Le Phœnix profite d’une semaine d’entraînement avant de reprendre l’action, en accueillant les Olympiques de Gatineau, samedi à compter de 16h. Sur la photo, Samuel Poulin soutire le disque à Dennis Yan.

Week-end parfait pour le Phœnix

Le Phœnix de Sherbrooke a été sans pitié pour les Cataractes de Shawinigan, samedi en Mauricie, dans un gain de 5-2. Non seulement a-t-il dominé au chapitre des tirs au but par 45-19, il a de plus récolté un neuvième point sur une possibilité de 10, à ses cinq derniers matchs.

Lors d’une longue saison comme celle de la LHJMQ, il faut savoir profiter des affrontements face aux formations du bas du classement ; et c’est justement ce qu’à fait le Phœnix, en triomphant coup sur coup des Cataractes et des Sea Dogs de St John, vendredi, deux formations qui ne totalisent que sept victoires ensemble.

Tous les points sont importants.

« C’était l’essence du message livré aux gars avant ces deux matchs ; ce sont des points dont on a besoin. Les gars ont bien compris le message et chaque fois, on a connu un très solide début de match. Je suis très content de leur réaction. Ce n’est jamais évident d’affronter ce genre de formation ; il y a le danger du gain personnel pour le joueur, qui voudrait en profiter pour inscrire plus de points. Mais je n’ai pas eu du tout ce sentiment ; il n’y a pas eu d’individualisme. Je suis très satisfait de mes joueurs », a dit Stéphane Julien.

Le Phœnix montre désormais une production de 24 points en 21 matchs, seul au huitième rang du classement cumulatif de la LHJMQ.

Patrick Guay, avec deux, Alex Olivier Voyer, Olivier Okuliar et Nathaël Roy ont marqué pour Sherbrooke. Pour Voyer, il s’agissait de son 10e but à ses six derniers matchs.

« Depuis son arrivée avec nous, il a une très bonne attitude et un éthique de travail sans reproche. Mais les buts ne venaient pas. Je lui ai donné l’exemple de Mathieu Olivier qui, l’an dernier, amassait ses buts positionné devant le filet adverse. Il a compris le message et ça s’avère payant pour lui. »

« On a 13 ou 14 attaquants qui ont tous contribué à l’attaque depuis le début de la saison. C’est très intéressant d’avoir cette profondeur, d’avoir trois lignes d’attaque qui peuvent causer des dommages. »

Samedi, les Cataractes ont accordé les deux premiers buts du duel. Après avoir réduit l’écart de moitié, le Phœnix n’a eu aucun mal à porter la marque à 5-1 en deuxième, se promenant à sa guise dans l’enclave devant le gardien de 16 ans Antoine Coulombe. Les locaux ont bien ajouté un deuxième but mais c’était dans une cause perdue d’avance, et le Phœnix n’a eu aucun mal à se diriger en troisième vers sa quatrième victoire d’affilée. Pour les Cataractes, c’était un cinquième revers de suite.

Seulement Mathieu Boulianne et Anthony Imbeault ont réussi à déjouer Brendan Cregan.

Dans l’autre vestiaire, Stéphane Julien était rassasié. « On a joué un bon match. On a connu un bon départ et si on oublie les quelques minutes qui ont suivi le premier but des Cataractes, on a été solides. Il nous manquait des réguliers en défense, ceux qui sont venus nous donner un coup de main (Mirco Fontaine et Marc-Antoine Pépin, NDLR) ont bien fait ça. » 

Le Phœnix profite d’une semaine d’entraînement avant de reprendre l’action, en accueillant les Olympiques de Gatineau, samedi à compter de 16 h

« C’est une semaine qui arrive à point ; personne ne joue dans la LHJMQ. Ça va nous faire du bien, on a joué pas mal de matchs depuis le début de saison et on a eu notre lot de blessés. Des gars comme Alexandre Joncas ou Olivier Crête-Belzile, qui sont évalués chaque jour, vont en profiter pour récupérer », a dit Stéphane Julien.