Le prochain repêchage de la LHJMQ sera présenté le 8 juin à Québec, une première au Centre Vidéotron.

Plusieurs espoirs de la LHJMQ lorgnent les États-Unis

Si les joueurs du Phœnix profitent d’un long congé depuis leur élimination le 13 avril dernier à Drummondville, le directeur général sherbrookois Jocelyn Thibault, lui, n’a pu profiter du même luxe. Les dernières semaines ont été des plus chargées au bureau et le travail du DG se complique, comme celui de ses homologues de la LHJMQ, puisque de nombreux espoirs de première ronde lorgnent les États-Unis, ce qui vient brouiller les cartes.

Avec son équipe de recruteurs, Jocelyn Thibault amorce le dernier sprint avant la tenue du repêchage 2019 présenté le 8 juin à Québec. En possédant les choix 9 et 10 de la ronde initiale, le DG possède de bonnes munitions pour améliorer son équipe. 

Le hic : près de la moitié des espoirs de première ronde ont avoué être un peu ou très intéressés par les ligues américaines. Si certains joueurs d’âge midget ont déjà assuré qu’ils se préparaient à franchir la frontière, d’autres semblent encore hésiter avant de rendre leur décision.

« Ça vient polluer un peu l’atmosphère à quelques jours de la séance de sélections », confie Thibault, qui a notamment visité la Suède cet été lors du Championnat du monde des moins de 18 ans afin de poursuivre son travail d’évaluation, tout en assurant une présence du Phœnix à Boisbriand lors du Challenge Gatorade.

Mais ce dernier refuse de s’arrêter au fait que certains pourraient ignorer leur sélection par une équipe du junior majeur. 

« Nous à Sherbrooke, on est fiers de ce que l’on propose en ce qui concerne le cadre scolaire. C’est la raison pour laquelle on compte repêcher le meilleur joueur disponible, qu’il ait annoncé ses intentions par rapport aux États-Unis ou non. Par la suite, on rencontrera le joueur et sa famille afin de leur montrer ce qui les attend chez le Phœnix. On entend bien sûr leur désir, mais on tentera de les convaincre s’il y a lieu », note Jocelyn Thibault. 

Tout cela pour dire que le directeur général et son équipe ne sélectionneront pas un joueur moins bien classé sur leur liste pour s’assurer de la présence d’une recrue à Sherbrooke la saison prochaine. 

« Lorsque viendra le moment de parler aux 9e et 10e choix, on prendra le joueur qui se trouve le plus haut dans notre grille d’évaluation et non pas un joueur classé au 26e rang, par exemple. »

Jocelyn Thibault admet d’ailleurs que la situation est paradoxale.

« Parce que la LHJMQ n’a jamais été autant sur la coche en ce qui concerne l’école et le développement des joueurs. En plus, ce qui est dommage, c’est qu’il s’agit d’une excellente cuvée cette année, comme on en a rarement vu dernièrement. Plusieurs excellents joueurs du Québec et des Maritimes sont admissibles au repêchage. »

Un sujet de discussion

Entre les directeurs généraux, le sujet des espoirs qui évaluent la possibilité de poursuivre leur carrière chez les voisins du Sud devient l’un des plus grands sujets de discussion. Reste à voir maintenant si le sujet sera sur la longue liste de points à discuter lors des Assises 2019, réunissant le commissaire Gilles Courteau et les gouverneurs des 18 marchés de la LHJMQ. 

« La LHJMQ en fait beaucoup déjà pour attirer les meilleurs joueurs de son territoire. Pour l’instant, je ne connais pas nécessairement tous les dossiers qui sont la table pour les Assises », soutient Jocelyn Thibault. 

Repêcher ou transiger ?

Parmi les autres options envisageables chez le Phœnix, une transaction pour échanger l’un de ses choix de première ronde est évaluée. 

« Notre plan pour les deux prochaines années se précise de plus en plus, admet Thibault. Notre stratégie tourne autour de nos espoirs actuels, comme Samuel Poulin. On souhaite bien sûr pouvoir compter sur notre capitaine lors des deux prochaines saisons, mais rien n’indique qu’il sera assurément avec nous en 2020-2021. On vise le premier tiers du classement lors des deux prochaines saisons. Je ne pense pas multiplier les transactions lors des cinq ou six prochains mois. Peut-être que j’attendrai la période des Fêtes pour bouger davantage. Puisqu’il y a plusieurs bons joueurs de concession disponibles, nos joueurs repêchés en première ronde pourraient très bien combler en partie le départ éventuel de Samuel. On parle de joueurs vedettes, quand même », résume le DG du Phœnix.