gagnant du Super Bowl à deux reprises, Atwater rôdait dans le champ-arrière et il assénait de solides plaqués aux joueurs qu’il croisait. Plusieurs de ses plaqués seraient d’ailleurs illégaux maintenant.

James représentait pour sa part la polyvalence et la durabilité. Sélectionné en première ronde du repêchage, James s’est fait un nom grâce à sa capacité d’imposer le jeu au sol dans l’attaque de Peyton Manning et des Colts d’Indianapolis, de 1999 à 2005.

James a aussi joué trois saisons avec les Cardinals de l’Arizona et une demi-saison avec les Seahawks de Seattle.

«J’ai commencé avec des dents dorées, j’ai terminé avec un veston doré», a écrit James sur les réseaux sociaux.

James a conclu sa carrière avec plus de 3300 verges par la passe et plus de 12 000 verges au sol. Il a été le meneur au chapitre des verges au sol en 1999 et en 2000, ce qui n’était pas une tâche facile avec Manning comme quart.

James a rejoint le receveur des Colts Marvin Harrison au Temple. Ce qui veut donc dire que Manning aura un peu de compagnie lorsqu’il sera une sélection facile à sa première année d’admissibilité.

Bruce a été l’une des têtes d’affiche du fameux «Greatest Show on Turf», cette attaque aérienne dévastatrice des Rams de St. Louis menée par le quart et membre du Temple de la renommée Kurt Warner. Il s’agissait de sa sixième année d’admissibilité et de sa quatrième comme finaliste.

Ses 15 208 verges par la passe en 16 saisons lui ont permis de s’emparer du deuxième rang de l’histoire de la NFL lorsqu’il a pris sa retraite, en 2009.

«St. Louis, nous allons à Canton», a-t-il écrit sur Twitter.